m

Teulioù  Jouhaud, Edmond (général) | enrolladenn kavet : 46

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Tracts FAF. Voix du Maquis. UFNA... | 1958-1962

Archives

V


Cote : 965.51 OAS

Classeur [à classer ]composé de tracts, de lettres ouvertes, de bulletin, d'Appel à la population, d'Ordre de mission... du Front de l'Algérie Française (F.A.F.), de l'Union Française Nord-Africaine (UFNA), et de l'OAS

Organisation Armée Secrète ; Propagande ; Guerre d'Algérie ; Archives ; Alger, département ; Bône, commune ; Journal ; Salan, Raoul (général) ; Jouhaud, Edmond (général)

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Tracts OAS-CNR, AGELLA, USRAF ... | 1958-1962

Archives

V


Cote : 965.51 OAS

Classeur [à classer ] composé de tracts, de lettres ouvertes, de bulletin, d'Appel à la population, d'Ordre de mission... de l'OAS

Organisation Armée Secrète ; Propagande ; Guerre d'Algérie ; Archives ; Alger, département ; Bône, commune ; Journal ; Salan, Raoul (général) ; Jouhaud, Edmond (général)

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 918 TIN-b

Lettre envoyée d'Abondance

Correspondance ; Jouhaud, Edmond (général) ; Archives ; Algérie française

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 918 TIN-b

Lettre envoyée d'Abondance
Commentaire lié au Classement Lettre accompagnant un exemplaire de "La plaine de Relizane avant l'irrigation" de R. Tinthoin.
Cartes postales reproduites:
- 231 Oran - La défense mobile et Santa Cruz
- 59 Oran - Un con du Port
- Evenements du Maroc - Débarquement, à Oran, des premiers blessés
- 120 Oran "Lamoricière" Courrier de France
- 154 Oran - Boulevard Séguin
- 133 - Oran La Place Kléber et l'Hôtel Métropole
- 100 - Arrivée du "Winh-Long"
- 150 Oran - La Place d'Armes
- 61 - Oran - Place Villebois-Mareuil
- 136 Oran- Le Boulevard National- LL
- 277 - Oran. - Rue de Mostaganem. E.S.
- 64 - Rue d'Arzew et Alhambra
- 77.- Place de la République - Kiosque de la Musique
- 10. - Oran - La Préfecture et la Place Kléber
- 46 - Oran Marché Bastrana
- 216 - Oran - Monument Giraud
- Oran - La rue de la Mosquée
- 88. Oran- Route du Planteur
Lettre envoyée d'Abondance
Commentaire lié au Classement Lettre accompagnant un exemplaire de "La plaine de Relizane avant l'irrigation" de R. Tinthoin.
Cartes postales reproduites:
- 231 Oran - La défense mobile et Santa Cruz
- 59 Oran - Un con du Port
- Evenements du Maroc - Débarquement, à Oran, des premiers blessés
- 120 Oran "Lamoricière" Courrier de France
- 154 Oran - Boulevard Séguin
- 133 - Oran La Place Kléber et l'Hôtel Métropole
- ...

Correspondance ; Jouhaud, Edmond (général) ; Archives ; Algérie française ; Carte postale

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 313 COM-b

Lettre accompagné de la réponse du Ministre à propos du problème de l'indemnisation des rapatriés d'Algérie.

Rapatriés ; Association ; Pieds-noirs ; Installation ; Politique et gouvernement ; Organisation sociale ; Indemnisation ; Jouhaud, Edmond (général) ; Législation

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 313 COM-b

Lettre de réponse du Ministre à propos du problème de l'indemnisation des rapatriés d'Algérie.

Rapatriés ; Association ; Pieds-noirs ; Installation ; Politique et gouvernement ; Organisation sociale ; Indemnisation ; Jouhaud, Edmond (général) ; Législation

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 51 ARC 01

"Natif de Bou-Sfer, en Oranie, le général Jouhaud était le "pied-noir" parmi les généraux du putsch, dont il est maintenant le seul survivant. Son livre commence en novembre 1954, quand les premiers troubles éclatent en
Algérie. Commandant de l'Air en Algérie à partir d'avril 1957, il apporte toute son énergie à la répression de la rébellion. Après Sakiet, action qu'il explique et justifie, survient le 13 mai où il joue un rôle éminent aux côtés du général Salan. Nommé en octobre 1958 au poste de chef d'Etat-Major de l'armée de l'Air, le général Jouhaud demandera sa mise en disponibilité et rejoindra Alger.
Après l'échec du putsch, qu'il dépeint avec beaucoup d'intensité et de passion, il décide de continuer la lutte, entrant dans la clandestinité avec le général Salan.
En août 1961 il prend le commandement de l'OAS en Oranie et mène le combat jusqu'à son arrestation, le 26 mars 1962. Condamné à mort le 13 avril, il allait passer 229 jours dans la cellule des condamnés à mort avant d'être gracié. Il ne sortira de Tulle que le 22 décembre 1967.
Son livre constitue un témoignage passionnant sur les événements qui déchirèrent l'Algérie et l'ensemble du pays. "

Ouvrage dédicacé par l'auteur.
"Natif de Bou-Sfer, en Oranie, le général Jouhaud était le "pied-noir" parmi les généraux du putsch, dont il est maintenant le seul survivant. Son livre commence en novembre 1954, quand les premiers troubles éclatent en
Algérie. Commandant de l'Air en Algérie à partir d'avril 1957, il apporte toute son énergie à la répression de la rébellion. Après Sakiet, action qu'il explique et justifie, survient le 13 mai où il joue un rôle éminent aux ...

Autobiographie ; Guerre d'Algérie ; OAS ; Armée ; Jouhaud, Edmond (général) ; Putsch d'Alger ; Archives Hebert

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Répertoire numérique du fonds Jouhaud | 1897 - 1985

Archives

V


Cote : 70 ARC 00

" Né de parents instituteurs, à Bou-Sfer (future base aérienne française), près d’Oran en Algérie ; il est le benjamin d'une famille de six enfants, originaire de Limoges, établie en Algérie en 1870. Il fait ses études primaires à Oran puis obtient le baccalauréat au lycée Lamoricière d'Oran.
Edmond Jouhaud entre à Saint-Cyr en 1924 ; il en sort en 1926 et est affecté au 35e régiment d’aviation. Il sert de 1930 à 1932 en Afrique Occidentale Française (A.O.F.). Promu capitaine en 1935, il sert de nouveau en A.O.F. jusqu’en 1937. Admis en 1938 à l’École supérieure de guerre aérienne, il est promu commandant le 3 septembre 1939. Affecté à l’état-major des forces aériennes et des forces terrestres antiaériennes du nord-est, il prend par la suite le commandement d’un groupe aérien de reconnaissance. Affecté en 1942 au cabinet militaire du Secrétaire d’État à l’aviation, il est placé en 1943, sur sa demande, en congé d’armistice. Après avoir tenté sans succès de rejoindre l’Angleterre, il entre dans la résistance, dans la région de Bordeaux, sous les ordres du général Revers, chef de l’Organisation de résistance de l'Armée (O.R.A.), comme chef de la région bordelaise.
En février 1944, il fait une nouvelle tentative pour rejoindre l'Angleterre, depuis l'Île-Tudy, à l'issue de laquelle Pierre Brossolette et Yves Le Hénaff sont faits prisonniers2,3. Commandant des FFI situés au sud de la Gironde, fin Aout 1944. Rappelé en activité en Novembre 1944, il prend le commandement du groupe aérien spécial 1/364, puis est affecté au commandement des transports aériens militaires. Colonel en 1946, il est sous-chef d’état-major de l’air en 1947 et est appelé au commandement de l’armée de l’air en Tunisie en 1948.
Promu général de brigade aérienne en 1949, il commande les forces aériennes tactiques en Afrique du nord, puis l'école des mécaniciens de l’armée de l'air. En 1951, il est nommé commandant de la 1re région aérienne, puis désigné auditeur au Centre des hautes études militaires. En 1952, il est nommé commandant de la 1re division aérienne puis commandant des forces aériennes françaises en Allemagne.
En 1954, promu général de division aérienne, il dirige l'armée de l'air en Indochine5. De retour en métropole, il est nommé major général de l’armée de l’air puis, le 1er février 1955, chef d’état-major des forces de l’armée de l’air. Général de corps aérien en 1956, il prend le commandement de la 5e région aérienne en Algérie en 1957 et devient adjoint interarmées au général Salan, commandant supérieur interarmées en Algérie.
Général d’armée aérienne en 1958, il est chef d'état-major de l'Armée de l'air, puis, en 1960, inspecteur général de l’armée de l’air.
Mis en disponibilité sur sa demande en 1960, il participe au coup d’état d’Alger du 21 au 25 avril 1961 avec les généraux Challe et Zeller, bientôt rejoints par le général Salan. Après son échec, il devient l’adjoint du général Salan à la tête de l’OAS, responsable de la région d’Oran. Arrêté le 25 mars 1962, il est condamné à mort le 13 avril 1962 par le Haut tribunal militaire. Sa peine est commuée en une peine de détention criminelle à perpétuité le 28 novembre 1962 après plus de sept mois passés dans une cellule de condamné à mort. Libéré de la prison de Tulle en décembre 1967, il est amnistié en 1968 et réintégré dans ses grade et prérogatives en 1982. Il est élu en 1969 à la présidence du Front National des Rapatriés.
Grand Officier de la Légion d’honneur, croix de guerre 39-45 et des T.O.E., croix de la valeur militaire, médaille de la résistance et titulaire de nombreuses décorations étrangères, Edmond Jouhaud est l’auteur de plusieurs ouvrages. " [Sources : https://fr.wikipedia.org, consulté le 27/11/2015]

Papiers personnels d’Edmond Jouhaud

70 ARC 01
Correspondances
1961 - 1985

70 ARC 02
Documents comptables d’Edmond Jouhaud
1960 - 1984

70 ARC 03
Dossier concernant le commandant Leroy
1965 - 1983

Iconographie

70 ARC 04
Plaques photographiques de l’Algérie
1897 - 1900

70 ARC 05
Photographies de cérémonies officielles
1943 - 1954

70 ARC 06
Gravures diverses
[n.d.]

Documentation

70 ARC 07
Dossier sur le Maréchal Juin
1943 - 1967

70 ARC 08
Coupures de presse
1960 - 1990

70 ARC 09
Ouvrage dédicacé
1958

Objet

70 ARC 10
Médailles attribuées à Edmond Jouhaud
[n.d.]
" Né de parents instituteurs, à Bou-Sfer (future base aérienne française), près d’Oran en Algérie ; il est le benjamin d'une famille de six enfants, originaire de Limoges, établie en Algérie en 1870. Il fait ses études primaires à Oran puis obtient le baccalauréat au lycée Lamoricière d'Oran.
Edmond Jouhaud entre à Saint-Cyr en 1924 ; il en sort en 1926 et est affecté au 35e régiment d’aviation. Il sert de 1930 à 1932 en Afrique Occidentale Fra...

Archives Jouhaud ; Armée ; Cérémonie militaire ; Fiscalité ; Installation ; Iconographie ; Correspondance ; Presse ; Maréchal Juin, Alphonse ; Jouhaud, Edmond (général)

... Lenn [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 70 ARC 03

Henri Leroy est engagé volontaire durant la première guerre mondiale. Arrêté en avril 1943 par la police allemande, il est transféré à Buchenwald, puis Dora et enfin Bengen Beslen où il est libéré par l'armée américaine en avril 1945. Après une période de convalescence, il est affecté au Ministère de l'Air auprès du Général Jouhaud en décembre 1945. Il est promu commandant du corps des officiers des Bases de l'air en 1956, il est mis en congé spécial en novembre 1961 et définitivement rayé des contrôles de l'armée par mesure disciplinaire en 1965. Les archives réunies dans ce dossier l'ont été probablement suite à la demande d'administie, de reconstitution de la carrière d'Henri Leroy, et de révision de pension de reversion par son épouse dans le début des années 1980. On trouve essentiellement dans ce dossier des pièces militaires : correspondances administrative émanant de l'armée de l'air (direction du personnel militaire, divers services administratifs), état des services, arrêtés de nomination, arrêtés de décisions du Ministre des Armées, attestation de congé... Des témoignages manuscrites, hommages et textes biographies retraçant la carrière militaire d'Henri Leroy accompagnent ces documents.

Contient en particulier :
- Instruction relative à la situation des militaires placés en congé spécial ou rayés des cadres en application de la décision du 7 juin 1961, émanant du Ministère des armées, Paris, 17/10/1961.
Henri Leroy est engagé volontaire durant la première guerre mondiale. Arrêté en avril 1943 par la police allemande, il est transféré à Buchenwald, puis Dora et enfin Bengen Beslen où il est libéré par l'armée américaine en avril 1945. Après une période de convalescence, il est affecté au Ministère de l'Air auprès du Général Jouhaud en décembre 1945. Il est promu commandant du corps des officiers des Bases de l'air en 1956, il est mis en congé ...

Archives Jouhaud ; Archives militaires ; Armée de l'Air ; Tribunal militaire ; Jouhaud, Edmond (général) ; Procès ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; déportés ; Putsch des généraux

... Lenn [+]

0
Z