m

Documents  Confrérie religieuse | enregistrements trouvés : 17

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 14 ARC 21

Devoir manuscrit sur les confréries religieuses musulmanes

Religion ; Islam ; Musulman ; Confrérie ; Confrérie religieuse ; Mohammed ; Mahomet ; Coran ; Soufisme ; Finance ; Archives Ibazizen ; Exposé ; Cahier scolaire ; Dissertation

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 12
Cote : 311 AND-b

Cet extrait avait été reproduit pour l'usage exclusif des Officiers en stage au Centre d'Etudes Asiatiques et Africaines.

Confrérie religieuse ; Musulmane ; Islam ; Afrique du Nord

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : A00220

"Au cours du XIXe siècle, catholicisme et islam deviennent les deux religions majoritaires en Algérie. Alors que l'islam est attesté depuis des siècles, le catholicisme est assimilé au
conquérant. Comment la France a-t-elle procédé dans ses relations avec ces deux religions? Et que nous disent ces relations de la réalité coloniale?
Oissila Saaidia retrace ici les étapes qui ont conduit à « l'invention du culte musulman ». Le catholicisme apparaît, lui, comme l'un des piliers de l'ordre colonial bien que des tensions apparaissent avec la République anticléricale. De leur côté, les musulmans sont soumis à une « obsession sécuritaire » croissante de la part des autorités françaises.
C'est dans ce contexte de mise sous tutelle des cultes que la loi de Séparation de 1905 va donner, pour la première fois, un cadre légal à l'islam. Conçue pour la métropole, cette loi est censée inaugurer un nouveau type de relations entre l'État et les cultes. Elle stipule en effet que la République ne reconnaît ni ne subventionne aucun d'entre eux. En théorie, toutes les confessions sont placées à la même enseigne républicaine. Dans la réalité, les choses seront bien différentes en Algérie..." (4ème couverture)
"Au cours du XIXe siècle, catholicisme et islam deviennent les deux religions majoritaires en Algérie. Alors que l'islam est attesté depuis des siècles, le catholicisme est assimilé au
conquérant. Comment la France a-t-elle procédé dans ses relations avec ces deux religions? Et que nous disent ces relations de la réalité coloniale?
Oissila Saaidia retrace ici les étapes qui ont conduit à « l'invention du culte musulman ». Le catholicisme ...

Colonisation ; Politique et gouvernement ; Relations Algériens - Pieds-Noirs ; Chrétiens ; Musulman ; Islam et politique ; Confrérie religieuse

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 109 ARC 14

Manuscrit original ayant servi à la transcription pour l'édition en 2005.

"L'auteur a voulu revisiter, cent ans après sa mort, la carrière de son grand-oncle connu des historiens comme le « Pacificateur de la Mauritanie ».
Celui-ci, élevé en Corse passe en Algérie son adolescence et les premières années de sa vie d'homme dans l'Administration des Communes Mixtes et au Gouvernement Général.
Arabisant et islamisant distingué il publie en 1897, avec Octave Depont un ouvrage de référence intitulé « Les Confréries Religieuses musulmanes ». Il conçoit alors une doctrine d'expansion coloniale dont les idées-forces sont le respect de l'autre dans sa culture et ses moeurs, et l'effort persistant pour le comprendre et l'amener à conciliation.
Il l'applique en 1898 et 1899, au cours d'une mission au Soudan français où il obtient la soumission de plusieurs tribus. Il convainc ensuite le Président du Conseil Waldeck-Rousseau de créer au Sahara occidental un territoire dont il définit les limites et qu'il appelle la Mauritanie dont l'administration lui sera confiée. Il en est le fondateur.
De 1900 à 1905, il parcourt le pays et gagne la confiance des tribus maraboutiques et de certaines tribus guerrières. Pendant son avance vers les confins du Maroc, il est assassiné à Tidjikdja le 12 mai 1905, à l'instigation de puissances étrangères et de commerçants du Sénégal hostiles aux structures de la pacification qui entravent leurs trafics d'armes et d'esclaves."
Manuscrit original ayant servi à la transcription pour l'édition en 2005.

"L'auteur a voulu revisiter, cent ans après sa mort, la carrière de son grand-oncle connu des historiens comme le « Pacificateur de la Mauritanie ».
Celui-ci, élevé en Corse passe en Algérie son adolescence et les premières années de sa vie d'homme dans l'Administration des Communes Mixtes et au Gouvernement Général.
Arabisant et islamisant distingué il publie en 1897, ...

Exploration ; Conquête ; Mauritanie ; Afrique du Nord ; Sénégal ; Congo ; Corse, La ; Algérie ; Administration ; Commune mixte ; Confrérie religieuse ; Soudan ; Islam ; Afrique Occidentale Française ; Généalogie ; Archives Coppolani

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 925 COP

"L'auteur a voulu revisiter, cent ans après sa mort, la carrière de son grand-oncle connu des historiens comme le « Pacificateur de la Mauritanie ».
Celui-ci, élevé en Corse passe en Algérie son adolescence et les premières années de sa vie d'homme dans l'Administration des Communes Mixtes et au Gouvernement Général.
Arabisant et islamisant distingué il publie en 1897, avec Octave Depont un ouvrage de référence intitulé « Les Confréries Religieuses musulmanes ». Il conçoit alors une doctrine d'expansion coloniale dont les idées-forces sont le respect de l'autre dans sa culture et ses moeurs, et l'effort persistant pour le comprendre et l'amener à conciliation.
Il l'applique en 1898 et 1899, au cours d'une mission au Soudan français où il obtient la soumission de plusieurs tribus. Il convainc ensuite le Président du Conseil Waldeck-Rousseau de créer au Sahara occidental un territoire dont il définit les limites et qu'il appelle la Mauritanie dont l'administration lui sera confiée. Il en est le fondateur.
De 1900 à 1905, il parcourt le pays et gagne la confiance des tribus maraboutiques et de certaines tribus guerrières. Pendant son avance vers les confins du Maroc, il est assassiné à Tidjikdja le 12 mai 1905, à l'instigation de puissances étrangères et de commerçants du Sénégal hostiles aux structures de la pacification qui entravent leurs trafics d'armes et d'esclaves."
"L'auteur a voulu revisiter, cent ans après sa mort, la carrière de son grand-oncle connu des historiens comme le « Pacificateur de la Mauritanie ».
Celui-ci, élevé en Corse passe en Algérie son adolescence et les premières années de sa vie d'homme dans l'Administration des Communes Mixtes et au Gouvernement Général.
Arabisant et islamisant distingué il publie en 1897, avec Octave Depont un ouvrage de référence intitulé « Les Confréries ...

Exploration ; Conquête ; Mauritanie ; Afrique du Nord ; Sénégal ; Congo ; Corse, La ; Algérie ; Administration ; Commune mixte ; Confrérie religieuse ; Soudan ; Islam ; Afrique Occidentale Française ; Généalogie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Z