m

Documents  Juifs du Maroc | enregistrements trouvés : 22

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Fès - 042- Vue aérienne du mellah | 18/02/1930

Iconographie

y


Cote : Fi - 966 MIC (9)

Commentaire du donateur :
"Photo 042
Photo aérienne du 18 février 1930. Pilote Adj. Ciavaldini. Photographe : Adj-chef Orihuel. 37ème Régiment Aérien, 9ème escadron

VUE AÉRIENNE DU MELLAH

Photo centrée sur la Place du Commerce, à peu près à l'emplacement de l'ancien cimetière du mellah

Au centre autour de la Place du Commerce on distingue le Café du Commerce, le Maroc-Hôtel, l'immeuble de la Compagnie Algérienne qui deviendra l'Apollo Cinéma.
À Gauche le cimetière du Mellah
Au premier plan, le rempart ouvert :vers 1915 le Génie fit une première percée dans le mur qui permettait le passage d'une voiture. Les juifs nommèrent cette porte Bab Mehalla, probablement par ce qu'elle avait été faite par la méhalla (l'armée) française ou parce qu'elle conduisait aux camps militaires.
Sur les cartes postales de l'époque on trouve d'ailleurs plusieurs appellations: nouvelle porte de Dar Debibagh, porte du Borj el Mahrès.

En 1924 la municipalité élargit la percée. Sur l'initiative du général de Chambrun, le service des beaux-arts étudia un projet de porte

Pour réaliser ce projet, le mur du rempart fut coupé, des fondations furent faites de chaque côté du pont en vue de la construction de la porte monumentale qui aurait embelli cette sortie du mellah, mais les travaux en restèrent là et le rempart semble donc mutilé. Cette porte devait avoir 2 arceaux qui auraient permis de réguler la circulation en créant deux voies de circulation. La porte n'a jamais été faite.

Sur la gauche de cette porte, le dispensaire israélite (à la place de l'ancien casernement des Djabalas). Derrière les locaux de l'école israélite
On peut voir sur la droite que Bab Lamer est toujours murée
Au troisième plan, à gauche l'agglomération musulmane de Fès-Jdid avec le Palais du Sultan; à droite le Mellah délimité par un rempart en arc de cercle

En arrière plan, après les jardins de Boujeloud, la médina et les pentes du Zalagh "
Commentaire du donateur :
"Photo 042
Photo aérienne du 18 février 1930. Pilote Adj. Ciavaldini. Photographe : Adj-chef Orihuel. 37ème Régiment Aérien, 9ème escadron

VUE AÉRIENNE DU MELLAH

Photo centrée sur la Place du Commerce, à peu près à l'emplacement de l'ancien cimetière du mellah

Au centre autour de la Place du Commerce on distingue le Café du Commerce, le Maroc-Hôtel, l'immeuble de la Compagnie Algérienne qui deviendra l'Apollo ...

Photographie aérienne ; Fez ; Infrastructure ; Modernisation ; Protectorat du Maroc ; Juifs du Maroc

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 296 BEN

Livre consultable à la bibliothèque de L'alliance Israélite Universelle (dernière consultation le 09/04/20):
https://www.bibliotheque-numerique-aiu.org/viewer/16144/?offset=#page=2&viewer=picture&o=bookmark&n=0&q=

Judaïsme ; Juifs du Maroc

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845.1 ATT

"Parti de Casablanca à 16 ans avec pour bagages des rêves plein la tête, l'auteur va découvrir son pays natal intellectuel, la France. Rien ne se passe comme prévu.
Au soir de sa vie, il va tel un arbre puisant au coeur de ses racines trouver ce qu'il lui faut pour- grandir, faire remonter ses souvenirs d'enfance et de jeunesse, et faire défiler les 50 dernières années narrant toutes ses tribulations riches d'aventures et de réflexions tant politiques que philosophiques sur une vie riche en rebondissements.
Plus qu'une autobiographie, c'est un regard jeté sur une vie passée, un bilan en forme de confession et une tentative de mettre des mots sur tant d'émotions et de sentiments restés indicibles jusqu'ici.
Surtout, c'est un défi relevé avec succès pour ce père juif obnubilé par La transmission, cet horloger- franc-maçon qui depuis toujours rêve de capturer le temps. Ce récit de vie est un legs et un cadeau, le plus beau qu'un père puisse laisser à ses enfants.
Cet autodidacte toujours en mal d'ailleurs deviendra tour â tour photo filmeur, posticheur de montres avant de se sédentariser et devenir un des créateurs de montres les plus en vogue et les pus respectés de sa génération. Pilote à ses heures, marié et
père de 3 enfants, René Attias a aujourd'hui pris sa retraite
et vit entre Paris et Israël, sa patrie de cœur." (4ème couv.)
"Parti de Casablanca à 16 ans avec pour bagages des rêves plein la tête, l'auteur va découvrir son pays natal intellectuel, la France. Rien ne se passe comme prévu.
Au soir de sa vie, il va tel un arbre puisant au coeur de ses racines trouver ce qu'il lui faut pour- grandir, faire remonter ses souvenirs d'enfance et de jeunesse, et faire défiler les 50 dernières années narrant toutes ses tribulations riches d'aventures et de réflexions tant ...

Témoignage ; Casablanca ; Juifs du Maroc ; Exode

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 296 TAR

"Comment comprendre l'émergence d'une littérature dans un contexte donné, précisément celui de l'exil ? Pourquoi voit-on, sur un temps plus ou moins long, des auteurs surgir et déterminer — à travers des thèmes partagés ou convergents — un espace littéraire singulier? Le phénomène doit-il être renvoyé à la seule subjectivité des auteurs ou bien assume-t-il, plus ou moins consciemment, des fonctions objectives, sociales?
L'étude présente répond à ces questions en se penchant sur les relations qu'entretiennent entre elles histoire, mémoire, littérature et identités dans le contexte migratoire. Le cas précis de l'exil massif et contraint des Juifs du Maghreb en France, à partir des années 1950, permet de saisir les liens déterminants entre exil et pratiques culturelles; également de savoir s'il peut être déclencheur d'une production littéraire et la structurer, tant au niveau textuel et éditorial que dans les rapports de forces de l'espace du jeu littéraire.
L'approche sociologique de la littérature des auteurs d'origine judéo-maghrébine révèle la complexité du processus dont cette production littéraire participe et la façon dont ses fonctions sociales éclairent en profondeur la nature des rapports de domination qui se nouent entre exilés et populations d'accueil.
Ewa Tortokowsky est docteure en sociologie. Chercheuse rattachée au Centre Max Weber [UFR 52E13], elle enseigne au département de sociologie ô l'université Paris Ouest Nanterre La Défense." (4ème couv.)
"Comment comprendre l'émergence d'une littérature dans un contexte donné, précisément celui de l'exil ? Pourquoi voit-on, sur un temps plus ou moins long, des auteurs surgir et déterminer — à travers des thèmes partagés ou convergents — un espace littéraire singulier? Le phénomène doit-il être renvoyé à la seule subjectivité des auteurs ou bien assume-t-il, plus ou moins consciemment, des fonctions objectives, sociales?
L'étude présente répond à ...

Juifs d'Algérie ; Juifs de Tunisie ; Juifs du Maroc ; Etude littéraire ; Exode ; La Kahena

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 296 KEN

"Avant le milieu du xxe siècle, les communautés juives du Maroc étaient fortes de 250 000 âmes coexistant avec dix millions de musulmans. Aujourd'hui, elles comptent moins de 3 000 personnes. L'auteur remet en perspective leur présence plus que bimillénaire dans le pays.
Rappelant qu'elles formaient la première communauté juive du monde arabe, Mohammed Kenbib souligne leur contribution à l'histoire du Maroc, à sa culture, son patrimoine, son économie, ses échanges maritimes et sa diplomatie. Il s'attache notamment à étudier la diversité des fondements de leurs relations avec les autres populations, quels qu'en aient été les aléas et les turbulences.
En outre, il analyse les bouleversements provoqués par la présence européenne, le protectorat, la Deuxième Guerre mondiale principalement la Shoah — et le conflit du Moyen-Orient. Il évoque aussi les juifs du Maroc d'aujourd'hui, ainsi que les liens que gardent avec ce pays près d'un million de leurs coreligionnaires d'origine marocaine vivant pour la plupart en Israël, en France, au Canada et ailleurs dans le monde.
Enfin, en 2011, cas unique dans le monde arabo-musulman, une
référence explicite à l'« affluent hébraïque» de la culture marocaine
figure dans le Préambule de la nouvelle Constitution du royaume.
Mohammed Kenbib enseigne l'histoire à l'université Mohammed-V de Rabat. Il a été professeur visiteur à l'université Paris-1 (Sorbonne), Senior Associate Professor à Oxford et a enseigné aux États-Unis." (4ème couv.)
"Avant le milieu du xxe siècle, les communautés juives du Maroc étaient fortes de 250 000 âmes coexistant avec dix millions de musulmans. Aujourd'hui, elles comptent moins de 3 000 personnes. L'auteur remet en perspective leur présence plus que bimillénaire dans le pays.
Rappelant qu'elles formaient la première communauté juive du monde arabe, Mohammed Kenbib souligne leur contribution à l'histoire du Maroc, à sa culture, son patrimoine, son ...

Juifs du Maroc ; Population musulmane ; Protectorat du Maroc

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : A00249

" 'Liberté ? Mon enfant ! Je suis libre à la façon et au niveau qui me conviennent. Que le fantôme de Robert soit une réalité ou le fruit de mon imagination, comme tu insistes tant à me le faire admettre, il est pour moi un havre d'amour, un compagnon, un nid douillet où je ne me sens pas abandonnée, indésirable et stérile. Alors, que cherchons-nous réellement ? Que m'apporterait la liberté que tu proposes à ce stade de ma vie, Tamar ? Elle tuerait la dernière étincelle du merveilleux conte de fées qu'était mon amour pour Robert'.

Très attachée à l'histoire de la communauté juive au Maroc, c'est dans ce cadre que Thérèse Zrihen-Dvir nous conte une magnifique épopée amoureuse, touchante et pleine de poésie. En mettant l'accent sur les coutumes de cette société régie par les principes religieux, sur l'évolution du traitement réservé aux femmes, elle octroie à son ouvrage une dimension sociale et historique indéniable. " (4ème couverture)
" 'Liberté ? Mon enfant ! Je suis libre à la façon et au niveau qui me conviennent. Que le fantôme de Robert soit une réalité ou le fruit de mon imagination, comme tu insistes tant à me le faire admettre, il est pour moi un havre d'amour, un compagnon, un nid douillet où je ne me sens pas abandonnée, indésirable et stérile. Alors, que cherchons-nous réellement ? Que m'apporterait la liberté que tu proposes à ce stade de ma vie, Tamar ? Elle ...

Roman historique ; Juifs du Maroc ; Condition de la femme

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Nuage de mots clefs ici

0
Z