m

Documents  Si Salah (commandant) | enregistrements trouvés : 13

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 121

Gilbert Ibanes, Français vivant en Australie, a déposé plainte contre l'Etat français et I'Etat algérien.
Aidé par des amis pieds-noirs de Nouvelle-Calédonie, il a rassemblé des témoignages (plus de 117 pièces) qu'il a utilisé au cours de sa procédure auprès de la Cour de justice des Communautés européennes et de la Cour européenne des droits de l'homme.

"Nous soussigné : Gilbert IBANES
Né le 10 mars 1933
Français
Lieu de résidence: AUSTRALIE
A partir de Mai 1957, je suis au service de la France en tant que gendarme.

En tant que tel, je suis témoin dès le début de la rébellion, des atrocités commises par des bandes d’assassins qui sèment en toute impunité la terreur parmi la population qu’elle soit musulmane ou européenne.
[…]
En conséquence, compte tenu des documents cités et aux divers articles énumérés ci-après, au titre de victime et témoin moi-même, ayant vécu la période incriminée, en mon nom personnel et aux noms de tous les morts, disparus et aux noms de mes compatriotes victimes comme moi d’un traumatisme à jamais incrusté au fond de nous, je dépose ce jour 1er janvier 2003 à l’occasion du rapprochement de l’Etat Français et de l’Etat Algérien issu du FLN que j’accuse de Génocide, de Crimes de guerre et de Crime contre l’Humanité :
-une plainte contre le L’ÉTAT FRANÇAIS et l’état Algérien.
Nous restons convaincus que la Justice que vous représentez, mettra tout en oeuvre pour que la vérité QUE L’ON VOUS CACHE puisse enfin triompher.
Je vous prie d’agréer Messieurs les Responsables de ces Hautes Instances Internationales, mes respects les plus profonds et l’espoir pour nous victimes de ce drame d’espérer en la justice que vous êtes chargées de faire respecter afin de voir s’instaurer la PAIX dans un Monde meilleurs.
"
Signé: G.Ibanes
Gilbert Ibanes, Français vivant en Australie, a déposé plainte contre l'Etat français et I'Etat algérien.
Aidé par des amis pieds-noirs de Nouvelle-Calédonie, il a rassemblé des témoignages (plus de 117 pièces) qu'il a utilisé au cours de sa procédure auprès de la Cour de justice des Communautés européennes et de la Cour européenne des droits de l'homme.

"Nous soussigné : Gilbert IBANES
Né le 10 mars 1933
Français
Lieu de résidence: AUST...

Pieds-noirs ; Guerre d'Algérie ; Harki ; Procès ; Torture ; Gaulle, Charles de (1890-1970) ; Disparus (les) ; Massacre du 5 juillet 1962 ; Fusillade de la rue d'Isly (26 mars 1962) ; Si Salah (commandant) ; Politique et gouvernement ; Massacre ; Accords d'Evian ; Génocide

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 DAV

"L'auteur, né à Alger en 1941, dans une famille dont le père était sous-brigadier de la Police d'Etat et la mère, mère au foyer, était élève-maître à l'Ecole normale d'instituteurs d'Alger-Bouzaréa. L'indépendance de son pays a tout bouleversé. En 1997, après une carrière dans la grande distribution, il entreprend un cursus d'histoire à l'Université de Toulouse. Docteur en histoire en 2008, il vous présente le fruit de son travail sur l'affaire Si Salah
Guy Pervillé, Directeur de thèse : Extrait du rapport de soutenance
Pourtant, durant le premier semestre 1960, ..., le fait le plus surprenant est la quasi-disparition des actes de terrorisme du FLN. Peut-être à cause de l'efficacité croissante des « forces de l'ordre », qui multiplient alors leurs opérations de démantèlement des réseaux ? Ou bien à cause de l'affaiblissement croissant des wilayas par le plan Challe ? ,Ou bien à cause d'un autre fait que Robert Davezac a bien fait de rattacher à son sujet : l'affaire Si
Salah (négociations entre le chef de la wilaya IC et le
gouvernement français). En effet, souligne Guy Pervillé, l'auteur.
de la thèse est allé bien au-delà d'une simple récapitulation des
connaissances acquises sur cette affaire ; il a apporté un fait
nouveau d'une importance considérable, qui bouleverse le récit
admis jusque-là. On croyait savoir depuis les Mémoires de
Mohammed Harbi (2001) que les délégués du GPRA à la
conférence de Melun avaient appris « ébahis de la bouche de leurs
interlocuteurs français, les contacts entre les chefs de la wilaya IV,
dont le colonel Si Salah, et le général de Gaulle pour une paix des
braves ». Or, la thèse de Robert Davezac a révélé que Si Salah
avait lui-même, le premier, à moitié dévoilé son initiative en
annonçant une « trêve civile » par un message adressé à L'Echo
d'Alger et au Monde et que l'état-major d'Alger avait à demi
confirmé dans une conférence de presse avant la rencontre de
Melun." (4ème couv.)
"L'auteur, né à Alger en 1941, dans une famille dont le père était sous-brigadier de la Police d'Etat et la mère, mère au foyer, était élève-maître à l'Ecole normale d'instituteurs d'Alger-Bouzaréa. L'indépendance de son pays a tout bouleversé. En 1997, après une carrière dans la grande distribution, il entreprend un cursus d'histoire à l'Université de Toulouse. Docteur en histoire en 2008, il vous présente le fruit de son travail sur l'affaire ...

Si Salah (commandant) ; Guerre d'Algérie ; Le plan Challe ; FLN ; L'écho d'Alger

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 VET

"LaLaLa guerre d'Algérie n'est pas seulement l'affrontement de deux projets pour le devenir de l'Algérie, d'un côté le peuple algérien uni derrière le FLN et de l'autre j des colons accrochés à leurs privilèges.
Les partisans de Messali (MNA) — qui furent les premiers indépendantistes — ont tenté de tisser des liens avec la puissance coloniale pour une autre idée de la nation algérienne que celle du FLN. Celui-ci les a durement affrontés en Algérie et en France, orchestrant une guerre civile meurtrière entre Algériens.
Certains Algériens étaient favorables au maintien de la présence française dans le pays — 300 000 combattirent dans l'armée française, plus que dans l'ALN — et des dizaines de milliers de fonctionnaires, enseignants ou intellectuels affichaient des sentiments anti-indépendantistes. Certains le payèrent de leur vie.
Plus d'un million d'Européens issus de générations nées en Algérie souhaitaient par ailleurs rester vivre au pays. Nombreux, se sentant trahis par les dirigeants politiques, se sont soulevés contre un abandon plus ou moins programmé et sont entrés ainsi dans un conflit franco-français. Méme des pieds-noirs — très minoritaires il est vrai — se sont rangés du côté du FLN.
Cette guerre s'est déroulée sur le territoire algérien, mais aussi en France métropolitaine. Ce fut d'abord une guérilla, rarement une guerre de position, mais ce fut aussi un terrorisme urbain, une guerre civile et une guerre de religion.
À partir d'une vingtaine de moments clés, avec la révélation d'éléments inédits, Roger Vétillard souligne la complexité souvent méconnue de ce conflit. Voilà qui explique que, plus d'un demi-siècle après son terme, beaucoup ne considérant qu'un angle, ne se reconnaissent pas dans les autres présentations. Il faut souhaiter qu'un jour une étude contradictoire et sereine puisse être menée pour que les oppositions prennent fin.
Roger Vétillard est né en Algérie. Après une carrière médicale hospitalière et universitaire consacrée à la pneumologie et à la cancérologie, il s'est investi dans l'histoire de son pays natal. Il a publié plusieurs ouvrages qui sont autant de références dont Sétif, Guelma, Mai 1945 massacres en Algérie (prix Robert Cornevin 2008) et 20zooût 1955 dans le nordconstantinois, un tournant dans la guerre d'Algérie ? (Prix jean Pommier 2014 et prix spécial du salon du livre de Toulouse)." (4èmve couv).
"LaLaLa guerre d'Algérie n'est pas seulement l'affrontement de deux projets pour le devenir de l'Algérie, d'un côté le peuple algérien uni derrière le FLN et de l'autre j des colons accrochés à leurs privilèges.
Les partisans de Messali (MNA) — qui furent les premiers indépendantistes — ont tenté de tisser des liens avec la puissance coloniale pour une autre idée de la nation algérienne que celle du FLN. Celui-ci les a durement affrontés en ...

Guerre d'Algérie ; 1945 - (évènements de Sétif et de Guelma) ; Toussaint rouge ; Challe, Maurice (général) ; Si Salah (commandant) ; OAS ; Procès des Barricades

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 PUJ

"Le 10 Juin 1960, à 22 heures, De Gaulle reçoit secrètement à l'Élysée le colonel Si Salah, chef de la wilaya 4 de l'Armée de Libération Nationale (ALN), accompagné de ses deux adjoints, les commandants Si Mohammed et Si Lakhdar.
Ces hommes, en rébellion contre la France, représentent plus de 50 % du potentiel de l'ALN de l'Intérieur ; proportion confirmée par les études du 2. Bureau français.
Vaincus militairement, coupés de leurs bases par l'étanchéité des barrages aux frontières, abandonnés par l'Extérieur et n'ayant d'autre possibilité que de se terrer, ils viennent proposer un cessez-le-feu en Algérie, dont les clauses, débattues secrètement pendant des mois avec deux émissaires français représentant l'Élysée et Matignon, s'apparentent à une capitulation sans condition.
Le cessez-le-feu est pratiquement là et la paix toute proche. Quatre jours plus tard, à l'occasion d'une nouvelle allocution, De Gaulle s'adresse aux dirigeants de l'Extérieur ƒ la branche politique en exil ƒ et les invite à une rencontre en France « pour trouver avec eux une fin honorable aux combats qui se traînent. »
Cette invitation inopportune, dont l'urgence ne s'imposait pas compte tenu des tractations en cours, va saborder cette paix qui se profilait, retardant de deux années la fin du conflit avec ses conséquences désastreuses.
*154 188 morts et 21 773 blessés auraient pu être épargnés, ainsi qu'une suite d'événements aussi tragiques les uns que
*les autres ; le putsch des généraux ; la naissance et l'intervention de l'OAS ; l'affrontement entre civils et militaires à Bab-el-oued ; la fusillade de civils par l'armée le 26 mars 1962, rue d'Isly à Alger ; le pogrom du 5 juillet 1962 à Oran ; la tragédie des disparus ; le génocide des harkis et des musulmans fidèles à la France ; l'humiliant et traumatisant exode d'un million de Pieds Noirs...
Cette paix à portée de main permettait d'autres solutions ; partition ou autonomie interne dans un cadre fédéral avec, à
moyen terme, une indépendance éventuelle, et la possibilité pour les Algériens d'échapper à la dictature militaire qui sévit encore de nos jours, responsable de la radicalisation intégriste.
L'Algérie, en étroite coopération avec la France, aurait pu devenir une nation démocratique où les Pieds Noirs auraient eu toute leur place."

"L'auteur est à l'orée de sa vie familiale et professionnelle quand il est pris dans la tourmente de la guerre d'Algérie.
Rappelé dans les bataillons de protection à la frontière marocaine, puis dans les unités territoriales, il choisit d'opérer dans un groupe antiterroriste. Il sera de tous les mouvements Algérie Française successifs. Responsable syndical au niveau algérien, administrateur de l'établissement public nationalisé qui l'emploie, il va, en compagnie des principaux responsables de la Société Civile d'Oranie, proposer des solutions pour une Algérie Nouvelle Française. Constatant l'inanité de la lutte démocratique il s'oriente vers la clandestinité et la lutte armée. Il fait partie du petit groupe qui créé l'OAS en Oranie." (4ème de couv.)
"Le 10 Juin 1960, à 22 heures, De Gaulle reçoit secrètement à l'Élysée le colonel Si Salah, chef de la wilaya 4 de l'Armée de Libération Nationale (ALN), accompagné de ses deux adjoints, les commandants Si Mohammed et Si Lakhdar.
Ces hommes, en rébellion contre la France, représentent plus de 50 % du potentiel de l'ALN de l'Intérieur ; proportion confirmée par les études du 2. Bureau français.
Vaincus militairement, coupés de leurs bases par ...

Guerre d'Algérie ; Gaulle, Charles de (1890-1970) ; ALN ; Si Salah (commandant) ; 1954-1962

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 COI

"Outre les nombreux témoignages qu'elle a confrontés, Michèle Cointet, en historienne professionnelle, a utilisé les archives de l'armée et celles des Affaires étrangères pour retracer et expliquer les différentes étapes qui ont conduit de Gaulle, porté au pouvoir en 1958 par les partisans de l'Algérie française, à satisfaire en 1962 à Evian la plupart des revendications formulées par le FLN en 1956. Sans doute l'ouvrage apparaîtra plutôt favorable à de Gaulle aux yeux de ses adversaires dans la mesure où Michèle Cointet analyse son évolution et expose- ses motivations sans juger. Mais en réalité, c'est un dossier très objectif qui prend en compte avec sensibilité les espoirs, les angoisses, les révoltes et les drames des Européens d'Algérie, des milliers de musulmans fidèles à la France, de l'armée victorieuse sur le terrain, la répression judiciaire, l'exode. Pour tous ceux qui vivaient clans l'illusion d'un Etat protecteur, le réveil fut brutal. L'homme d'Etat se révèle implacable. Le mouvement de l'histoire broie les destinées humaines. « Le chagrin sans la pitié » ?
Forte de nombreux documents inédits, elle raconte les seize mois de négociation entre de Gaulle et les dirigeants extérieurs de la rébellion. Les responsables et les agents du gouvernement sortent de la pénombre longtemps et utilement maintenue, ce qui éclaire plusieurs mystères : l'affaire Si Salah, les manifestations à Alger, les accords entre la France et le GPRA, le terrible été de 1962. L'auteur ne masque pas que de Gaulle ayant fait une fois pour toutes le choix de l'indépendance préféra se débarrasser de ce « boulet », à quelque prix que ce fût.
Michèle Cointet, née à Poitiers, agrégée d'histoire, docteur ès lettres, est professeur d'histoire contemporaine à l'université de Tours. Elle a publié Vichy et le ,fascisme, Le Conseil national de Vichy, Histoire culturelle de la France (1919-1959), La France à Londres, une Histoire de la France libre et, chez Perrin : Vichy capitale 19401944 (prix François-Millepierres de l'Académie française)." (4ème couv.)
"Outre les nombreux témoignages qu'elle a confrontés, Michèle Cointet, en historienne professionnelle, a utilisé les archives de l'armée et celles des Affaires étrangères pour retracer et expliquer les différentes étapes qui ont conduit de Gaulle, porté au pouvoir en 1958 par les partisans de l'Algérie française, à satisfaire en 1962 à Evian la plupart des revendications formulées par le FLN en 1956. Sans doute l'ouvrage apparaîtra plutôt ...

Guerre d'Algérie ; Gaulle, Charles de (1890-1970) ; Accords d'Evian ; Algérie française ; 1958-1962 ; Section administrative spécialisée ; Si Salah (commandant)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.5 MON

"Historien objectif de la guerre d'Algérie, Pierre Montagnon se devait de relater un épisode pratiquement occulté du conflit : l'Affaire Si Salah.
Pourquoi et comment le général de Gaulle, en juin 1960, a-t-il reçu secrètement à l'Elysée le commandant algérien Si Salah venu avec deux de ses adjoints solliciter la paix ? Pourquoi n'a-t-il pas donné de suite pratique à cette « paix des braves » qu'il avait luimême proposée ? Quel destin tragique ont connu Si Salah et les combattants de l'intérieur ayant souhaité mettre un terme à une guerre devenue militairement inutile ? Pourquoi a-t-on éliminé, manu militari, un témoin direct de cette ténébreuse affaire, susceptible de révéler un jour la réalité des faits ? Pourquoi et comment a-t-elle entraîné le général Challe dans le putsch d'Avril 1961 ? Pourquoi et comment, après l'échec, a-t-elle évité à ce même général Challe la peine capitale ?
Pour répondre à ces questions, et à bien d'autres, sur l'éventuel tournant qu'aurait pu prendre alors la guerre d'Algérie, Pierre Montagnon s'appuie sur des témoignages incontestables qui lui ont permis de reconstituer le fil exact des événements sans rien laisser dans l'ombre.
Une page majeure de l'Histoire de la guerre d'Algérie est ainsi brutalement révélée, appelant une interrogation non moins fondamentale quant aux motivations réelles du refus de négocier du général de Gaulle, refus aux si lourdes conséquences historiques pour la France."
"Historien objectif de la guerre d'Algérie, Pierre Montagnon se devait de relater un épisode pratiquement occulté du conflit : l'Affaire Si Salah.
Pourquoi et comment le général de Gaulle, en juin 1960, a-t-il reçu secrètement à l'Elysée le commandant algérien Si Salah venu avec deux de ses adjoints solliciter la paix ? Pourquoi n'a-t-il pas donné de suite pratique à cette « paix des braves » qu'il avait luimême proposée ? Quel destin tragique ...

Guerre d'Algérie ; Gaulle, Charles de (1890-1970) ; Si Salah (commandant) ; Histoire

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
2y

- n° 43 - Nouvelle série - 1er trimestre 2017
Cote : Per - 358 AMI

Salan, Raoul (général) ; Association ; Revue ; Algérie française ; Mémoire ; Conservation ; Biographie ; Archives ; Si Salah (commandant)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 146 - 15 octobre 2010
Cote : Per - 313 VER

Pieds-noirs ; Algérie française ; Mémoire ; Association ; Cimetière ; Harki ; Si Salah (commandant)

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

0
Z