m

Documents  République, IVe | enregistrements trouvés : 38

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° n°494
Cote : 965.5 HAV-b

Reportage sur le Voyage de G. Mollet avec photographies;

Quotidien ; Voyage officiel ; République, IVe ; Politique et gouvernement

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : Fi - 965.5 COT

Fac-similé

Affiche ; Guerre d'Algérie ; République, IVe

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.5 PAI

"Décembre 1953 : M. Coty, élu président de la République, succède à M. Vincent Auriol. Cet événement dont l'importance n'apparaît pas aux contemporains, marque, en fait, un tournant considérable dans l'histoire de notre pays.
Avant 1953, comme nous l'avons vu dans Le Guépier, la France a maintenu comme elle a pu son empire colonial dans le droit fil de la tradition de la Ill' République. Bien que chassée de Syrie par les Anglais, évincée du Liban, elle a pu, tant bien que mal, enrayer la désagrégation des liens qui l'unissent à l'Afrique du Nord. Mais, paralysée par les puissances économiques locales, les féodaux de toute obédience, elle n'a rien réglé. Le feu couve partout et va repartir. En Asie, par contre, la France n'a pas su et n'a pas pu reprendre, au moment propice, la maîtrise de l'Indochine dont elle avait été balayée par les Japonais. Leclerc, Valluy, Blaizot, Carpentier, De Lattre, Salan et maintenant Navarre se sont succédé à la tête du corps expéditionnaire. La main va passer.
Le tournant de 1953 avec lequel débute cette Liquidation est placé sous le signe du très grave échec militaire subi à Dien-Bien-Phu. Celui-ci survient au moment où le pouvoir est échu à un homme non conformiste et qui cherche à frapper les esprits par des décisions abruptes, par des paris qu'il tient avec le Destin : Pierre Mendès France.
Dien-Bien-Phu est donc à l'origine de notre abandon de l'Indochine. Mais, comme les réactions atomiques qui se produisent en chaînes, c'est tout l'édifice français d'Outre-Mer qui va se trouver ébranlé et par contre-coup celui du régime en place depuis la Libération. Quelques semaines plus tard, c'est la décision d'accorder l'autonomie interne à la Tunisie.
Des intrigues multiples se développent, qui ajoutent encore à nos difficultés et à notre manque d'imagination : Etats-Unis, Vatican, URSS, etc. Ce sont des intérêts puissants qui sont en jeu, masqués par les idéologies les plus opposées.
La Liquidation est l'histoire de' ces espoirs, de ces drames, de ces défaites, de ces luttes politiques métropolitaines souvent féroces qui ont profondément épuisé notre pays. Cette fresque gigantesque (1954-1962) est aussi l'histoire d'hommes de toutes conditions, des plus célèbres aux plus modestes, qui ont été mêlés passionnellement aux événements.
Après le récit de notre départ d'Asie, notre éviction de la Tunisie et du Maroc, c'est l'histoire' complète de la guerre d'Algérie coupée par l'épisode de Suez 1956 Au début du livre, on trouvera un sommaire illustré avec les détails des vingt-sept chapitres. A la fin de l'ouvrage est placé un index comprenant plusieurs centaines de' noms cités : témoins et acteurs.
Cette « somme » est indispensable à ceux qui veulent connaître l'histoire de notre pays."
"Décembre 1953 : M. Coty, élu président de la République, succède à M. Vincent Auriol. Cet événement dont l'importance n'apparaît pas aux contemporains, marque, en fait, un tournant considérable dans l'histoire de notre pays.
Avant 1953, comme nous l'avons vu dans Le Guépier, la France a maintenu comme elle a pu son empire colonial dans le droit fil de la tradition de la Ill' République. Bien que chassée de Syrie par les Anglais, évincée du ...

Décolonisation ; Guerre d'Indochine ; Guerre d'Algérie ; République, IVe

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 323 HER

"Le 2 février 1956, au lendemain de l’investiture du
gouvernement de front républicain dirigé par Guy Mollet,
Jacques Soustelle quitte son poste de Gouverneur général
d’Algérie. Huit jours plus tard, le 10 février, fraîchement
nommé Ministre résident en Algérie, Robert Lacoste
débarque à « Maison-Blanche », l’aéroport d’Alger. Il monte
rapidement dans une voiture banalisée et se précipite vers le
Palais d’Eté où l’attend son camarade Guy Mollet.
Il est le seul, parmi les « poids lourds » du gouvernement,
comme le sont Pierre Mendès France ou Gaston Defferre, à
avoir répondu présent à l’appel de Guy Mollet au soir de la
manifestation du 6 février, devant le monument aux morts
d’Alger.
Huit jours seulement séparent le départ de Soustelle et
l’arrivée de Lacoste. Huit jours où commence, à bas bruit, à se
bâtir la légende noire de Guy Mollet et de Robert Lacoste. Elle
sera, chaque jour, enrichie par ceux qui confondent idéologie
et morale, les champions autoproclamés du « camp du bien »,
les pères d’une « nouvelle gauche ». Le parti socialiste SFIO y
survivra difficilement.
Le jour de la disparition de Robert Lacoste, la télévision
annoncera la mort du « ministre de la torture »." (4ème couv.)
"Le 2 février 1956, au lendemain de l’investiture du
gouvernement de front républicain dirigé par Guy Mollet,
Jacques Soustelle quitte son poste de Gouverneur général
d’Algérie. Huit jours plus tard, le 10 février, fraîchement
nommé Ministre résident en Algérie, Robert Lacoste
débarque à « Maison-Blanche », l’aéroport d’Alger. Il monte
rapidement dans une voiture banalisée et se précipite vers le
Palais d’Eté où l’attend son camarade Guy ...

Lacoste, Robert ; Biographie ; Guerre ; Torture ; Politique et gouvernement ; République, IVe

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 923 ZEL

"-Gaulliste intégral'', Edmond Michelet est connu du grand public pour sa foi chrétienne, son engagement dans la Résistance dès juin 1940 et sa conduite admirable de déporté à Dachau.
Ministre de la Justice de 1959 à 1961, il réprime pourtant avec zèle d'abord les partisans du FLN puis ceux de l'Algérie française, signant même l'ordonnance rétablissant la peine de mort en matière politique abolie depuis 1848.
Par delà les clichés, Bernard Zeller éclaire ici les différentes facettes d'une personnalité complexe, il en explore la vie et les responsabilités d'homme public jusqu'à sa disparition en 1970 alors qu'il est chargé des Affaires culturelles.
Edmond Michelet a-t-il réellement vécu héroïquement les vertus chrétiennes dans son approche spirituelle, humaine et politique du pouvoir? Quelle fut sa position de ministre catholique face aux exigences de l'encyclique Hum anae Vitae?
L'opportunité du transfert à Rome des résultats de l'enquête canonique pour la cause de béatification d'Edmond Michelet ouverte en 2006 par l'évêque de Tulle résistera-t-elle à l'examen de ces pages ?
Polytechnicien, ingénieur de l'Armement, Bernard Zeller a fait toute sa carrière dans les industries de la Défense et de l'Espace. Sa présente étude rigoureuse et documentée bénéficie de l'accès récent aux archives du secrétariat de la Présidence de la République." (4ème couv.)
"-Gaulliste intégral'', Edmond Michelet est connu du grand public pour sa foi chrétienne, son engagement dans la Résistance dès juin 1940 et sa conduite admirable de déporté à Dachau.
Ministre de la Justice de 1959 à 1961, il réprime pourtant avec zèle d'abord les partisans du FLN puis ceux de l'Algérie française, signant même l'ordonnance rétablissant la peine de mort en matière politique abolie depuis 1848.
Par delà les clichés, Bernard Zeller ...

Homme politique ; Biographie ; Déportation ; République, IVe ; République, V° ; Guerre d'Algérie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 923 ZEL

"Edmond Michelet, né le 8 octobre 1899, résistant dès le 17 juin 1940, est déporté au camp de Dachau de septembre 1943 à mai 1945.
Il est ministre des armées de novembre 1945 à décembre 1946 dans les gouvernements dirigés successivement par le général de Gaulle, Félix Gouin et Georges Bidault.
Député M.R.P. puis R.P.F. de la Corrèze de 1946 à 1951, il est sénateur R.P.F. puis républicain-social de la Seine de 1952 à 1958 et milite ardemment pour le retour au pouvoir du général de Gaulle.
Ministre des anciens combattants dans le dernier ministère de la IV` République, dirigé par le général de Gaulle, il est ministre de la Justice de janvier 1959 à août 1961, en plein drame algérien. Au conseil constitutionnel de 1962à 1967, il est élu député du Finistère en mars 1967 et prend le portefeuille de la Fonction publique dans le gouvernement Pompidou constitué le 7 avril 1967.
Réélu député du Finistère en juillet 1968, il soutient la candidature de Georges Pompidou à l'élection présidentielle de juin 1969 et devient ministre d'État chargé des Affaires culturelles dans le cabinet Chaban-Delmas. C'est dans ces fonctions qu'il décède le 9 octobre 1970.
La cause de béatification d'Edmond Michelet a été introduite dans le diocèse de Tulle en raison de son comportement admirable à Dachau.
Quel homme public Edmond Michelet a-t-il été après la seconde guerre mondiale ? C'est à cette question qui en soulève de nombreuses autres que tente de répondre ce petit livre.


Sixième enfant et deuxième fils du général André Zeller condamné en mai 1961à 15 ans de détention criminelle pour sa participation au coup d'Alger du 22 avril 1961, Bernard Zeller a effectué l'essentiel de ses études au Prytanée National Militaire de La Flèche durant les années de détention de son père à la prison de Tulle.
Polytechnicien, ingénieur en chefde l'Armement (Re), père de trois enfants, il est actuellement dirigeant d'une entreprise industrielle."
"Edmond Michelet, né le 8 octobre 1899, résistant dès le 17 juin 1940, est déporté au camp de Dachau de septembre 1943 à mai 1945.
Il est ministre des armées de novembre 1945 à décembre 1946 dans les gouvernements dirigés successivement par le général de Gaulle, Félix Gouin et Georges Bidault.
Député M.R.P. puis R.P.F. de la Corrèze de 1946 à 1951, il est sénateur R.P.F. puis républicain-social de la Seine de 1952 à 1958 et milite ardemment pour ...

Homme politique ; Biographie ; Déportation ; République, IVe ; République, V° ; Guerre d'Algérie ; Archives Monneret

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 301 PER

"Tragique episode de I'histoire de la France contemporaine, la decolonisation est aussi le plus mal connu: ii n'existe pas d'histoire officielle ni de version consensuelle, mais des histoires partielles et partiales qui s'affrontent autour d'enjeux de mémoire. A la Iumière des recherches universitaires récentes et des documents d'archives, ii est aujourd'hui possible de mener un travail scientifique. C'est l'objectif de ce livre.
L'auteur commence par définir les notions de colonisation et de decoIonisation afin de ressusciter les realites multiples de concepts souvent ambigus. Puis ii retrace la formation de l'Empire colonial français depuis le XVIe siècle, avant d'étudier ses caractéristiques économiques et politiques lors de son apogee territorial entre 1919 et 1939. Vient enfin la succession des conflits qui en moins d'un quart de siècle ont disloque cet Empire: les chocs de la Seconde Guerre mondiale, les tentatives pour constituer une Union française, la guerre d'lndochine, les troubles en Afrique du Nord et la guerre d'Algérie, revolution moins tumultueuse de l'Afrique noire.
Sur tous ces points, l'auteur restitue la trame des faits et éclaire le lecteur avec neutralité, en apportant des réponses précises aux questions soulevées par le processus de décolonisation. De nombreux textes permettent de restituer, pour chaque période, les rapports de force et les prises de positions.
Les étudiants en Histoire et tous ceux qui désirent mieux cerner cette question difficile trouveront la un remarquable travail de syntheses."
(4e de couv.)
"Tragique episode de I'histoire de la France contemporaine, la decolonisation est aussi le plus mal connu: ii n'existe pas d'histoire officielle ni de version consensuelle, mais des histoires partielles et partiales qui s'affrontent autour d'enjeux de mémoire. A la Iumière des recherches universitaires récentes et des documents d'archives, ii est aujourd'hui possible de mener un travail scientifique. C'est l'objectif de ce livre.
L'auteur ...

Empire colonial ; Décolonisation ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; République, IVe ; Guerre d'Indochine ; Protectorat ; République, V°

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.4 AMO

"Avec La page n'est pas encore tournée, Henri Amouroux achève une série commencée en 1976 par la publication du Peuple du désastre.
Dix livres. Dix livres dont huit - Le peuple du désastre, Quarante millions de pétainistes, Les beaux jours des collabos, Le peuple réveillé, Les passions et les haines, L'impitoyable guerre civile, Un printemps de mort et d'espoir, Joies et douleurs du peuple libéré - sont consacrés à l'histoire des Français (et des Françaises) sous l'occupation. Les deux derniers, Les règlements de comptes et ce tome X, que vous avez entre les mains, La page n'est pas encore tournée, évoquent les suites matérielles, politiques et psychologiques de l'occupation.
Il n'est pas vrai, en effet, qu'un événement aussi important dans la vie d'une nation et d'un peuple prenne fin parce que les cloches des villes et des villages de France sonnent la victoire et que le général de Gaulle, acclamé par la foule, se rend à l'Arc de triomphe.
Tout continue, et tout continue aujourd'hui encore dans les esprits et dans les coeurs, tout continue relayé par la presse, la radio, la télévision, les débats, les procès. Proches du XXIe siècle, nous demeurons ainsi marqués par le plus grand drame du XXe siècle. C'est le legs de l'histoire nationale et des légendes familiales.
La page n'est pas encore tournée, dernier volume de la série historique d'Henri Amouroux qui a connu des millions de lecteurs, est consacré à cette année 1945, riche en événements importants, voire décisifs : la fin victorieuse de la guerre, le retour des déportés et des prisonniers, la découverte de l'horreur des camps, le procès du maréchal Pétain et celui de Pierre Laval, le référendum constitutionnel et les élections législatives d'octobre, la lassitude du général de Gaulle devant les attaques des partis politiques. Il commence par une interrogation.
Pourquoi, après plus d'un demi-siècle, les passions demeurent-elles aussi vives, pourquoi le feu couve-t-il toujours sous la cendre, pourquoi la page n'est-elle pas encore définitivement tournée? Henri Amouroux apporte sa réponse. Elle tient compte de tout ce que, au fil des années, et pour ce livre encore, lui ont apporté des lecteurs confiants qui, par milliers depuis 1976 (expérience unique), l'ont aidé par les témoignages et les souvenirs de leur jeunesse à comprendre et mieux faire comprendre la période la plus tragique de l'histoire de France.
Faire comprendre, ne jamais céder aux simplifications, au manichéisme, au parti pris, reconstituer la vérité d'une époque trouble et troublée, tout en sachant combien l'approche de cette vérité était difficile, telle était l'intention d'Henri Amouroux lorsqu'il s'est lancé, voici plus de dix-sept ans, dans ce qui devait être la grande aventure et la passion de sa vie.
Les lecteurs et les lectrices lui ont donné raison."
"Avec La page n'est pas encore tournée, Henri Amouroux achève une série commencée en 1976 par la publication du Peuple du désastre.
Dix livres. Dix livres dont huit - Le peuple du désastre, Quarante millions de pétainistes, Les beaux jours des collabos, Le peuple réveillé, Les passions et les haines, L'impitoyable guerre civile, Un printemps de mort et d'espoir, Joies et douleurs du peuple libéré - sont consacrés à l'histoire des Français (et ...

Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; Etude historique ; Histoire contemporaine ; République, IVe ; Gaulle, Charles de (1890-1970)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.5 GOE

"« Jean-Yves Goëau-Brissonnière, jeune avocat,
SFIO bon teint (...), raconte par le menu et non sans
panache comment il fut dépêché à Tunis en juillet
1957, après l'échec d'autres contacts secrets sous Guy
Mollet l'année précédente, pour tâter des syndicalistes
algériens et des éminences provisoires du FLN sur les
chances de pourparlers de paix. (...) Le voici rappelé,
brusquement, à Paris et tombant dans un guet-apens
sans doute tendu par la DST ! (...) L'incident dévoila
le pot aux roses, la presse s'activa, des ministres fla-
geolèrent, les adversaires de Hourgès-Maunoury saisi-
rent l'occasion pour le renverser : la IVe République,
divisée contre elle-même, avait une fois encore mon-
tré son impuissance à maîtriser le dossier algérien. »"
"« Jean-Yves Goëau-Brissonnière, jeune avocat,
SFIO bon teint (...), raconte par le menu et non sans
panache comment il fut dépêché à Tunis en juillet
1957, après l'échec d'autres contacts secrets sous Guy
Mollet l'année précédente, pour tâter des syndicalistes
algériens et des éminences provisoires du FLN sur les
chances de pourparlers de paix. (...) Le voici rappelé,
brusquement, à Paris et tombant dans un guet-apens
sans doute tendu ...

Guerre d'Algérie ; Pacification ; République, IVe

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

0
Z