m

Documents  Pichon, Alain-Marie | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 143

Alain-Marie Pichon, originaire de Quimper, quitte sa ville natale le 8 mars 1861 pour rejoindre Marseille en 39 étapes, à pied la plupart du temps et par « voies ferrées » lorsqu’il en existe. Il embarque pour l’Algérie le 27 mars et commence pour lui une série de sept périodes militaires, dans le Premier Régiement de Zouaves. Sa sixième période militaire se déroulera au Mexique.
Il commence son récit en énumérant les itinéraires suivis au cours de ces périodes puis raconte en détails les trois premières campagnes qui se déroulent entre Alger et Tizi Ouzou, puis Boghari, et enfin Laghouat. Il participe à la répression des nombreuses insurrections de ces territoires, partagés entre différentes tribus ayant fait ou non allégeance à la France. Durant l’une d’elles, il sera sous le commandement du Général Yusuf. Outre la description des longues marches, de la vie quotidienne, des combats, Alain-Marie Pichon, sergent, nous parle des caravansérails rencontrés sur leurs chemins et malheureusement, bien souvent, de leur destruction et massacre des occupants par les insurgés.
Il faut noter les conditions de vie particulièrement rudes de ces soldats, inimaginables pour nos esprits du XXIe siècle : chaleur ou froid intenses, soif, faim, inconfort permanent, manque d’argent, maladies...


Dossier composé du récit manuscrit d'Alain-Marie Pichon, avec carte.
Alain-Marie Pichon, originaire de Quimper, quitte sa ville natale le 8 mars 1861 pour rejoindre Marseille en 39 étapes, à pied la plupart du temps et par « voies ferrées » lorsqu’il en existe. Il embarque pour l’Algérie le 27 mars et commence pour lui une série de sept périodes militaires, dans le Premier Régiement de Zouaves. Sa sixième période militaire se déroulera au Mexique.
Il commence son récit en énumérant les itinéraires suivis au cour...

Archives Pichon ; Journal de Marche ; Histoire militaire ; Militaire ; Zouave ; Campagne militaire ; Alger, commune ; Tizi-Ouzou, commune ; Boghari, commune ; Laghouat, commune ; Yusuf

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 143

Avez-vous entendu parler ou connu des familles d’Alger, d’Oran et de bien d’autres villes d’Algérie, qui en 1941-1942 ont accueilli des enfants « réfugiés » venant souvent de la région parisienne, du nord, de l’ouest de la France métropolitaine, alors occupée et coupée en deux, soumises à des bombardements incessants et aux restrictions les plus sévères.
Ces « voyages » étaient organisés et pris en charge par les services de la Croix rouge française, du Centre Georges Guynemer et pour Le Havre, la ligue des familles nombreuses.
Leur séjour ne devait guère durer plus de 6 mois, un an maximum, le temps de se refaire une santé physique et morale, mais le débarquement des Alliés du 8 novembre 1942 a changé ce « programme ».
Dans les tous premiers jours qui suivirent, certains enfants, dont je faisais partie, ont été dirigés sur la campagne, la plaine de la Mitidja à Souma. Là, à nouveau d’autres Familles nous ont accueillis et gardés jusqu’à la fin des hostilités, soit après le 8 mai 1945, nous avons pu revenir en métropole et retrouver nos familles originelles.
Après les évènements dramatiques que vous connaissez, les relations épistolaires ont été interrompues, pour ma part en tout cas. Ce n’est qu’en 2001, par un hasard incroyable que le lien s’est reformé …….. et continue d’exister.
Ces familles, nos familles d’accueil, Marraine, Parrain, Tata, Tonton ont été en tout point formidables, pendant 4 ans, nous supporter, nourrir, vêtir, tous les soins et l’amour que peut demander un enfant, souvent très jeune. Nous ne les remercierons jamais assez ainsi que les personnes qui nous accompagnaient – la plupart de ces « ex-enfants réfugiés » que j’ai pu contacter ont gardé un merveilleux souvenir de leur séjour au sein de leur famille hospitalière et ne les oublient pas.
Ces faits, sont des faits réels datant, certes, de 70 ans, mais ils font partie de la petite histoire de la guerre de 1939-1945 – Personne n’en parle et nous ne retrouvons aucune archive sur Eux.

Texte d’Anna-Jacqueline, ex-enfant réfugiée de 1941.
Saint-Paul-Trois-Châteaux, 03 avril 2012

Dossier composé de textes dactylographiés sur le centre d'hébergement des enfants de l’œuvre de Guynemer et d'une coupure de presse non datée. Contient en particulier : Extrait des rapports annuel 1941-1942 et 1942-1943, 2 p. dactylo.
Avez-vous entendu parler ou connu des familles d’Alger, d’Oran et de bien d’autres villes d’Algérie, qui en 1941-1942 ont accueilli des enfants « réfugiés » venant souvent de la région parisienne, du nord, de l’ouest de la France métropolitaine, alors occupée et coupée en deux, soumises à des bombardements incessants et aux restrictions les plus sévères.
Ces « voyages » étaient organisés et pris en charge par les services de la Croix rouge f...

Archives Arnaud ; Centre Guynemer ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; Enfant ; Le Havre

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

0
Z