m

Documents  Desparmet, Jean | enregistrements trouvés : 1

O
     

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 DES

"Jean Desparmet est né en 1912 à Les Vans en Ardèche. Après des études d'administration, il a débuté sa carrière en tant que fonctionnaire du Protectorat Français de Tunisie. 11 est ensuite entré dans le Corps Diplomatique français ce qui l'a amené à sillonner le monde. Mais c'est le monde arabo-musulman, et plus particulièrement la Tunisie, qui demeura son premier et grand amour. Avant de mourir il a pu rédiger ses mémoires tunisiennes. C'est son fils Raymond qui a repris et mis en forme le manuscrit afin d'achever ce que son père avait commencé,
KASSERINE - Mémoires de Jean Desparmet
Ces mémoires sont une tranche de vie, celle d'un jeune homme débutant dans l'administration française dans l'ambiance tragique de la deuxième guerre mondiale. Elles décrivent la vie d'un citoyen de la France libre. combattant silencieux en marge des grands affrontements, comme il y en eut tant d'autres. Tout en menant sa vie de tous les joins il apporta sa contribution à la victoire contre le Nazisme.
Jean Desparmet débuta sa carrière à Kasserine, un petit bled du Sud-Ouest tunisien. comme Contrôleur civil stagiaire du protectorat, ançais de Tunisie. Il y resta en fonction de 1939 à 1947. Sa mission était d'administrer cette région perdue et surtout de faire fructifier une ferme voulue par le Résident général de Tunisie tant pour développer les ressources nourricières si nécessaires en temps de guerre que pour y placer et protéger les réfugiés, simples marins ou officiers, de la floue républicaine espagnole.
Dès la chute de la France, il s'engagea dans un réseau de résistance dont il fut un des initiateurs ainsi qu'un membre actif et enthousiaste. En juin 1941 le réseau Mounier fut découvert. Jean Desparmet échappa aux rafles policières et continua le combat seul sous la couverture de son poste de contrôleur civil. En septembre 1942, ne s'entendant plus avec les autorités, il cessa tout contact avec elles. Le territoire de Kasserine, aussi grand qu'un département français, demeura Won indépendant du gouvernement vichyste de Tunis jusqu'à la libération du protectorat par les farces alliées.
Tout en menant sa guerre à sa façon, minant les ponts devant l'ennemi ou aidant les alliés par la mise à disposition des ressources de la ferme, il continua, grâce à l'allant des hommes de la floue républicaine espagnole ainsi que des ouvriers tunisiens de la ferme, à enrichir le domaine agricole qu'on lui avait confié ainsi qu'à protéger ses administrés sans distinction, faussent-ils fonctionnaires, cultivateurs, bédouins, réfugiés. ou bien encore prisonniers de guerre et même" (4ème couv.)
"Jean Desparmet est né en 1912 à Les Vans en Ardèche. Après des études d'administration, il a débuté sa carrière en tant que fonctionnaire du Protectorat Français de Tunisie. 11 est ensuite entré dans le Corps Diplomatique français ce qui l'a amené à sillonner le monde. Mais c'est le monde arabo-musulman, et plus particulièrement la Tunisie, qui demeura son premier et grand amour. Avant de mourir il a pu rédiger ses mémoires tunisiennes. C'est ...

Politique et gouvernement ; Administration ; Diplomatie ; Protectorat de Tunisie ; Documentaire ; Récits personnels

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

0
Z