m

Documents  Dessaigne, Francine | enregistrements trouvés : 23

O

-A +A

P Q

UV

" Auteur d'ouvrages d'histoire faisant autorité, grâce à son souci scrupuleux d'objectivité, Francine Dessaigne a choisi un sujet peu connu dans le passé récent de l'Afrique française du nord : la ...


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 90

Ouvrage dédicacé à Madame la Maréchale de Lattre de Tassigny.

Pieds-noirs ; Algérie ; Guerre d'Algérie ; 1962 ; Archives

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.5 DES

Un livre-dossier défendant l'Algérie française très documenté : photos, archives, plans sur la fusillade du 26 mars 1962, rue d'Isly, lors de la manifestation de masse des habitants de Maison - carrée, Hussein-Dey, El-Biar pour rejoindre Bab-el-Oued. "Les Français d'Algérie refusaient les accords d'Evian de toutes leurs forces" (extr. p.33)
Sommaire : Le Général de Gaulle parle. Les Algérois au 26 mars 1962. Tract de Vaudrey. Organigramme des responsables du maintien de l'ordre. Les consignes - Message du général Ailleret. Instruction ministérielle de mars 1961. Le drame depuis trente ans. Dans la mémoire des témoins civils. Dans la presse et les livres (extraits 1962-1993). Ceux dont on va parler : l'O.A.S. et les "barbouzes". Dans les documents mis à disposition par le SHAT, fonds du général Goubard : le P.V. de gendarmerie, l'entrevue Ailleret - Goubard le 16 mars 1962, communiqués par le général de Menditte (notice succinte du général Cavard, réponse du général Goubard à propos de la venue du général Ailleret). Tentative d'en savoir plus, anciens de l'Etat-Major du général Ailleret : généraux Hublot et Vuillermet. Sur le terrain, les officiers du 4ème RT : dialogue avec les militaires, présentation du 4ème RT par J. Bournizeau, "Fellaghas et Willayas", lieutenant Daoud Ouchène, capitaine Hardouin-Duparc, lieutenant-colonel P. Poupat, colonel R. Techer, colonel P. Brossolet, capitaine M. Gilet, lieutenant R. Ducrettet, lieutenant Saint-Gal de Pons, colonel C. Latournerie, colonel J.-P. Richarte. Etait-il possible de dire Non ? lieutenant-colonel J.-C. Chapuis, le colonel Puigt et le 5ème RTA, le général Goubard. Analyse d'une fusillade par Gérard Lagarde. Entretien avec M. Vitalis Cros, préfet de Police en 1961-1962. Synthèse générale de M.-J. Rey. Conclusion de Francine Dessaigne. En annexe : sigles et plans.
Un livre-dossier défendant l'Algérie française très documenté : photos, archives, plans sur la fusillade du 26 mars 1962, rue d'Isly, lors de la manifestation de masse des habitants de Maison - carrée, Hussein-Dey, El-Biar pour rejoindre Bab-el-Oued. "Les Français d'Algérie refusaient les accords d'Evian de toutes leurs forces" (extr. p.33)
Sommaire : Le Général de Gaulle parle. Les Algérois au 26 mars 1962. Tract de Vaudrey. Organigramme des ...

Algérie ; 1954-1962 ; Alger, commune ; Gaulle, Charles de (1890-1970) ; OAS ; Guerre d'Algérie ; Armée ; Attentat ; Guerre ; Histoire coloniale ; Indépendance ; Police ; Soulèvement ; Accords d'Evian ; Presse ; Mémoire ; Archives ; Livre ; Plan ; Français ; Militaire ; Fusillade de la rue d'Isly (26 mars 1962)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.3 DES

"Le 16 mars 1871, des milliers de Kabyles se lancent à l'assaut de Bordj Bou Arreridj. A leur tête, El Hadj Ahmed et Mokrani qui quelques jours plus tôt a envoyé sa démission de Bachagha de la Medjana.
Un siège éprouvant commence pour les défenseurs et pour les familles réfugiées dans le fort.
L'arrivée le 26 mars d'une colonne de secours venant de Sétif permettra l'évacuation des civils. Mais la garnison devra tenir jusqu'au 2 avril pour que l'étau enfin se desserre autour du Bordj.
Les militaires de la colonne de la Kabylie orientale vont ratisser le djebel de façon systématique pour combattre les insurgés qui ont déclenché la Guerre Sainte dans divers secteurs.
El Mokrani tombera mortellement blessé le 5 mai 1871 près d'Aumale.
« Féodal anachronique, et Mokrani représente la dernière grande figure d'une noblesse militaire algérienne, écrit Francine Dessaigne. Sa mort marque la fin d'une conception de la vie, sinon d'une lignée, l'effacement d'un monde tandis que s'en ouvre un autre : l'Algérie vraiment française construite par la IIIe République.»"
"Le 16 mars 1871, des milliers de Kabyles se lancent à l'assaut de Bordj Bou Arreridj. A leur tête, El Hadj Ahmed et Mokrani qui quelques jours plus tôt a envoyé sa démission de Bachagha de la Medjana.
Un siège éprouvant commence pour les défenseurs et pour les familles réfugiées dans le fort.
L'arrivée le 26 mars d'une colonne de secours venant de Sétif permettra l'évacuation des civils. Mais la garnison devra tenir jusqu'au 2 avril pour que ...

Insurrection ; Bordj Bou Arreridj, commune ; 19e siècle ; Histoire ; Kabylie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 926 DES

"Le 15 août 1987 était célébré à Loigny le centenaire de la mort du général Gaston de Sonis devant une foule émue au souvenir de ce héros malheureux d'une malheureuse guerre, héros admiré et même vénéré jusqu'en 1914. Il n'est pas douteux que son exemple a soutenu le courage de bon nombre de jeunes hommes lancés dans de nouveaux combats.
Louis-Gaston de Sonis, né à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) le 25 août 1825 est le type même de ces Français de l'extérieur qui ont planté un panache dans l'histoire de France. Fils d'officier catholique et royaliste, il sera officier, catholique et royaliste. Homme à la charnière de deux époques, il s'efforcera de maintenir et de transmettre les traditions menacées dont il est l'héritier. Royaliste, il servira l'Empire et la République avec loyauté, car, pour lui, c'est servir la France.
Officier sorti de Saint-Cyr, puis de Saumur, il aura une haute idée de son rôle, en particulier pendant les seize années passées en Algérie (1854-1870) à combattre et à administrer. Sa connaissance de la langue, des moeurs, de l'histoire des Arabes, le fera considérer comme l'un des meilleurs spécialistes de l'armée en Algérie.
Catholique, il ira plus loin que la simple morale chrétienne vécue à tout instant dans sa famille (il avait douze enfants) et dans son métier. Marqué par la spiritualité du Carmel, sa quête de la perfection l'amènera à supporter, pendant dix-sept ans, avec une grandeur d'âme et une sérénité jamais en défaut, les douleurs consécutives à l'amputation de la jambe après sa blessure, le 2 décembre 1870 à Loigny."
"Le 15 août 1987 était célébré à Loigny le centenaire de la mort du général Gaston de Sonis devant une foule émue au souvenir de ce héros malheureux d'une malheureuse guerre, héros admiré et même vénéré jusqu'en 1914. Il n'est pas douteux que son exemple a soutenu le courage de bon nombre de jeunes hommes lancés dans de nouveaux combats.
Louis-Gaston de Sonis, né à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) le 25 août 1825 est le type même de ces Français de ...

Sonis, Gaston de ; Conquête

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 842 BRU

Théâtre

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 846 DES

"Alger 1960-1962, la situation se dégrade chaque jour. Les Européens angoissés sentent que leur vie, leur avenir, se jouent, se perdent et qu'ils sont impuissants à infléchir le cours des événements.
Une mère de famille écrit un « journal au jour le jour. Dix ans après, nous y retrouvons fixés les espoirs, les drames, les réactions de toute une population désemparée. Ce "journal" n'est ni politique, ni polémique, il témoigne simplement de la vie quotidienne à Alger pendant les derniers mois de l'Algérie Française. II est le livre de raison que chacun aurait voulu tenir pour empêcher l'érosion naturelle et inéluctable du temps. Irréfutable et vrai, il nous rend vivant le cri désespéré d'une province qui se sait condamnée."
"Alger 1960-1962, la situation se dégrade chaque jour. Les Européens angoissés sentent que leur vie, leur avenir, se jouent, se perdent et qu'ils sont impuissants à infléchir le cours des événements.
Une mère de famille écrit un « journal au jour le jour. Dix ans après, nous y retrouvons fixés les espoirs, les drames, les réactions de toute une population désemparée. Ce "journal" n'est ni politique, ni polémique, il témoigne simplement de la vie ...

Témoignage ; Pieds-noirs ; Guerre d'Algérie ; Condition de la femme

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Nuage de mots clefs ici

0
Z