m

Documents  Enseignement professionnel | enregistrements trouvés : 109

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 226 ARC 00

Joseph Botella a participé à la guerre 1914-1918. Mutilé de guerre, il reçoit pour son engagement le titre officier de la légion d'honneur, médaille militaire, croix de guerre 14-18 avec palme et étoile de vermeil, officier du Ouissam alaouite, entre autres distinctions…. Le général Bigeard en parle avec émotion dans- ses livres. Joseph Botella et son épouse Rose Barret ont eu 7 enfants :
- Cécile, mariée à Lucien Laporte : parents de Raymond, est l'aînée.
- André Botella, né le 20 novembre 1913, le second, était lieutenant au moment où Pétain a signé l'armistice avec Hitler à Rethondes. Les forces armées françaises étant dissoutes, André dut rendre son sabre et se contenter du rôle d'agent de transmission. Après neuf mois de prison au château de Miranda pour être passé clandestinement en Espagne, il rejoint en 1942 le camp Cazes à Casa et prend la direction d'Alger puis de Londres. Il choisit de servir dans les paras. Il est affecté au 2ème Bataillon de Chasseurs Parachutistes sous les ordres du colonel Bourgoin et sera parachuté avec son stick en Bretagne en élément précurseur le 4 juin 1944. Grièvement blessé, il reprend du service en Algérie au 1er RCP puis en Indochine. Héros de Dien Bien Phu, il sera fait Commandeur de la légion d'honneur, croix de guerre avec de nombreuses palmes et étoiles et Compagnon de la Libération. Le général de Gaulle le cite dans ses Mémoires de guerre. Marié à Lucie a eu deux filles Claudine et Dominique.
- Georgette Botella, est née le 12 août 1917, la troisième, était professeur technique, section tapis, aujourd'hui inspectrice honoraire des écoles. Elle a épousé Pierre Coudert, président de cour d'assises administratives. Elle est la mère de Simone Coudert, la donatrice du fonds.
- Renée, la quatrième, parlait cinq langues et travaillait au Service de Documentation Exterieur et du Contre-espionnage, le fameux SDEC, où elle était chef de service de la section Afrique.
- Lucien Botella, le cinquième, a fait toute la campagne d'Italie sous les ordres du général Juin, futur Maréchal de France. Il s’est marié à Marcelle Pillot.
- Georges Botella, le sixième, ancien des camps de jeunesse et champion du Maroc junior de saut en hauteur. En 1942, il fut affecté au 1er Chasseurs d'Afrique. Il est mort au champ d'honneur le 8 janvier 1945 lors de la contre-attaque du Maréchal Von Rundstedt dans les Ardennes. Il fut décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre à titre posthume. Une rue de Mazagan portait son nom dans le quartier Ben Chergui.
- Claude Botella, le septième, engagé volontaire en 1942, à 18 ans, participa aux côtés des forces américaines à toute la campagne du Pacifique. Il est titulaire de la croix de guerre T.O.E. et inter-alliée et de la médaille de campagne avec agrafe « Pacifique ». Divorcé s’est remarié avec Christiane. A deux fils Christophe, artificier et François, commandant.

[Informations réunies à partir de note de la donatrice et d’un article de Jean-Louis Morel]

En première noce, Claude Botella a épousé Claude Asernal. De cette union est né Guy Botella, géotechnicien, le 26 janvier 1953, lui-même père de :
- Christophe (homonyme du demi-frère de Guy Botella, Christophe Botella, artificier), né le 25 mars 1978, officier de marine (capitaine de corvette, sous-marinier) et chevalier de l’ordre national du mérite.
- Audrey, née le 19 juillet 1982, qualiticienne dans une orfèvrerie.

[Complément d'informations reçu de la part du petit-fils de Claude Botella]

On trouve essentiellement dans ce fonds les papiers personnels (correspondances notamment) et les diplômes ou décorations de plusieurs membres de la famille Botella-Coudert. Un important lot de photographies familiales accompagnent également ce fonds d’archives familales.

Papiers personnels de Joseph Botella

226 ARC 01
Diplômes et décorations
1921 - 1955

Papiers personnels d'André Botella

226 ARC 02
Documents d’état civil
[n.d.]

226 ARC 09
Citations militaires
1943 - 1945

Papiers personnels de Georges Botella

226 ARC 03
Diplômes et décorations
1939 - 1975

Papiers personnels de Paulette (dit Georgette) née Botella épouse Coudert

226 ARC 04
Correspondance passive
1936 - 1965

226 ARC 05
Document d’état civil
1937

226 ARC 06
Documents relatifs à la carrière de Paulette (dit Georgette) Botella, professeur technique adjoint au Collège technique de Rabat
1939 - 1957

Papiers personnels de Renée Botella

226 ARC 07
Correspondance passive
1978

226 ARC 08
Diplôme et certificats
1931 - 1971

Papiers personnels de Simone Coudert

226 ARC 10
Correspondance passive
1958 - 2007

Iconographie

226 ARC 11
Photographies familiales
1914 - 1975

226 ARC 12
Iconographie diverse
[n.d.]

Documentation

226 ARC 13
Divers
[n.d.]

Objets

226 ARC 14
Peignes à laine
[n.d.]

226 ARC 15
Ceinturon décoratif en cuir
[n.d.]
Joseph Botella a participé à la guerre 1914-1918. Mutilé de guerre, il reçoit pour son engagement le titre officier de la légion d'honneur, médaille militaire, croix de guerre 14-18 avec palme et étoile de vermeil, officier du Ouissam alaouite, entre autres distinctions…. Le général Bigeard en parle avec émotion dans- ses livres. Joseph Botella et son épouse Rose Barret ont eu 7 enfants :
- Cécile, mariée à Lucien Laporte : parents de Raym...

Archives Botella-Coudert ; Rabat ; Grande Guerre 1914-1918 ; Légion d'Honneur ; Soldats ; Enseignement professionnel ; Artisanat ; Couture ; Tissage ; Tapis ; Mazagan, ville ; Armée d'Afrique ; Tirailleur

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Archives Cilia - Diplôme scolaire | 21/10/1908

Archives

V


Cote : 1000 ARC 72

Diplôme d'élève breveté de l'école d'apprentissage de Dellys délivré à Mr Léon Henri Philippe Cilia, Alger, 21/10/1908.

Diplômes ; Dellys, commune ; Agriculture ; Enseignement professionnel

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 333 ARC 00

Famille Amizet


Issus de Français qui avaient immigré au début du siècle, Hélène et Yves Amizet sont nés, se sont mariés et ont vécu en Algérie jusqu’en 1962. La famille Arnould avait fui la germanisation de l’Alsace, fin XIXe, pour s’installer à Alger. Hélène et Yves se sont connus dès l’adolescence. Ils ont fréquenté les écoles d’Alger, puis l’université et l’école nationale d’agriculture pour Yves Amizet. Ils ont passés les concours en métropole. Elle était professeur d’Anglais, lui était cadre à la Caisse du Crédit agricole d’Alger. Elle enseignait au lycée. Ils parlent couramment l’Arabe. « Papa était un proche d’Albert Camus », se souvient-elle. Leur jeunesse et leur adolescence ont été studieuses, leur vie d’adulte est heureuse. Le bonheur a pris brutalement fin avec que ce qu’on appelait encore à l’époque les évènements. « Je suis un miraculé de la fusillade du 26 mars », raconte M. Amizet. Pourtant le 1er novembre 1954, il ne croyait guère à l’insurrection dont il avait vaguement entendu parler. Le 2, il était mobilisé par l’armée…. L’exode s’est fait dans la précipitation. Hélène Amizet arrive en France en juin 1962 avec ses deux enfants. Son mari l’a suivi, trois mois plus tard. Ils ont tout laissé de l’autre côté de la Méditerranée. « On a refait notre vie sans problème », avoue aujourd’hui Yves Amizet. Après un séjour en Vendée et dans l’Oise, le couple s’installe définitivement dans le Jura.
[sources : https://actu.fr/bourgogne-franche-comte/lons-le-saunier_39300/la-terre-natale-perdue-des-francais_14144476.html consulté le 18/07/2018]


André Amizet (1906 - 1998)

333 ARC 01
Cahiers scolaires manuscrits d’André Amizet, élève ingénieur à l’Institut Agricole d’Algérie (devenu plus tard Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie) : zoologie, parasitologie, entomologie, géologie [Documents illustrés par des croquis.]
1924 - 1926

Yves Amizet (1932 - )

Né à Alger, où il y passe sa scolarité secondaire (prépa au Lycée Bugeaud d’Alger), Yves Amizet est admis à l’ENSA d’Alger en 1951. Après son service militaire, il obtient un certificat d’Arabe dialectal algérien à la Médersa d’Alger en 1958. A la sortie de l’Ecole, de 1954 à 1957, pendant mon service militaire qui a duré 30 mois, il a présenté le concours de recrutement pour être " Inspecteur foncier " à la CACAM (Caisse Algérienne de Crédit Agricole Mutuel) à Alger. Sa carrière professionnelle a débuté le 9 mai 1957 : sa mission était alors de visiter les exploitations d’agriculteurs sollicitant un crédit d’équipement afin d’établir l’opportunité de celui-ci. Cette mission s’est poursuivie jusqu’en 1962 malgré l’insécurité ... En 1961, agréé comme Expert des Tribunaux, il effectue également des expertises pour la CAPER (équivalent en Algérie des SAFER). Etant sous statut de " fonctionnaire de l’Algérie ", un décret d’août 1962 m’a cependant intégré au sein de la Caisse Nationale de Crédit Agricole à Paris. N’ayant aucune appétence pour la vie parisienne, il s’oriente vers les Caisses Régionales de Crédit Agricole. Après un séjour en Vendée et dans l’Oise, il s’installe définitivement dans le Jura comme Directeur Général de la Caisse Régionale du Jura à compter du 2 janvier 1978.
[sources : http://agria.uniagro.fr/global/gene/link.php?doc_id=2193&fg=1 consulté le 18/07/2018]
Cf. les archives relatives à sa carrière : 07 ARC 00 - Répertoire numérique du fonds Y. Amizet.


Papiers personnels

333 ARC 02
Travaux personnels dactylographiés réalisés par Yves Amizet, élève-ingénieur à l’Ecole Nationale d’Agriculture d’Alger (Maison-Carrée) :
- Copie d’un rapport de stage de S.I.P. (Barika, juillet 1953) [graphiques collés] ;
- Copie d’un rapport de stage dans une Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel, Orléansville, octobre – novembre 1953 ;
- Copie d’un rapport de spécialisation de 3e année en arboriculture sur le citronnier en Algérie, juin 1954 ;
- Rapport sur un voyage d’études en Espagne (Pâques, 1953) sur la riziculture et les cultures maraîchères [illustré, carte coloriée aux crayons, croquis précis] ;
- Dossier sur l’amandier en Algérie, juillet 1952 [illustré de photographies en noir et blanc].
1951 - 1954

333 ARC 23
Correspondances passives d’Yves Amizet
1962 - 1985

Objets

333 ARC 04
Insigne du Groupe de Transport 1/62. [Commentaires : « Groupe basé à Maison Blanche, puis à Blida à partir de 1955. Equipé de Junker, puis de DC3, et enfin de Nord 2501 »].
[n.d.]

333 ARC 06
Plaque d’identité d’Yves Amizet. [Commentaires : « Plaque obligatoire pour les élèves durant la guerre 1939 - 1945 »]
[1939 - 1945]

Hélène Amizet, née Arnould

Papiers personnels

333 ARC 10
Documents relatifs à la scolarité (écoles maternelle et primaire à Alger) d’Hélène Arnould :
- Cahiers d’écoliers ;
- Deux livres de solfège ;
- Compte-rendu manuscrit par Hélène Arnould du « Goûter », offert aux élèves méritants par le Gouverneur Général de l’Algérie, 27/01/1940 ;
- Un manuel de lecture : F. CHAUVET et L. CESTAC, La lecture attrayante – Méthode mixte, dessins de Drack-Oub. [Numéro d’inventaire : 63671, cote : 375 CHA.
1935 - 1945

333 ARC 24
Correspondance active d’Hélène Arnould, Oran.
15/09/1945

Objets

333 ARC 05
Plaque d’identité d’Hélène Arnould. [Commentaires : « Plaque obligatoire pour les élèves durant la guerre 1939 - 1945 »]
[1939 - 1945]

Hélène et Yves Amizet

333 ARC 22
Correspondances passives et actives d’Hélène et Yves Amizet
1958 - 1962.


Famille Arnould


333 ARC 27
Correspondances de la famille Arnould [orthographié également « Arnoult » ou « Arnaul »].
1904 - 1933

Léon Arnould

Papiers personnels

333 ARC 20
Correspondances passives et actives de Léon Arnould [signée « Léo » parfois]
1904 - 1961

Documentation

333 ARC 08
[Couvertures de cahiers] appartenant à Léon Arnould avec illustrations en couleurs et récits d’anecdotes historiques, Librairie-Papeterie A. Jourdan, Alger.
[n.d.]

333 ARC 17
Tableaux de la vie arabe, compositions de E. Dinet, commentées par Sliman Ben Ibrahim, L’Edition d’Art, Paris, 1904. Avec ornements typographiques et dédicace à Léonce Bénédite par ses amis Étienne Dinet et Sliman Ben Ibrahim. [Annotation manuscrite sur la page de garde : « Souvenir du peintre André Thomas Rouault (neveu du maître Rouault par sa mère) – André Thomas Rouault créa à Alger « L’Art de France », studio d’art dont il fut l’ensemblier décorateur et le créateur de mobiliers très appréciés et personnels ».]
[n.d.]

333 ARC 19
Gaston BOISSIER, L’Afrique romaine – Promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie, Librairie Hachette et Cie, Paris, 1895, avec quatre plans. Avec coupure de presse : « Les Romains portaient-ils des lunettes ? ». Annotations manuscrites : « Voir carte de l’Algérie antique à la fin de l’Histoire de l’Algérie par Gsell » (333 ARC 15).

Autres

333 ARC 15
Livres annotés, notes manuscrites d’ « Arnould » :
- S. GSELL, G. MARÇAIS, G. YVER, Histoire d’Algérie, 1929, Ancienne Librairie Furne Boivin & Cie, Paris.
- Eugène ALBERTINI, L’Afrique romaine, 1937, Imp. F. Fontana, Alger, 70 p. Annotations au crayon.
- Prise de notes sur l’Histoire de l’Algérie, sur Carthage, sur la conquête de l’Afrique par les Romains.
- « Carte des endroits et peuplades du résumé, Planche 1, Maghreb » : carte manuscrite et coloriée collée à la prise de notes.
21 octobre [1916]


Famille Arnould-Amizet


333 ARC 26
Correspondances de la famille Arnould-Amizet.
1902 - 1968

Documentation

333 ARC 14
Un tapuscrit de la famille Arnould-Amizet : Marguerite VOLKER, Légende d’Aroudj Barberousse, 190 p. couv. Ill. n&b. Annotations mss, croquis mss.
[n.d.]

333 ARC 16
Cartes postales avec annotations manuscrites
[1912 – 1939]


Famille Humbert


Eugène Humbert

333 ARC 25
Carte postale écrite par Eugène Humbert (de la Compagnie des Chemins de Fer Algériens).
[n.d.]

Famille Bruchon

Papiers personnels

333 ARC 18
Image pieuse découpée en couleurs : Représentation d’une jeune sainte de l’Antiquité non identifiée. Attributs de cette sainte : palme du martyre, crucifix, étoile sur la tête, longue écharpe rouge, [ailes], robe à l’antique. [Extrait du 333 ARC 17]. Au dos de l’image, est écrit à la main le nom de L[ouise] Bruchon.
[n.d.]

Documentation

333 ARC 21
Correspondances passives à la famille Bruchon. Destinataires identifiés : Melle Louise Bruchon, M. Marcel Bruchon, M. J.-P. Bruchon.
[1908 – 1919]

Pièces isolées

333 ARC 07
Notes, factures et menus de divers restaurants d’Alger :
- Café Anglais (à l’Hôtel des Ondines, à Alger-Plage), 8 mars 1959 ;
- Brasserie Suisse, 14 mars 1954 ;
- Grand Restaurant Oriental Musulman [1934] ;
- Grand Restaurant Oriental Musulman ;
- Magellan, mai 1954.
1934 - 1954

333 ARC 09
Programme de l’Agence de voyages algérienne, à Alger (9, Boulevard Carnot, Circuit de fin d’année en territoire des oasis avec le réveillon de Noël à Touggourt, du samedi 23 décembre au samedi 30 décembre [19… ].
[Illisible]

333 ARC 11
Programme de la troupe officielle du Carrousel de Paris, annotations manuscrites.
Janvier 1958

333 ARC 12
Publicités pour des expositions et vernissages d’œuvres d’art, à Alger
1937 - 1949

333 ARC 13
Carte : Environs d’Alger. Beaucoup d’annotations : dates historiques, signification de termes arabes, etc.
[1928 - 1937]
Famille Amizet

Issus de Français qui avaient immigré au début du siècle, Hélène et Yves Amizet sont nés, se sont mariés et ont vécu en Algérie jusqu’en 1962. La famille Arnould avait fui la germanisation de l’Alsace, fin XIXe, pour s’installer à Alger. Hélène et Yves se sont connus dès l’adolescence. Ils ont fréquenté les écoles d’Alger, puis l’université et l’école nationale d’agriculture pour Yves Amizet. Ils ont passés les concours en métropo...

Archives Amizet ; Archives Amizet-Arnould ; Enseignement professionnel ; Institut agricole ; Crédit agricole (France) ; Agriculture ; Correspondance ; Blida, commune ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; Scolarité ; Hôtellerie ; Alger, commune ; Spectacle ; Art ; Maison-Carrée ; Femme ; Orientalisme ; Dinet, Etienne ; Islam

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 51 ARC 13

Ce dossier contenant :
- Diplôme d’Opérateur attribué à Jean Hébert, École d’application de la Compagnie des machines BULL, Alger, 20/03/1961.
- Attestation de diplôme d’opérateur sur machine à cartes perforées Bull, dressée par le directeur de l’agence d’Alger de la Cie des machines BULL, Alger, 14/06/1961.
- Lettre d’accompagnement d’un certificat de travail par la Cie Honeywell Bull, Alger, 11/06/1984.

Archives Hebert ; Enseignement professionnel ; Alger, commune ; Formation ; Emploi ; Comptabilité

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 51 ARC 10

Dossier contenant le certificat et le diplôme de Préparation Militaire Élémentaire de l’Armée de l’Air, spécialité Exploitants transmissions, décerné à Jean Hébert, Alger, 03/06/1957.

Archives Hebert ; Service militaire ; Art et sciences militaires ; Armée de l'Air ; Diplômes ; Enseignement professionnel

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 373 GIR-b

Dossier composé de:
1- Projet d'arrêt concernant la création d'un centre professionnel daté du 20/09/44, corrigé
2- Note décrivant le projet de centre professionnel à Barika de l'Administrateur des Services civils au chef de la COmmune Mixte de Barika au Préfet, reprenant le contexte économique et géographique de la ville, daté du 20/09/1944
3- Programme de création d'une section pastorale avec demande de financement

Enseignement professionnel ; Algérie ; Développement ; Conditions économiques ; Gouvernement général de l'Algérie ; Pastorale ; Barika, commune

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 226 ARC 06

Dossier composé de documents relatifs à la carrière de Paulette Botella, épouse Coudert, professeur technique adjoint au collège technique de Rabat et à l'Ecole de Salé : certificats et diplômes, rapport d'inspection, épreuves du concours de professeur technique adjoint des collèges techniques (session 1946), cahier d'atelier (tapis et hambels) documentation liée à la laine et à la fabrication de tapis (fiches techniques, croquis, patrons, coupures de presse)

Contient en particulier :
- Certificat d’auxiliaire concernant Melle Georgette Botella, délivré par la Société française de Secours aux Blessés militaires, Mazagan, 21/03/1939.
Dossier composé de documents relatifs à la carrière de Paulette Botella, épouse Coudert, professeur technique adjoint au collège technique de Rabat et à l'Ecole de Salé : certificats et diplômes, rapport d'inspection, épreuves du concours de professeur technique adjoint des collèges techniques (session 1946), cahier d'atelier (tapis et hambels) documentation liée à la laine et à la fabrication de tapis (fiches techniques, croquis, patrons, ...

Archives Botella-Coudert ; Correspondance ; Famille ; Vie quotidienne ; Rabat ; Enseignement professionnel ; Tissage ; Artisanat

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 226 ARC 04

Dossier contenant des lettres envoyées à Paulette, dit Georgette, Botella, épouse Coudert, par des membres de la famille Botella (sa mère, sa fille et sa soeurs ) mais essentiellement par d'ancienne collègues et élèves du collège de la princesse Nouzha à Rabat.

Archives Botella-Coudert ; Correspondance ; Famille ; Vie quotidienne ; Rabat ; Enseignement professionnel ; Tissage ; Artisanat

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 137

Charles Lévy (1870-1959), alsacien de 1872 ayant opté pour la France et arrivé à Sétif, fils aîné de Salomon Lévy fut la figure centrale de cette famille. Au delà de son leadership familial naturel multiplié par un talent exceptionnel d'ingénieur avant la lettre mû par l'innovation permanente, il démontra tout au long d'une vie active qui ne se termina qu'à son décès à 89 ans un sens profond de l'humanisme en direction des plus faibles : il mûrit et développa ainsi depuis le début du XXe des programmes de plus en plus amples en vue de l'avancement économique et social des masses musulmanes. Mais « Nul n'est prophète en son pays », il échoua finalement à les faire appliquer.
Charles Lévy n'a été ni un idéologue révolutionnaire, ni un homme politique (ce qu'il s'était toujours refusé à devenir n'étant mû par aucune ambition personnelle de pouvoir) ni un économiste doctrinaire : il mit au service de son action altruiste un génie technique concret et proposa des solutions prouvées par des opérations pilotes réussies, seules propres à emporter l'adhésion.
Son objectif permanent fut la réduction de l'écart économique et social entre musulmans et européens afin d'assurer l'avenir du pays.
En conséquence son action visait un bond en avant dans la productivité du travail rural musulman par la mise en valeur de nouvelles terres, par l'amélioration des rendements, par le développement d'un habitat décent vecteur essentiel de santé, par le développement de l'éducation et celui de l'apprentissage professionnel à l'artisanat, ensemble devant aboutir à l'autonomie financière de la cellule familiale suivant le principe : « self production » égale « self consommation », à l'opposé donc de l'assistanat stérile et démobilisateur.
Les premières démonstrations expérimentales apportées par Charles Lévy eurent évidemment pour cadre la région de Sétif :
- en 1918, création au douar des Eulmas d'une première association indigène rurale de céréaliculture en vue de maximiser les rendements par la mise en commun d'instruments agraires modernes individuellement inaccessibles,
- en 1923, création d'une cité indigène périurbaine d'habitat sain composée de petites maisons individuelles dotées des éléments essentiel : eau courante, électricité, tout-à-l'égout et accompagnées de dispensaire, d'écoles communales et d'artisanat (la mortalité infantile y fut spectaculairement divisée par dix par rapport à la situation antérieure).
A partir de 1920 et jusqu'à 1945 Charles Lévy fut l'élu de Sétif aux « Délégations Financières » en charge du budget. Il utilisa cette institution dont il fut un membre éminent respecté comme une tribune pour y plaider la mise en œuvre généralisée de ses programmes tout à la fois visionnaires et réalistes d'habitat, d'artisanat et surtout de paysannat concernant 900 000 familles musulmanes prolétaires, soit la moitié de toute la population de l'Algérie de l'époque.
La contrainte évidente de la recherche de nouvelles terres à mettre en valeur à cette fin le conduisit à décliner le programme du paysannat en autant de programmes spécialisés en fonction du potentiel (sol, climat, eau) des différentes régions : il étudia ainsi le paysannat des céréaliculteurs, le paysannat des oléiculteurs, le paysannat des moutonniers , le paysannat des oasiens (ce dernier, étudié en relation avec la Faculté des sciences d'Alger, prévoyait la création d'oasis avec puits artésiens alimentés à partir des contreforts de l'Atlas présaharien : le forage expérimental de Zelfana en 1948 fut un plein succès démonstratif.
La promotion de ces programmes fut pour Charles Lévy un apostolat permanent : il réussit à en faire adopter le principe par les « Délégations Financières » en 1943, puis par le Conseil supérieur des réformes musulmanes auprès du Gouvernement général de l'Algérie dont il fut un rapporteur en 1944 .
En 1948, il dut malheureusement se retirer de la compétition à Sétif pour les élections à la nouvelle Assemblée Algérienne créée par le Statut de l'Algérie de 1947.
Sans mandat public et privé donc de tribune, homme seul n'ayant jamais fait partie d'une quelconque mouvance qui aurait pu reprendre et soutenir ses objectifs, il fut alors sans possibilité d'action à l'échelle du pays.
Charles Lévy ne pouvait, cependant se résigner à rester inactif : à 85 ans, sa dernière réalisation fut celle d'une nouvelle cité-jardin H.B.M. de villas-pavillons sur les hauteurs d’Alger. Il n'eut toutefois pas le temps d'y inscrire sur le fronton de la salle commune restant à bâtir la phrase qu'il avait ciselée : «Ici règnent la concorde et la joie »
Il s'éteignit en 1959, trois ans avant la fin de l'Algérie française, ayant œuvré jusqu'à son dernier souffle à l'idéal humain auquel il avait consacré sa vie entière
Les descendants de Charles Lévy (2012)

Dossier contenant un ensemble de coupures de presse, extraits de revue et reproductions d’archives portant sur les actions et projets en faveur du paysannat de Charles Levy. Ce dernier est par ailleurs l’auteur de la majorité de ces documents :
- Extraits de comptes-rendus de session ordinaire de l’assemblée des Délégation financières algériennes, novembre - décembre 1943. Intervention de Charles Lévy sur le paysannat et l’artisanat rural.
- DELEGATIONS FINANCIERES ALGERIENNES, Compte-rendu des travaux de la commission inter-délégataire de coordination de l’enseignement technique et professionnel, Alger, 1927, 58 p. imp. [sommaire ci-dessous]
- CH. LEVY, Le problème algérien de l’habitation à bon marché, in Plan d’action communal, août 1946, 4 p. imp.
- CH. LEVY, L’amélioration de la condition des indigènes et de leurs rendements culturaux, acte du congrès de la colonisation rurale, Alger, 1931, pp. 7 - 15.
- Gouvernement général de l’Algérie, Commission chargée d’établir un programme de réformes politiques, sociales et économiques, en faveur des Musulmans français d’Algérie, Tome I, pp. 324351 et pp. 445-451
- JO de l’Algérie, 30 décembre 1943, n°20, 17e année, Comptes-rendus analytiques, session ordinaire de décembre 1943, 2p. imp. Compte-rendu de l’intervention de Charles Levy sur le problème de l’implantation du paysan au sdol et de l’amélioration du sorts des pasteurs des régions pré-sahariennes.
- Pierre FONTAINE, Israélites et musulmans : l’exemple de Sétif en Algérie, in Le Petit Parisien, 20/06/1936, 2 p. imp.
- Extraits de Léon LEHURAUX, Où va le nomadisme en Algérie ?, Editions Baconnier, Alger. Sur la question de l’eau. Reproduction d’une carte de l’alimentation en eau de la région des dayas - Paysannat du mouton - avant-projet schématique de M. Charles Levy.
- Extrait de Services de l’Economie Sociale Indigène, Pour le paysan et l’aritsan indigènes, Imprimerie Minerva, Alger, 1939, 2 p. imp.
- Extrait de A. BERQUE, L’habitation de l’Indigène Algérien, Société historique algérienne, Alger, 1936, pp. 42 - 58. Sur l’expérience Charles Lévy : la Cité de Bel-Air.
- Said MADANI, Abderrahmane DIAFAT, Adbelmalek TACHERIFTE, Transformations urbaines dans les cités coloniales de recasement : cas du quartier Bel-Air à Sétif, 7p. dactylo. [source http://www.setif.info/article1021.html, consultée le 21/05/2009]

On trouve également dans ce dossier trois articles biographiques sur Charles Levy, dont l’un extrait de l’Echo d’Alger du samedi 4 avril 1959.

Contient en particulier :
- Charles Levy, De la nécessité de créer un véritable paysannat indigène en Algérie, plan financier et statistique, Sétif, 25/03/1937, 4 p. dactylo.
- Avant-projet schématique d’une conduite forcée allant de Brézina à Ouallen, avec alimentation en eau du Tanezrouft [plan et schéma], 4 p. sms. [Reproductions]
- Programme électoral de Charles Levy, pour les élections à la nouvelle assemblée, in Le Petit Sétifien, 1er avril 1948, n°130, 46e année, 2 p. imp.
Charles Lévy (1870-1959), alsacien de 1872 ayant opté pour la France et arrivé à Sétif, fils aîné de Salomon Lévy fut la figure centrale de cette famille. Au delà de son leadership familial naturel multiplié par un talent exceptionnel d'ingénieur avant la lettre mû par l'innovation permanente, il démontra tout au long d'une vie active qui ne se termina qu'à son décès à 89 ans un sens profond de l'humanisme en direction des plus faibles : il mûr...

Archives Lévy ; Paysannat ; Paysans ; Artisanat ; Agriculture ; Aménagement du territoire ; Population rurale ; Rénovation rurale ; Sétif, département ; Enseignement professionnel ; Culture agricole ; Sahara ; Développement économique ; Habitat ; Bâtiment d'habitation ; Assemblée algérienne ; Délégations financières algériennes

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 137

Charles Lévy (1870-1959), alsacien de 1872 ayant opté pour la France et arrivé à Sétif, fils aîné de Salomon Lévy fut la figure centrale de cette famille. Au delà de son leadership familial naturel multiplié par un talent exceptionnel d'ingénieur avant la lettre mû par l'innovation permanente, il démontra tout au long d'une vie active qui ne se termina qu'à son décès à 89 ans un sens profond de l'humanisme en direction des plus faibles : il mûrit et développa ainsi depuis le début du XXe des programmes de plus en plus amples en vue de l'avancement économique et social des masses musulmanes. Mais « Nul n'est prophète en son pays », il échoua finalement à les faire appliquer.
Charles Lévy n'a été ni un idéologue révolutionnaire, ni un homme politique (ce qu'il s'était toujours refusé à devenir n'étant mû par aucune ambition personnelle de pouvoir) ni un économiste doctrinaire : il mit au service de son action altruiste un génie technique concret et proposa des solutions prouvées par des opérations pilotes réussies, seules propres à emporter l'adhésion.
Son objectif permanent fut la réduction de l'écart économique et social entre musulmans et européens afin d'assurer l'avenir du pays.
En conséquence son action visait un bond en avant dans la productivité du travail rural musulman par la mise en valeur de nouvelles terres, par l'amélioration des rendements, par le développement d'un habitat décent vecteur essentiel de santé, par le développement de l'éducation et celui de l'apprentissage professionnel à l'artisanat, ensemble devant aboutir à l'autonomie financière de la cellule familiale suivant le principe : « self production » égale « self consommation », à l'opposé donc de l'assistanat stérile et démobilisateur.
Les premières démonstrations expérimentales apportées par Charles Lévy eurent évidemment pour cadre la région de Sétif :
- en 1918, création au douar des Eulmas d'une première association indigène rurale de céréaliculture en vue de maximiser les rendements par la mise en commun d'instruments agraires modernes individuellement inaccessibles,
- en 1923, création d'une cité indigène périurbaine d'habitat sain composée de petites maisons individuelles dotées des éléments essentiel : eau courante, électricité, tout-à-l'égout et accompagnées de dispensaire, d'écoles communales et d'artisanat (la mortalité infantile y fut spectaculairement divisée par dix par rapport à la situation antérieure).
A partir de 1920 et jusqu'à 1945 Charles Lévy fut l'élu de Sétif aux « Délégations Financières » en charge du budget. Il utilisa cette institution dont il fut un membre éminent respecté comme une tribune pour y plaider la mise en œuvre généralisée de ses programmes tout à la fois visionnaires et réalistes d'habitat, d'artisanat et surtout de paysannat concernant 900 000 familles musulmanes prolétaires, soit la moitié de toute la population de l'Algérie de l'époque.
La contrainte évidente de la recherche de nouvelles terres à mettre en valeur à cette fin le conduisit à décliner le programme du paysannat en autant de programmes spécialisés en fonction du potentiel (sol, climat, eau) des différentes régions : il étudia ainsi le paysannat des céréaliculteurs, le paysannat des oléiculteurs, le paysannat des moutonniers , le paysannat des oasiens (ce dernier, étudié en relation avec la Faculté des sciences d'Alger, prévoyait la création d'oasis avec puits artésiens alimentés à partir des contreforts de l'Atlas présaharien : le forage expérimental de Zelfana en 1948 fut un plein succès démonstratif.
La promotion de ces programmes fut pour Charles Lévy un apostolat permanent : il réussit à en faire adopter le principe par les « Délégations Financières » en 1943, puis par le Conseil supérieur des réformes musulmanes auprès du Gouvernement général de l'Algérie dont il fut un rapporteur en 1944 .
En 1948, il dut malheureusement se retirer de la compétition à Sétif pour les élections à la nouvelle Assemblée Algérienne créée par le Statut de l'Algérie de 1947.
Sans mandat public et privé donc de tribune, homme seul n'ayant jamais fait partie d'une quelconque mouvance qui aurait pu reprendre et soutenir ses objectifs, il fut alors sans possibilité d'action à l'échelle du pays.
Charles Lévy ne pouvait, cependant se résigner à rester inactif : à 85 ans, sa dernière réalisation fut celle d'une nouvelle cité-jardin H.B.M. de villas-pavillons sur les hauteurs d’Alger. Il n'eut toutefois pas le temps d'y inscrire sur le fronton de la salle commune restant à bâtir la phrase qu'il avait ciselée : «Ici règnent la concorde et la joie »
Il s'éteignit en 1959, trois ans avant la fin de l'Algérie française, ayant œuvré jusqu'à son dernier souffle à l'idéal humain auquel il avait consacré sa vie entière
Les descendants de Charles Lévy (2012)
Charles Lévy (1870-1959), alsacien de 1872 ayant opté pour la France et arrivé à Sétif, fils aîné de Salomon Lévy fut la figure centrale de cette famille. Au delà de son leadership familial naturel multiplié par un talent exceptionnel d'ingénieur avant la lettre mû par l'innovation permanente, il démontra tout au long d'une vie active qui ne se termina qu'à son décès à 89 ans un sens profond de l'humanisme en direction des plus faibles : il mûr...

Archives Lévy ; Paysannat ; Paysans ; Artisanat ; Agriculture ; Aménagement du territoire ; Population rurale ; Rénovation rurale ; Sétif, département ; Enseignement professionnel ; Culture agricole ; Sahara ; Développement économique ; Habitat ; Bâtiment d'habitation ; Assemblée algérienne ; Délégations financières algériennes

... Lire [+]

Type
Date de parution
Descripteurs

Enseignement professionnel [109]

Armée [31]

Algérie [29]

Agriculture [26]

Histoire [20]

Modernisation [19]

Commerce [16]

Conditions économiques [15]

Situation économique [15]

Territoires du Sud [15]

Transport - Communication [15]

Climat [14]

Coopérative agricole [14]

Exposition coloniale [14]

Oeuvres coloniales [14]

Situation agricole [14]

Tourisme [14]

France [9]

Oléiculture [8]

Enseignement [7]

Alger, commune [6]

Archives Amizet-Arnould [6]

Aviation [6]

Ecole nationale d'Agriculture Algérienne de Maison-Carrée [6]

Guerre d'Algérie [6]

Islam [6]

Photographie [6]

Témoignage [6]

Agricole [5]

Artisanat [5]

Formation [5]

Organisation administrative [5]

1954-1962 [4]

Accords d'Evian [4]

Cap Matifou [4]

Développement [4]

Développement économique [4]

Ecole [4]

Maison-Carrée [4]

Vie quotidienne [4]

1955-1962 [3]

Actualités d'Algérie [3]

Algérie française [3]

Aménagement du territoire [3]

Archives Botella-Coudert [3]

Archives Hebert [3]

Barrage [3]

Correspondance [3]

Diplômes [3]

Economie [3]

Gaulle, Charles de (1890-1970) [3]

Grande Guerre 1914-1918 [3]

Monument aux Morts [3]

Oran, commune [3]

Plan de Constantine [3]

Population rurale [3]

Rabat [3]

Sahara [3]

Scolarité [3]

Seconde Guerre mondiale 1939-1945 [3]

Tissage [3]

Agronomie [2]

Algérien [2]

Arabe [2]

Archives Banon-Guerry [2]

Archives Lévy [2]

Armée d'Afrique [2]

Armée de l'Air [2]

Art et sciences militaires [2]

Artisanat traditionnel [2]

Assemblée algérienne [2]

Aurès [2]

Bâtiment d'habitation [2]

Bougie, arrondissement [2]

Centenaire [2]

Conférence [2]

Culture agricole [2]

Délégations financières algériennes [2]

Emploi [2]

Enfance [2]

Famille [2]

Gaz naturel [2]

Gouvernement général de l'Algérie [2]

Habitat [2]

Indépendance [2]

Instituteur [2]

Kabyle [2]

Liste [2]

Moeurs et coutumes [2]

Ouled-Zid, douar [2]

Paix [2]

Paysannat [2]

Paysans [2]

Personnalités [2]

Presse [2]

Rénovation [2]

Rénovation rurale [2]

Scolarisation [2]

Sétif, département [2]

Tapis [2]

Tunisie [2]

J Plus

Nuage de mots clefs ici

0
Z