m
     
Monographie

H 1 Les Africains Etude sur la littérature latine d’Afrique- Les Païens

Monceaux, Paul

Lecène, Oudin & Cie, éditeurs

1894

800 MON

Etude littéraire ; Afrique Romaine ; Carthage

Taillart p.174
"1389. "MONCEAUX (Paul), prof. au Collège de France. Les Africains. Etude sur la littérature latine d'Afrique les Païens. Paris, Lecène et Oudin, 1894, in-12, v500 p., N A 53001.
s. Le génie africain et l'éducation classique : la région de l'Atlas sous 13 domination romaine; 'l'éducation classique : les écoles africaines et l'Université de Carthage; lutte du génie africain et de l'esprit classique : physionomie des lettrés; le Latin d'Afrique; les époques littéraires en Afrique : punique, grecque, latine; les origines, celle d'Apulée et de Tertullien, des empereurs africains, de saint Augustin, Il. Les païens : les origines de la poésie africaine; celles de la prose africaine. Fronton; Apollinaire de Carthage; Ayln-Gelle; Apulée; les empereurs africains et la littérature; la poésie 'païenne d'Afrique nu us• siècle; la critique africaine au tu" siècle, les rhéteurs du iv' siècle; les derniers auteurs païens d'Afrique; la vie littéraire à Carthage; le public carthaginois et la littérature africaine."

Numéro d'inventaire : 70740

Niveau d'autorisation : Public

Tables des Matières : LIVRE PREMIER - LE GÉNIE AFRICAIN ET L'ÉDUCATION
CLASSIQUE.
CHAPITRE PREMIER. — La région de l'Atlas sous la domination romaine. — Les éléments du génie africain. 3

I. — La conquête romaine. — L'organisation administrative. — La colonisation. — L'occupation militaire. 4
II. — Résistance des indigènes. — Les insurrections. —L'esprit d'indépendance 21
III. — Difficultés que présentait l'assimilation des indigènes. — Configuration du pays. — Les Berbères: leur caractère et leur régime social. — Persistance de leur race, de leur langue; - de leur religion, de leurs moeurs, en Maurétanie et dans les campagnes de Numidie. — La population punique en Proconsulaire. 30
IV. — La civilisation de l'Afrique romaine. — Trois races et trois langues sont en présence. — La bourgeoisie des villes. Tous ces contrastes se retrouvent dans la litté-
rature locale. — Influence du climat. — Le génie africain 40

CHAPITRE DEUXIÈME. — L'éducation classique. — Les écoles africaines et l'Université de Carthage. . 47
I. — Les écoles primaires. — L'enseignement des grammairiens. — Une classe africaine 48
II. — Le haut enseignement. — Cæsarea au temps du roi Juba. — Les centres d'études en Numidie 'et en Proconsulaire. — L'Université de Carthage; son importance e; variété des cours. — Les étudiants 58
III. — Les maîtres. — Leur condition sociale. — Les rhéteurs. — La science. — Les jurisconsultes. — L'école médicale. — Les métriciens. — Les grammairiens. -- La tradition africaine 70
CHAPITRE TROISIÈME. — Lutte du génie africain et de l'esprit classique. — Physionomie des lettrés. 79
I. —.Influence de l'école sur la littérature. — L'hellénisme en Afrique. — La rhétorique. — Les principaux classi- ques. — Popularité de Salluste 80
1I. — Influence du tempérament indigène. — En quoi les Africains se sont écartés de la tradition classique. — Physionomie complexe des lettrés du pays 90
CHAPITRE QUATRIÈME. — Le latin d'Afrique. . . . 99
I. — De quels éléments il s'est formé. — Latin vulgaire et archaïque apporté par les colons. — Latin littéraire dans les écoles. — L'élément grec. — L'élément punique\ et libyque. — L'hébreu : les colonies juives et l'Ancien Testament. — Le latin d'Afrique est né de la combinaison de langues aryennes avec des langues sémitiques. 99 lI. — Caractères généraux et tendances du latin populaire. — Traits particuliers au latin vulgaire d'Afrique. — Le vocabulaire. —. La prononciation et l'orthographe. — La grammaire et la syntaxe. -- Le tumor africus. . 105
III. — Evolution historique du latin d'Afrique. — Altération rapide de la langue des colons. — Influence prépondérante du grec pendant les deux premiers siècles de l'occupation romaine. — Action croissante des idiomes sémitiques, à mesure qu'avance la colonisation. — Réaction du latin classique dans les écoles. — Formation d'une langue littéraire africaine an second siècle de notre ère. — Rôle d'Apulée. — Action du christianisme sur la langue : Tertullien et l'Itala. — La langue romane de Berbérie 114

CHAPITRE CINQUIÈME. — Les époques littéraires en Afrique.
Caractères de l'ancienne littérature carthaginoise. — La littérature grecque d'Afrique. — Les origines de la littérature latine locale. — Le siècle d'Apulée et de Tertullien. — Le siècle des empereurs africains. — L'époque de saint Augustin. — • L'époque vandale. — L'époque byzantine. Unité de la littérature latine d'Afrique. 123

LIVRE DEUXIÈME - LES PAIENS.

CHAPITRE PREMIER. — Les Origines de. la poésie africaine. — Le Poème de Manilius 135
I. — Le nom du poète est incertain. — Temps où il vivait. — L'Afrique est la patrie du pseudo-Manilius. 135
II. — Les Astronomiques. — Sujet et plan du poème. —Popularité de l'astrologie en Afrique. — Les sources de Manilius. — Originalité des Astromiques — L'auteur croyait à la divination par les astres. — Fondement de l'astrologie. — Idées du poète ; sa conception du monde ; son panthéisme mystique ; son déterminisme. — Comment il essaie de concilier la théorie fataliste et le libre arbitre. 141
III. Les sources de la poésie de Manilius. — Episodes
mythologiques ou historiques. — Sentiment de l'harmonie universelle. — Belles descriptions des phénomènes astronomiques. — Les paysages. — Les peintures de moeurs; leur raison d'être dans ce poème. — Les portraits. — La vie à la campagne ; au bord de la mer ; à la ville. — Tour d'esprit satirique : sentiment de la misère humaine ; petitesse et grandeur de l'homme. 156,
IV. — Le style de Manilius. — Difficultés que présentait le sujet. — Défauts du poète. — Ses qualités. — • Goût de la précision réaliste et du pittoresque. — Iné- • galité de l'oeuvre 176

CHAPITRE DEUXIÈME. —Les origines de la prose africaine. — Cornutus et Sévère de Leptis. — Flo rus
85

I. — Les premiers rhéteurs d'Afrique. — Cornutus de Leptis ; ses relations avec Lucain et Perse ; sa vie ; ses ouvrages. — Septime Sévère de Leptis ; sa, vie, ses amis de lettres ; son éloquence et ses poésies. 185
lI. — Florus. — Fragments de ses Mémoires. — Son existence aventureuse ; ses voyages. — Sa réputation sous Hadrien. — Ses poésies. — Florus historien. —Son Abrégé est un panégyrique de Rome et un essai de philosophie de l'histoire. — Valeur littéraire de cet ouvrage. — Intérêt que présente le style de Florus 193

CHAPITRE TROISIÈME. — Fronton de Cirta. . . 211

I. — Ses débuts sous Hadrien. — Ses succès au barreau et sa carrière politique. — L'éducation de Marc-Aurèle et de Verus. — Le consulat de Fronton. — Son proconsulat. — Ses .chagrins de famille et sa mauvaise santé. — Son caractère. — Sa grande réputation. — Le cercle des Frontoniens. — Fronton et l'Afrique. 212
II. — L'oeuvre de Fronton. — Idée qu'il se fait de la rhétorique. — Sa correspondance. — Ses théories sur l'éducation. — Comment il comprenait l'histoire. — Ses idées sur l'éloquence. — Ses fantaisies de rhéteur. - Ses préférences littéraires. Ses théories sur le style :
l'élocution nouvelle. — Influence du style de Fronton à Rome, et surtout en Afrique 225

CHAPITRE QUATRIÈME. — Apollinaire de Carthage et son école. — Aulu-Gelle 243

I. — Sulpice Apollinaire. — Sa vie. — Sa réputation. — Son école ; son élève et successeur Pertinax. — Son autorité comme critique. — Ses ouvrages. — Son caractère et ses idées 243
II. — Aulu-Gelle. — Comment il connut Apollinaire et devint son élève. — La patrie d'Aulu-Gelle. — Son éducation. — Son séjour à Athènes. -L Sa vie 'à Rome ; ses amis. — Son caractère et son tour d'esprit. — Les Nuits attiques sont les Mémoires d'Aulu-Gelle. — Intérêt historique et valeur de cet ouvrage 249

CHAPITRE CINQUIÈME. — Apulée de Madaura — L'Ane d'or 265

I. — La ville natale d'Apulée. — Son enfance à Madaura. — Ses études à l'Université de Carthage. — Son séjour à Athènes et ses voyages en Orient. — Son séjour à Rome. — Son retour définitif en Afrique. — Ses premiers succès à Carthage. — Ses aventures en Tripolitaine ; son mariage et son prooès. — Il se fixe à Carthage ; divers métiers qu'il y exerce. — Ses grands succès d'orateur ; son public, — Portrait d'Apulée. 265
II. — L'oeuvre d'Apulée. — Universalité de ses aptitudes. — Le critique d'art. — L'historien. — Le grammairien. — Le poète. — Le savant : ouvrages de mathématiques, d'agronomie, de physiologie, de physique, d'histoire naturelle. — Le philosophe. — L'opuscule sur le Dieu de Socrate. — La Doctrine de Platon. — Le Traité du monde. — Le e platonicien de Madaura ». 278
III. — L'orateur. — Apulée avocat. — Ses conférences et ses harangues. — Les Florides : origine et caractère de ce recueil. — L'Apologie ou Livre sur la Magie. — Dans quelles circonstances fut prononcé ce plaidoyer. — L'acte d'accusation. — Gravité du cas : la magie en Afrique. —Habile tactique d'Apulée : comment il change l'objet du débat. — D'où l'on peut conclure qu'il croyait aux sciences occultes et s'y était compromis. — La légende d'Apulée magicien. — Valeur littéraire de l'Apologie. 286
IV. — Le romancier. — L'Hermagoras. — Les Métamorphoses ou l'Ane d'or. — Date de la composition du roman. — Le cadre du livre : les aventures de l'âne. — Les contes milésiens. — Apulée et Lucien. Histoires de voleurs. — Contes fantastiques. — Scènes de ménage. —Drames domestiques. — Les Amours de Psyché. — Les Milésiennes carthaginoises : comment Apulée transforme ce qu'il emprunte. — Tableaux de moeurs : les paysans; les bourgeois ; l'aristocratie provinciale ; les aventuriers.
— Comment la personnalité de l'auteur se mêle au récit.
— Originalité des métamorphoses 308
V. — Le style d'Apulée. — Comment il complète l'oeuvre de ses prédécesseurs et achève de créer une nouvelle forme littéraire. — Richesse du vocabulaire. — Physionomie de la phrase. — Méthode de composition. — Goût de la description. — Réalisme et pittoresque. — Influence d'Apulée sur ses compatriotes païens ou chrétiens. 330

CHAPITRE SIXIÈME. — Les empereurs africains et la littérature. — Les Sévères et les Gordiens.— La colonie Carthaginoise à Rome 341
I. — Les cercles d'Africains à Rome. — Les avocats et les gens de lettres. — Les jurisconsultes. — Les Africains au Sénat, dans la politique, au Palatin. . . . . 341
II. — Rôle littéraire des empereurs africains. — Albinus d'Hadrumète ; • ses Géorgiques ; ses Milésiennes. — Sep- time .Sévère de Leptis. — Son éducation. — Il débute comme rhéteur et comme avocat. — Son éloquence; son goût pour les sciences, la philosophie et les lettrés. —Ses Mémoires. — Le salon littéraire du Palatin. — Septime Sévère et l'Afrique. — La dynastie syrio-africaine. — Macrin le Maure ; ses poésies. — Les trois Gordiens : le poète ; le jurisconsulte ; l'orateur. — Numérien ; son éloquence et ses poésies. — Rôle de la colonie carthaginoise à Rome 349

CHAPITRE SEPTIÈME. — La poésie païenne d'Afrique au
III. siècle. — Némésien de Carthage 363
I. — Caractères de cette poésie. — Les épigrammes de Pentadius. — La Médée d'Hosidius. — Reposianus : les Amours de Mars et de Vénus. — L'idylle satirique de Vespa. — Les Distiques de Caton. — Les Recettes médicales de Sammonicus 363
II. — Némésien de Carthage. -- Le poème sur la Chasse. — Les Eglogues. — La Veille de Vénus. — Dans l'ensemble, cette poésie païenne d'Afrique est bien inférieure à la prose : raisons de cette infériorité, . . 375

CHAPITRE HUITIÈME. — La Critique africaine au IIIe siècle. — Térentien lu Maure et Juba. — Nonius de Thubursicum 387
I. — Les études de métrique. — Deux écoles rivales en Maurétanie. —Juba ; sa réputation ; son Art métri que. — Térentien le Maure. — Comment il devint auteur. —Plan de son poème ; valeur scientifique et littéraire. 3— Influence de Térentien. 388
II. — Les études de grammaire. — Porphyrion. — Il est élève de Fronton. — Son Commentaire sur Horace. — Nonius. — Sa ville natale. — Son Abrégé. . . 396

I CHAPITRE NEUVIÈME. — Les rhéteurs du IV, siècle. —Victorin. — Servius le Maure et Charisius. — Aure. lius Victor 401
L — Victorin. — Ses succès de rhéteur et d'orateur. _ _ Sa conversion. — Son œuvre païenne : ses pamphlets contre les chrétiens ; ses traités de philosophie, de grammaire et de rhétorique. — Sa réputation. . 402
II. — Charisius et son Art grammatical. —Servius le Maure. — Sa vie, son caractère et son enseignement. — Son commentaire sur Virgile. — Autres ouvrages. . 407
111. — Aurélius Victor. — Sa vie et sa carrière politique. -. Son caractère et ses idées. — Son patriotisme africain. — Sa grande _Histoire des Empereurs : nous en avons des Extraits dans deux des ouvrages qui nous sont parvenus sous son nom, les Césars et l'Epitome: — Comment. Aurélius Victor a compris l'histoire. — Son style. 413

CHAPITRE DIXIÈME. — Les derniers auteurs païens d'Afrique. — Les Saturnales de Macrobe. — Martianus Capella et les noces de Mercure 425
I. — Macrobe. — II est né en Afrique, sans doute en Numidie. — Sa carrière politique. — Son caractère. —Son tour d'esprit. — Son traité de grammaire. — Le Commentaire du Songe de Scipion. — Les Saturnales.—Ce que Macrobe s'est proposé dans cet ouvrage. — L'étude sur Virgile.— La mise en scène des Saturnales : le Prologue ; les interlocuteurs ; le dialogue. — Intérêt historique et littéraire des Saturnales. — Défaut du livre. -- Deux tendances opposées dans le style de Macrobe . ' 426
II. — Martianus. Capella. — Sa vie d'avocat à Carthage. — Les Noces de Mercure et de la Philologie. — Le Prologue et le cadre du roman. — Les Sept Arts libéraux : valeur de cette encyclopédie. — Comment Capella renouvelle la Satura par l'emploi de l'allégorie. — Popularité de Capella en Afrique et dans toute l'Europe du moyen âge. — .Son style : ses vers et sa prose. — Comment il imite et exagère tous les procédés d'Apulée. —Capella est l'héritier de toute la tradition africaine. 445

CHAPITRE_ ONZIÈME. — La vie littéraire à Carthage. —
Le public carthaginois et la littérature africaine. —
Conclusion 459
I. — La Carthage romaine. — Son importance politique et économique. — Aspect de la ville : son étendue ; ses principaux quartiers ; ses monuments. — La population variété des races, des langues, des religions. — Prépondérance de l'élément punique. —Physionomie des foules. 460;
II. — Les cercles mondains. — La haute société locale. 1
— Le Sénat de Carthage. — La colonie des fonc- , tionnaires et des financiers romains. — Les proconsuls. — Goût de oe public pour les spectacles de tout genre, pour les arts et la littérature 469
III. — Les gens de lettres. — Comment Carthage est devenue la capitale littéraire des provinces africaines. — Rôle de l'Université. — Les fêtes littéraires. — Les concours d'éloquence et de poésie. — Importance des rhéteurs. — Les cercles de gens e lettres. . . 479
IV. — Action de ces divers publics carthaginois sur la littérature. — Double rôle de Carthage. — Elle a été pour toute la région le grand centre de vie intellectuelle. — Elle a mis l'Afrique en "ions avec l'Orient et avec Rome 4S7

Langue : Français

Description matérielle : 500 p.: 18,5 cm.

Collection : Nouvelle bibliothèque littéraire

Origine : Don

Notes : Table des matières

Localisation : Magasin


Exemplaires

Nbre d'exemplaires : 1
Cote Code barre Commentaire
1 800 MON [non empruntable]
0
Z