m

Documents  Mayer, René | enregistrements trouvés : 7

O
     

-A +A

P Q

UV

Polytechnicien, Ingénieur général des Ponts et Chaussées, ancien directeur général de l'IGN puis du CSTB, PDG de la Cie Boussac Saint-Frères etc., René Mayer est Commandeur de la Légion d'honneur.


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 134 - 12e année - février 1959
Cote : 728 ENQ-b

Enquête ; Bâtiment d'habitation ; Habitat ; Travaux publics ; Mayer, René ; Archives Mayer

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : D - 313 RAD

Patrice Boissy recevait Jean Monneret, historien, Rémi Mayer, ancien haut fonctionnaire, écrivain, et Joseph Perez, président du centre de documentation historique sur l'Algérie et l'Afrique du Nord, pour une émission

Algérie française ; Pieds-noirs ; Guerre d'Algérie ; Exode

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 313 MAY

[Texte de l'allocution prononcée par René Mayer le 12 mai 2006 à Paris, à l’Unesco, à l'occasion du soixantième anniversaire de "l'Algérienne", plus ancienne association fondée en Métropole de Français d'Algérie, présidée par M Roland Blanquer.]

"Alors qu’ils n'étaient le plus souvent arrivés en France qu'avec une simple valise pour tout bagage, alors qu'ils n'étaient généralement que d’origine modeste : fils ou filles d’employés de bureau, de petits fonctionnaires, d'agents des services publics (électricité ou gaz, PTT, chemins de fer ou tramways), de petits commerçants, d'instituteurs etc…, les Français d'Afrique du Nord ont été contraints de se réintégrer dans l'urgence en Métropole. Ils n’y avaient généralement plus aucune attache. Leurs aïeux étaient partis pour le Maghreb quatre, cinq ou six générations auparavant. En 1962, ils furent délibérément dispersés sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Quand ils étaient originaires de Métropole, ce qui n’était pas toujours le cas, leurs ancêtres avaient généralement émigré à partir des régions les plus pauvres de l’Hexagone, régions soumises à l'exode rural et aujourd’hui pratiquement désertifiées : sud du Massif central, Haute Saône, Hautes Alpes etc où ils ne risquaient pas de renouer avec leurs lointaines racines, depuis longtemps disparues. En ce sens, le terme rapatriement s’applique bien mal à leur exode. Il ne rend compte que très approximativement des difficultés qu’ils rencontrèrent, des obstacles qu'ils durent surmonter, des épreuves qu'ils eurent à franchir pour se réimplanter dans des territoires avec lesquels, auparavant, ils n’avaient jamais eu le moindre contact.

Comme leurs ancêtres au moment de leur première transportation (c’est le mot qui fut utilisé au 19ème siècle pour désigner l’envoi d'office de populations destinées à faire de l’Algérie une colonie de peuplement), ils furent conduits vers des lieux où rien n’avait été préparé pour les accueillir. Ils durent à nouveau y improviser une vie et y faire leur trou.

Sans même parler des Harkis, ces citoyens français échappés au massacre, qu'on enferma derrière des barbelés et qui y restèrent, comme à Mouans Sarthoux, aux environs de Grasse, près de trente années, le premier accueil des populations locales ne fut pas toujours très avenant.

Il n'en est que plus réconfortant, quarante-cinq années plus tard, de constater que, malgré quelques drames, la réinsertion de ces Français d'Afrique du Nord est aujourd'hui dans l'ensemble un succès. Non seulement ils ont su trouver des emplois et s'adapter à un environnement social qui ne leur était pas familier, mais ils ont parfaitement appris à utiliser les ascenseurs sociaux que leur offrait la Métropole.

Au moment de l'exode, ils ne représentaient que 2 % de la population métropolitaine. Ils fournissent aujourd’hui des proportions sensiblement plus importantes des catégories sociales les plus sélectives. De la science à l’économie, du droit à la culture, des hautes fonctions administratives au journalisme, ils se sont illustrés dans les domaines les plus divers."
[Texte de l'allocution prononcée par René Mayer le 12 mai 2006 à Paris, à l’Unesco, à l'occasion du soixantième anniversaire de "l'Algérienne", plus ancienne association fondée en Métropole de Français d'Algérie, présidée par M Roland Blanquer.]

"Alors qu’ils n'étaient le plus souvent arrivés en France qu'avec une simple valise pour tout bagage, alors qu'ils n'étaient généralement que d’origine modeste : fils ou filles d’employés de bureau, de ...

Pieds-noirs ; Histoire ; Littérature ; Culture ; Carrière ; Installation

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 313 MAY-b

Texte de l'allocution prononcée par René Mayer le 12 mai 2006 à Paris, à l'Unesco, à l'occasion du soixantième anniversaire de "l'algérienne", plus ancienne association fondée en Métropole de français d'Algérie, présidée par M Roland Blanquer

Pieds-noirs ; Après 1962 ; Intégration ; Rapatriement

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 313 MAY

Mémoire de maîtrise d'Histoire contemporaine

Pieds-noirs ; Histoire ; Littérature ; Culture ; Art ; Science

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 MAY

"Je savais peu de choses de mon père. Il n'aimait guère parler de lui-même et, sur son enfance d'orphelin, restait totalement muet. Il est mort à Nice, peu de mois après avoir été « rapatrié ». Avide de revivre notre complicité d'antan, j'ai voulu découvrir ses origines et son passé.
La recherche de ses racines m' a conduit à explorer son lieu de naissance où sont également nés Albert Camus et le maréchal Alphonse Juin, le vainqueur de la campagne d'Italie, puis à étudier l'histoire de ce peuple éphémère et toujours vivant qu'on nomme ici « les Pieds-noirs ».
Le calvaire des générations qui m'avaient précédé sur le sol algérien illustre avec cruauté un siècle et demi de destins croisés entre la France et le Maghreb. Tant de liens rattachent les événements révolus et ceux qui assaillent l'Algérie actuelle ! Croyant se débarrasser du problème algérien, la France a bâclé sa sortie, sacrifié Harkis et Pieds-noirs et laissé étouffer dans l'oeuf la démocratie algérienne. Ce problème, elle le retrouve à présent intact devant sa porte.
Pour comprendre aujourd'hui, il faut se souvenir d'hier."
"Je savais peu de choses de mon père. Il n'aimait guère parler de lui-même et, sur son enfance d'orphelin, restait totalement muet. Il est mort à Nice, peu de mois après avoir été « rapatrié ». Avide de revivre notre complicité d'antan, j'ai voulu découvrir ses origines et son passé.
La recherche de ses racines m' a conduit à explorer son lieu de naissance où sont également nés Albert Camus et le maréchal Alphonse Juin, le vainqueur de la ...

Mémoire ; Pieds-noirs ; Histoire ; Algérie française ; Guerre d'Algérie

... Lire [+]

Z