m
     
Monographie

H 0 Géographes en Algérie (1880-1950), Savoirs universitaires en situation coloniale

Deprest, Florence

Belin

2009

978-2-7011-5348-3

965.1 DEP

Géographe ; 1880-1934 ; 1950 ; Université ; Oeuvres coloniales ; Etude géographique

"Dans le sillage d'Edward W. Said qui définissait l'impérialisme comme un « acte de violence géographique, par lequel la quasi-totalité de l'espace mondial est explorée, cartographiée et finalement annexée », la géographie est apparue comme la discipline de l'impérialisme par excellence. Du XIX e au milieu du XXe siècle, les savoirs sur l'espace ont été indéniablement des instruments puissants de la conquête puis du contrôle social des territoires non européens, mais cette évidence a conduit à une analyse souvent très réductrice de leurs contenus. Ces savoirs offraient-ils tous la même représentation des sociétés et des territoires non européens ? Ressassaient-ils tous à l'envi l'irréductible différence entre l'Européen et l'Indigène ?
Florence Deprest propose ici de reconsidérer la catégorie de géographie coloniale à travers l'étude de la géographie universitaire de l'Algérie entre 1880 et 1950. L'auteur opère une mise en relation des discours savants, des conditions institutionnelles de leur production et de leur circulation entre colonie et métropole, ainsi que des contextes politiques et des pratiques concrètes de leur mise au service du pouvoir.
Donnant à observer des scientifiques qui participent tous de la nébuleuse coloniale, elle montre comment ceux-ci développent des conceptions variables et parfois antagonistes sur des thèmes aussi stratégiques que les limites naturelles de l'Algérie ou l'évolution des genres de vie indigènes.
Très loin d'une réhabilitation de la géographie coloniale française,
l'ouvrage met au jour les logiques contradictoires au coeur des savoirs
universitaires et dévoile ainsi les visages multiples de la domination."

Numéro d'inventaire : 19260

Niveau d'autorisation : Public

Tables des Matières : Situer la géographie coloniale 7
PARTIE 1
Fronts pionniers (1880-1900) 19
Chapitre 1. Ambitions programmatiques 23
L'Algérie des savants avant 1880 23
L'université et sa réforme en situation coloniale 31
Visions d'Afrique à l'École des lettres 37
Chapitre 2. La géographie à l'École des lettres:
des postes et des hommes 45
Réalités institutionnelles 46
L'oeuvre humaine d'Édouard Cat 52
Chapitre 3. L'oeuvre géographique de l'École supérieure des sciences 63
Recherche fondamentale et mise en valeur du territoire 64
Conquête et recherches sahariennes 76
Chapitre 4. Champ métropolitain et production légitime 83
Luttes métropolitaines 84
Alger dans le champ 90
Busson et l'adaptation de l'homme au milieu naturel (1898-1900) 98
Chapitre 5. Masqueray "géographe", une référence à la marge 105
Expliquer les modes de vie sédentaire et nomade sur le terrain africain 106
Reclus et Masqueray: affinités électives? 119
PARTIE 2
Stratégies dans les champs
Bernard (1865-1947) vs Gautier (1864-1940) 127
Chapitre 6. Péchés originels et débuts de carrière (1880-1904) 131
Défautsd'origines 132
Bernard ou la clé des champs 135
Gautier ou l'ancrage au désert 143
Chapitre 7. Bernard dans les sphères coloniales métropolitaines 149
Le géographe-expert de l'Afrique du Nord 151
Un géographe en campagne (électorale) 167
Dans les arcanes: un siège à la C.I.A.M 176
Chapitre 8. Gautier et les vicissitudes institutionnelles 183
Diriger la recherche saharienne: première tentative 184
Institut de géographie en souffrance 190
La tentation parisienne 201
Chapitre 9. Polarisations scientifiques 207
Bernard dans le droit chemin ? 208
Gautier, l'orthodoxe contrarié 223
Chapitre 10. Impasse et héritages 243
Aux sources de la légitimité, ou les autres «batailles des Annales» 244
La relève impériale 252
Conclusion générale 273
Notes 283
Bibliographie et sources 331

Langue : Français

Lieu d'édition : Paris

Description matérielle : 348 p.: ill. noir avec couv. coul; in-8.

Origine : Service de presse

Notes : Table des matières ; Bibliogr. ; Notes

Localisation : Magasin

0
Z