m

Documents  Parachutistes | enregistrements trouvés : 28

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 226 ARC 02

Dossier contenant une carte d’identité d’André Botella nommé Commandant le 21 avril 1954 à Diên Biên Phu (Indochine).

Archives Botella-Coudert ; Indochine ; Guerre d'Indochine ; Soldats ; Parachutistes

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 226 ARC 13

Dossier contenant des articles, coupures de presses, bulletins d'informations et extraits d'ouvrages sur les sujets suivants :
- la guerre d'Indochine (et notamment la participation des parachutistes)
- la Grande Guerre
- la seconde guerre mondiale
- L'armée d’Afrique
- le Service de documentation extérieure et du contre-espionnage
- Marcel Bigeard

Contient en particulier :
- Agence Centrale de Presse et d’Informations françaises,Document " France Informations ", 20 septembre 1962.
- Lettre du Dr J. Claude Perez au colonel Godard et J. Jacques Susini, 20/09/1962. Au sujet d’un article paru dans Document de France Informations du 20 septembre 19 sur l’OAS (" L’OAS disparaît ")
- Pierre COMBE, Anecdote sur la famille Botella, in Jdidi, n°22.
Dossier contenant des articles, coupures de presses, bulletins d'informations et extraits d'ouvrages sur les sujets suivants :
- la guerre d'Indochine (et notamment la participation des parachutistes)
- la Grande Guerre
- la seconde guerre mondiale
- L'armée d’Afrique
- le Service de documentation extérieure et du contre-espionnage
- Marcel Bigeard

Contient en particulier :
- Agence Centrale de Presse et d’Informations françaises,Document " ...

Archives Botella-Coudert ; Indochine ; Guerre d'Indochine ; Soldats ; Parachutistes ; Grande Guerre 1914-1918 ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; Bigeard, Marcel ; Armée d'Afrique ; Corps expéditionnaire français ; Campagne d'Italie ; Commémoration

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 226 ARC 09

Dossier contenant les citations militaires d'André Botella, soldat du 2e régiment de chasseurs parachutistes de l'infanterie de l'air.

Archives Botella-Coudert ; Diplômes ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; Soldats ; Décoration ; Militaire ; Chasseur d'Afrique ; Parachutisme ; Parachutistes

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
3y


Cote : 94 ARC 01

u>Lettres de différents soldats écrites aux patrons de la même entreprise située à Lille.

- Correspondance échangée entre l’employeur et le soldat deuxième classe Alphonse Platteuw du 19 décembre 1957 au 24 février 1959.
- Lettre écrite par son employeur au soldat Alphonse Platteuw, Lille 19 décembre 1957 : Ravi qu’il ne soit pas effrayé par la vie militaire un peu rude.
- Lettre du soldat Alphonse Platteuw à son employeur, Mont De Marsan, 27 décembre 1957 : va passer brevet de para.
- Lettre du soldat Alphonse Platteuw à son employeur, 2 mars 1958 : Relate sn premier saut en parachute avec accident, mort d’un camarade. Frayeur et joie des sauts en parachute. [Très bon reportage écrit.]
- Lettre de l’employeur à Alphonse Platteuw, Lille, 17 mars 1958 : Le félicite pour ses talents de reporter, envoie un virement pour achat d’une bouteille de champagne pour célébrer événement avec camarades.
- Lettre d’ Alphonse Platteuw à son employeur, Mont De Marsan, 24 mars 1958. Le remercie pour le mandat. Va partir pour Bayonne pour un mois d’école commando et un stage pré colonial avant départ pour Afrique du Nord.
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, Alger, 28 avril 1958 : Est arrivé la veille en Algérie, à ALGER.
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, Alger, 7 juin 1958 : parle du 13 mai 1958 qui est déjà historique. Travail très dur : " opérations dans les montagnes pour chasser les rebelles, ces hommes sans pitié, fanatiques. Nous rendons coup pour coup. Nous sommes très craints car nous faisons rarement des prisonniers. "
- Lettre de l’employeur au parachutiste Alphonse Platteuw, Lille, 11 juin1958 : " Nous constatons que vous faites [votre travail] gaillardement en bon français. Les civils sont de cœur avec vous et sont fiers de l’action menée par l’armée et en particulier les paras. "
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, 22 juillet 1958: lettre écrite de l’hôpital intégré à cause d’une insolation. A passé un mois en Grande Kabylie, gros accrochages avec les rebelles, aide de l’aviation, pertes : 2 avions et 1 hélicoptère. Marche avec une température de 60°.
- Lettre de l’employeur à Alphonse Platteuw, Lille, 12 août 1958 ; l’espère en bonne santé et regrette qu’il ne puisse envoyer quelques degrés de chaleur.
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, Blida, 15 août 1958 : A participé à quelques opérations, une victoire sur une bande de rebelles signalée dans l’Atlas Blidéens. 40 morts chez eux, 4 dans la compagnie.
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, Blida, 27 septembre 1958 : une opération a rapportée une cinquantaine de fusils de guerre et six fusils mitrailleurs. En patrouille dans la région de Berou-a-ghia, récit des combats 80 morts, 14 blessés chez les rebelles, 8 morts et 4 blessés dans la compagnie. Félicitations du Général MASSU.
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, Blida, 27 novembre 1958 : les 2 derniers mois très durs. Le moral des rebelles très bas, sont sans arrêt pourchassés, nombreuses pertes en homme.
- Lettre d’Alphonse Platteuw à son employeur, Blida, 26 janvier 1959 : sera à ALGER le 29 décembre, devient caporal puis va à TIZI OUZOU. Combats très durs le 6 janvier, nombreuses pertes dans la lutte contre 4 compagnies de rebelles. Mort du Capitaine qu’il admirait tant et de nombreux camarades. Il joint des articles de presse.
- Article de presse : " Tombés glorieusement face à l’adversaire dans un combat héroïque, le capitaine GRAZIANI et 21 parachutistes ont reçu le dernier salut de leurs frères d’armes. Liste des noms des morts.
-Article de presse : Une vie exceptionnelle faite de gloire, article sur le capitaine Graziani.
-Article de presse : " En tête de ses hommes jusque dans l’au-delà ". Le Capitaine Graziani et 21 paras ont reçu le dernier salut de leurs compagnons d’armes [article avec photos].
-Lettre de l’employeur à Alphonse Platteuw, Lille, 3 février 1959 : félicitations pour les galons de caporal. Tous nos vœux dans la dure mission que vous avez à accomplir.
-Avis de décès du Caporal Alphonse Platteuw tué à Letourneux, région de BOGHARI le 24 février 1959 à 21 ans.

Correspondance échangée entre l’employeur et le Caporal Chef WIBAUT du 9 juillet 1955 au 1 avril 1957.
- Lettre du Caporal chef Wibaut aux établissements VERSON VLIES et Coursier à Lille, Valenciennes, le 9 juillet 1955 : en période d’instruction, donne l’emploi du temps chargé d’une journée type, " incessantes activités et rudesses militaires ".
- Lettre du Caporal chef Wibaut, Lille, 19 juillet 1955 : Donne des nouvelles des remplaçants du travail.
- Lettre de l’élève gradé WIBAUT à l’employeur, Valenciennes, 10 octobre 1955 : toujours à Valenciennes, éventualité d’un départ pour l’Afrique, un ami, Roland LEURS y est sans nouvelle de lui. Peu de permissions, elles " se font rares en raison de l’état d’alerte ici comme partout ".
- Lettre de WIBAUT à l’employeur, Valenciennes, 11 novembre 1955: Toujours à Valenciennes mais déjà 80 de ses camarades sont partis. " L’ALGERIE ce n’est somme toute pas aussi terrible qu’on le laisse entendre ". Un de ses amis y est allé, a participé à des opérations de nettoyage, a blessé et même tué des ennemis, mais content d’y être allé. "
- Lettre de l’employeur à WIBAUT, Lille, 16 avril 1956 : " heureux de constater que votre moral est toujours solide ". Nouvelles du travail et de Roland LEURS rentré en Allemagne.
- Lettre de WIBAUT à l’employeur, Valenciennes, 11 juillet 1956 : d’excellents camarades mutés en Algérie. Nous reverrons-nous avant d’être libérés ? " Prépare défilé du 14 juillet.
- Lettre de WIBAUT à l’employeur, Frileuze, 16 octobre 1956: Muté à Joinville le Pont pour former de jeunes recrues. Le 15 janvier ce sera le départ pour l’Afrique du Nord pour un séjour de 4 mois, " mais il est plus sage de s’attendre à y demeurer plus longtemps. "
- Lettre de l’employeur à WIBAUT, Lille, 30 octobre 1956 : se réjouit de voir que son " moral reste toujours aussi élevé. Donne des nouvelles du travail.
- lettre de WIBAUT à l’employeur, Boufarik, 20 janvier 1957: Trop peu de temps en Algérie pour donner le détail de la vie du Pacificateur que je suis ". Installé dans un domaine " CHATEAU HOLDEN " à BOUFARIK. " Nous ne sommes pas ici pour faire la guerre mais pour pacifier maintenir l’ordre, mettre par notre présence la population en confiance ".
- Lettre de l’employeur à WIBAUT, Lille, 24 janvier 1957 : donne nouvelles du bureau.
- Lettre de l’employeur à WIBAUT, Lille, 1 avril 1957 : il est question de limiter la durée du service militaire à 24 mois. " Nous pouvons envisager votre libération pour le courant de l’été prochain. Avez-vous l’intention de reprendre votre place chez nous. "

Correspondance échangée entre l’employeur et Roland Leurs :
-Carte postale de Monsieur LEurs à Messieurs Verson, Ducoulombier et Courcier à Lille : Emploi du temps : instructions des gradés, tests, visites médicales et corvées.
- Lettre des employeurs à Leurs, Lille, 19 juillet 1955 : Donne des nouvelles de WIBAUT.
- Lettre de LEURS aux employeurs village situé à l’est de l’AURES, Khenchela, 24 décembre 1955 : emploi du temps de sa journée . L’alternance de température entre le jour et la nuit est pour nous français une cause évidente de la dysenterie " " Dimanche dernier nous sommes allés nous baignés mais hélas depuis lors il fait un temps exécrable. La nuit passée il a neigé "
- Lettre de LEURS aux employeurs, Wetzlar, 13 avril 1956 : De retour en Allemagne apprécie les casernes, pouvoir dormir toutes les nuits dans un lit douillet et se divertir le dimanche. Plus une photo de saut en parachute.
- Lettre des employeurs à Leurs, Lille, 16 avril 1956 : " voyons avec plaisir que vous n "n’êtes pas fâché d’être rentré en pays civilisé ". Donne des nouvelles de WIBAUT et des précisions sur un copain heureux d’avoir été en ALGERIE, d’avoir été " utile pour le pays ".
- Carte postale de Lourdes de Leurs aux employeurs : pèlerinage organisé par l’armée.
- Lettre de Leurs aux employeurs, Wetzclar, 11 juillet 1956: " Quand il m’arrive d’être un peu trop pessimiste je pense aux camarades qui se battent en ALGERIE et qui sont sûrement plus à plaindre. "
- Carte postale de LEURS aux employeurs, Wetzclar, 28 décembre 1956: vœux. 19 mois de service en attente de mutation.
- Carte postale de Leurs aux employeurs, Wetzclar, 4 avril 1957 : ignore combes de temps encore sous les drapeaux.
- carte postale de LEURS aux employeurs, Wetzclar, 8 janvier 1957: en attente de mutation.

Correspondance échangée entre DELIENCOURT Claude et son employeur.
- Lettre de DELIENCOURT Claude à Messieurs Verson, Courcier et Ducoulombier, Tunis, 23 mai 1956 : De Tunis à Alger où se trouve le seul centre de formation en Afrique du Nord pour les infirmiers. " 3 jours de voyage en train dans la brousse arrivés sains et saufs sans avoir néanmoins essuyé quelques coups de feu. Retour Tunis.
-Lettre du bureau à Claude Deliencourt, Lille, 30 mai 1956 : lui donne des nouvelles de LEURS et de WIBAUT.
Correspondance entre même employeur et Georges RAS.
- Lettre de Georges RAS à Messieurs Courcier, Verson, Vlies et Coursier, Alger, 18 juin 1956 : Sans cesse en déplacement, je compte faire pour les jeunes combattants en Algérie ce que j’ai fait pour les jeunes se trouvant dans le RIF. Bien des français seront peut être surpris de voir les réactions viriles de beaucoup de ces jeunes. "

Autres correspondances :

-Lettre de [J FUQUER] à sa tante et son oncle : emploi du temps : Beau temps, escorte dans les gorges de la [Sourna] à 20 kilomètres de BLIDA, tirs de chars. Maintien de l’ordre pour élections.
2 photos : du 15/10/1959 vue de l’escadron, du 15/10/1959 poste de garde.

-Lettre de [ Raymond ] à son père Raymond, Zenata, 27 juillet 1962 : Santé bonne mais moral moins bon.170 jours au jus. Beau temps. Dans une ferme sans eau n électricité, état de saleté assez avancé. Libération prévue le 15 janvier 1963, du peu au jus. " Parle-moi de tes souris ".
- Lettre de Raymond à un copain, Zenata, 5 août 1962 : Temps splendides , soldat préoccupé par les femmes demande à son copain comment cela marche pour lui et se plaint de ne plus pouvoir aller au bordel.
1 photo : 3 jeunes gens au bas d’un escalier (Vichy Photo Sélection).
u>Lettres de différents soldats écrites aux patrons de la même entreprise située à Lille.

- Correspondance échangée entre l’employeur et le soldat deuxième classe Alphonse Platteuw du 19 décembre 1957 au 24 février 1959.
- Lettre écrite par son employeur au soldat Alphonse Platteuw, Lille 19 décembre 1957 : Ravi qu’il ne soit pas effrayé par la vie militaire un peu rude.
- Lettre du soldat Alphonse Platteuw à son employeur, Mont De Marsan, 27 d...

Archives Micallef ; Parachutistes ; Militaire ; Armée ; Correspondance ; Opération militaire

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 ORT

"On se souvient de l'enfance tragique et de l'adolescence prisonnière de José Vicente Ortuho. Après l'assassinat de sa mère, après des mois de bagne, José, à vingt et un ans, parvient à sortir d'Espagne. Ses retrouvailles avec son père, à Alès, ne font qu'accentuer ce relent d'amertume qui est son lot quotidien, depuis ce jour d'août 1948 où sa mère succomba. Désespéré, il arrive à Marseille. Poursuivi, il se bat encore, et son bon hasard le conduit à la Légion étrangère.
Parvenu à l'âge d'homme, José cherche une identité, une patrie à aimer, une cause à défendre. Il les trouvera en Algérie où, au cœur des balles et des grenades, et malgré elles, il désapprend la solitude. Le " sang versé " au cours des commandos lui redonnera-t-il le sentiment d'appartenir pleinement à un groupe, de n'être plus rejeté ? Il ne sera décidément jamais tranquille. Le voilà incorporé dans le 1'' R.E.P., le régiment qui fit trembler Alger. Dans cette guerre atroce et sauvage, maintes fois il manqua défaillir au cours d'opérations exterminatrices. Mais, chez les " bérets verts ", seuls les plus forts survivent, les autres sont promis à la mort. Cette mort, il vaut mieux la recevoir de ses ennemis que de ses pairs. Et le légionnaire Vicente comprend mal le jugement porté aujourd'hui sur des hommes dont le seul crime fut d'obéir. Sa sévérité n'épargne personne, ni ceux qui l'entraînèrent dans l'aventure ni ceux qui en tirèrent profit. Simple exécutant, il ressort du combat avec le désenchantement à l'âme et, voulant aller au bout de sa fidélité, il voit le piège de l'O.A.S. se refermer sur lui : l'O.A.S. où règne bientôt la trahison.
Une marche de plus à descendre, et c'est de nouveau l'aventure. Embarqué dans une affaire douteuse, le soldat perdu s retrouve au Congo, nomade du désert, pirate moderne d'une étrange et cruelle odyssée.
Le premier volet des Mémoires de ma haine avait encore les tendres résonances de la mémoire enfantine. Dans Mort pour une chose morte, Jose Vicente Ortuno démonte un nouveau mécanisme : il nous montre comment l'enfant "made in guerre-devient un homme " pour " la guerre, un " homme fauve ". Lui-même." (2ème et 3ème de couverture)
"On se souvient de l'enfance tragique et de l'adolescence prisonnière de José Vicente Ortuho. Après l'assassinat de sa mère, après des mois de bagne, José, à vingt et un ans, parvient à sortir d'Espagne. Ses retrouvailles avec son père, à Alès, ne font qu'accentuer ce relent d'amertume qui est son lot quotidien, depuis ce jour d'août 1948 où sa mère succomba. Désespéré, il arrive à Marseille. Poursuivi, il se bat encore, et son bon hasard le ...

Légionnaire ; Autobiographie ; Légion étrangère ; Guerre d'Algérie ; Parachutistes ; OAS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La guerre oubliée Groussard, Serge | Plon 1974

Monographie

y


Cote : 845 GRO

"La guerre pour rien. La guerre gagnée sur le terrain et perdue sur les tapis verts des tables de negociations. La guerre laissant clans la mémoire de ceux qui la firent un gout amer different de celui du sang. Le gout de l'inutile.
La colère passée, que reste-t-iI de la guerre d'Algérie au coeur de ses soldats trouvés et parfois perdus ? Peut-tre cette sorte de tendresse écorchée qu'on porte au souvenir dun enfant mort.
Serge Groussard, qui se battit volontairement en Algerie comme officier de parachutistes, se souvient de ses camarades et de ses adversaires."
"La guerre pour rien. La guerre gagnée sur le terrain et perdue sur les tapis verts des tables de negociations. La guerre laissant clans la mémoire de ceux qui la firent un gout amer different de celui du sang. Le gout de l'inutile.
La colère passée, que reste-t-iI de la guerre d'Algérie au coeur de ses soldats trouvés et parfois perdus ? Peut-tre cette sorte de tendresse écorchée qu'on porte au souvenir dun enfant mort.
Serge Groussard, qui se ...

Guerre d'Algérie ; Parachutistes ; Armée

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
0
Z