m
     
Monographie

H 1 Campagne de Constantine de 1837

Sédillot, C. (Dr)

Crochard et Cie, libraires-éditeurs

1838

965.2 SED

Constantine, commune ; Campagne ; Conquête ; Témoignage ; Médecin ; Homme militaire ; Maladie

Numéro d'inventaire : 48615

Sommaire : INTRODUCTION. Page 1.
EXPÉDITION DE CONSTANTINE DE 1837, 5. — Départ pour Alger, 6. — Aspect de cette ville, 7. — Changements que nous lui avons fait subir, 10. — Distribution des eaux, 1 i . —Commerce, 12.— Lieux publics ; cafés, 14. — Étuves ou bains de vapeur, 16 - 17. — Considérations hygiéniques sur les principales dispositions d'Alger, 20. —Luxe et bien-être des habitants dans l'intérieur de leurs habitations , 23. — Excursion aux environs d'Alger, 26.- Marché de Bouffarick dans la plaine de la Mitidja : Arabes nomades qui le fréquentent, 28. —Sécurité donnée à la Mitidja par l'occupation de Blida et de Coléah, 33. — Nécessité d'appeler des colons européens en Afrique , et de les substituer peu à peu à l'armée, 33. —Hôpitaux d'Alger, 35.

DÉPART puma BONE, 37. —Bougie , son état actuel : disposition (les Cabiles de cette partie de territoire, 38. — Heureux résultats de la pratique chirurgicale de M. Pointis, 40.- Arrivée à Bone, 41. - Hôpitaux, 427. -Influence fâcbeuse de la plaine de la Boudgimah, 42. -Ruines d'Hyppone, 43. -Incendie des terrains cultivés par les Arabes, 44.
DÉPART POUR MZEZ-AMMAR , 46. - Kline de la Seybouse :
arrivée à Dréan, 47. -Inconvénients de ce camp, 5o. - Nech-Meya, 51. - Scorpions, effets de leurs piqûres, 52. -Ammam-Berda, 54. - Eaux thermales, leur utilité, 55. -Excursion à Ghelma, 56. -Ruines monumentales de l'ancienne ville, 6o.

ARRIVÉE A MZEZ-AMMAR, 64. - Aspect du camp, il protége un des passages de la Seybouse, 65. - Ambulance de MZEZ-Ammar, 66.

MALADIES RÉGNANTES l'expérience en modifie successivement les méthodes de traitement, 68. -Principaux caractères des fièvres, 71. - Succès complets et constants retirés de l'emploi du sulfate de quinine à la dose de vingt à vingt-cinq grains, 'S. - Avantages d'une alimentation légèrement tonique et fortifiante dans les convalescences, 76.- Nature commune des affections diverses en apparence, 78. - Moyens prophylactiques, 79. - Effets fâcheux des saignées, 80.-Symptômes déterminés par le sulfate de quinine : opinion curieuse à ce sujet, 83. - Observations nécroscopiques , 84.

DE LA POSITION DES OFFICIERS DE SANTÉ DES AMBULANCES A L'ARMÉE ; les chirurgiens sous-aides particulièrement sont soumis en Afrique aux plus dures conditions, 86.
- Avantage d'exempter le plus possible les officiers de
santé des préoccupations et des soins personnels, afin qu'ils se livrent tout entiers aux devoirs de leur profession, 91.- Ressources du camp de Mzez-Ammar, 92. - Demande d'un local particulier pour exercer les chirurgiens aux opérations, 94. - Rapports hiérarchiques des officiers ,de santé entre eux, 95.

RECONNAISSANCE SUR LA ROUTE DE CONSTANTINE, faite le 12 septembre par le général Damremont, 97. -Pas- sage du Raâs-el-Akba, 98. - Ruines d'Annona , loi. - Difficulté de faire traverser les nombreux ruisseaux qui entrecoupent le sol de la régence, par notre matériel, 103. Attaque des Arabes, 1o4. -Bivouac du douze, 108. - Inconvénients de la présence d'hommes débiles ou convalescents, dans les expéditions, 109.- Blessés : plaie de poitrine, 110. - Le général Damremont et son chef d'état-major le général Perregaux visitent l'ambulance et s'occupent du bien-être des militaires blessés ou malades, 11I. - Aspect des bivouacs, 113. -- Retour du corps d'armée de MZEZ-Ammar,- 114.

PROBABILITÉS DE PLUS EN PLUS GRANDES DE L'EXPÉDITION '115.
- Nos occupations au camp , 116. - Nécessité d'en-
voyer chercher des approvisionnements de fourrage
dans les tribus voisines , tu.

EAUX THERMALES D'AMMAN( - MESCOUTINE, 1 B 8. - Ont été autrefois le siége de très-grands établissements , 119. --- Dispositions des ruines , 120. - Origine de la source , 121.- Elle va se perdre dans la Seybouse et en corrompt les eaux, I22.-Dépôts qu'elle produits ; température, 123.-- Expériences qui en démontrent la nature hydrosulfureuse , 124. - Pyramides coniques et régulières, extrêmement remarquables, qui ont été formées autrefois par les eaux d'Ammam-Mescoutine ; légende arabe à ce sujet, 125.- Analyse de différents dépôts provenant de la source, 127.

Tables des Matières : ATTAQUE DU CAMP DE MZEZ-AMMAR, par les troupes d'Achmet le 21 septembre, 129.-Elle recommence le 22, 131. - Se continue encore le 23, et est soutenue avec beaucoup d'énergie par l'ennemi, qui est complètement repoussé et disparaît, 133.

BLESSÉS, 135.- Rupture intestinale par une balle qui avait frappé la paroi de l'abdomen, sans la pénétrer, 135.-Plaie du bras, paraplégie, 137.-Trépanation du crâne, 141. - Motifs qui autorisent à recbercher les corps étrangers engagés dans la boîte crânienne, 142. -Erreur de ceux qui espèrent qu'un kyste protecteur se formera autour d'eux, 144. - Les projectiles enclavés dans l'épaisseur du squelette amènent presque constamment de graves accidents, 145. - Il n'existe pas un seul exemple de balle enkystée dans l'encéphale, 147. - Les tentatives d'extraction doivent être adoptées comme règle générale, 148. - Plaies pénétrantes de la poitrine et de l'abdomen, 157. - Fracture comminutive du bras, appareil inamovible, 158.

EXTRACTION DES BALLES PERDUES DANS LES CHAIRS, 160. -
Mettre le tronc et les membres à découvert, 161.-
Saillies sous-cutanées, signes fournis par le toucher,
162.- Examen des plaies, débridements, 164. -Cir-
constances qui empêchent de suivre le trajet des balles, 166. -Possibilité des fausses routes, 168. - Contre-ouvertures, moyens de les pratiquer sûrement, 16g.-Comment mettre à nu le projectile, 171. - Procédés ordinaires d'extraction, 172.
RETOUR AU CAMP DU GÉNÉRAL DAMREMONT, 175. - Arri-
vée de Mgr le duc de Nemours, 173. - Composition du service chirurgical du corps d'armée expéditionnaire, 184.- Difficultés du classement des chirurgiens sous-aides, 176. - Nécessité d'un personnel nombreux, 177.

EFFECTIF DE L'ARMEE , 178. - Départ pour Constantine
de la première colonne, 179. -Départ de la seconde; première journée, bivouac au Rass-el-Akba, i80. -Deuxième journée, 181. - Troisième journée; ruisseaux abondants et multipliés, bivouac au marabout de Sidi-Tamtam, 182. - Jonction des deux colonnes le 5 octobre, 184. - Premiers blessés, 185.- Avantages des ambulances légères, 186. - Monument romain ou Soumaa ; on aperçoit de ce point une partie de Constantine, 189. - Plaine du Mansoura, ossements sans sépulture de nos soldats morts pendant la première expédition, 191.

ARRIVÉE DE L'ARMÉE DEVANT CONSTANTINE, 192.-Les troisième et quatrième brigades sous les ordres du général Rhullières s'emparent du Coudiat-Ati, 193. -Passage du Rummel, 194. - Aspect de Constantine, 195. -Cette ville est bâtie sur un rocher unique et escarpé; pont d'El-Cantara, 96. - Jardin du bey, 197. - Le colonel Combes, 199. -

COMBAT DU 7 AU COUDIAT-ATI, 200. -Amputations ; grottes du Mansoura, 201. -Pluie affreuse du 7 an 8, elle menace l'armée d'un nouveau désastre , 2o3. - Continuation de la pluie du 8 au 9, augmentation du nombre des malades, 204-Triste spectacle du camp ; on parvient à armer quatre batteries sur le Mansoura, 205. - De l'artillerie est amenée au Coudiat-Ati , 2o6. -Heureuse opération du trépan, 207.

BATTERIES DE LA PLACE : l'ambulance reçoit l'ordre de cbanger de position, malades presque perdus dans la boue, 208. - Effets des bombes et des fusées à la Congrève, 209. -Établissement des batteries au Coudiat - Ati, 21o. - Point choisi pour battre en brèche, 212. - Sortie des assiégés, progrès des travaux de siége, 213. - Envoi d'un parlementaire, réponse bautaine de Ben-Aïssa , 214.-La brèche se dessine : elle est réparée, pendant la nuit du 11, par l'ennemi, 214.- Mort du gouverneur, 216.-Le général Valée prend le commandement, l'assaut est commandé, 218.

PRÉPARATIFS FAITS A L'AMBULANCE ; amputation, 219.- Nous demandons inutilement à être envoyés à la batterie de brècbe, 220. - Aspect du rempart, 222. - Signal de l'assaut, 223. - Première colonne sous les ordres du colonel Lamoricière ; elle est accompagnée par les chirurgiens des corps; deuxième colonne commandée par le colonel Combes, 224.

DÉFLAGRATION D'UN MAGASIN A POUDRE. -Blessés. - De nouvelles colonnes s'élancent dans la ville, qui est prise après un combat sanglant , 225. - Détails de l'assaut, 226.

LES BLESSÉS DANS LA BATTERIE DE BRÊCHE. -On s'étonne de l'absence des cbirurgiens , 232. - Justification des officiers -de santé, qui n'avaient fait qu'obéir aux ordres reçus , 233. - Leurs rapports avec l'administration ; leur dévouement pour les malades, 234. -Position de notre ambulance ; état des hommes brûlés par l'explosion de la mine, 235. -Amputations ; M. Lamoricière, Les chirurgiens majors du 47' de ligne et du 3' chasseurs à cheval nous prêtent une active et habile coopération, 237.

ASPECT DE LA. BRECHE ET DES RUES ENVIRONNANTES APRES L'ASSAUT, 238. -Grandeur des blessures ; morts enfouis dans la boue et superposés, 239. -Promptitude avec laquelle les chirurgiens de l'ambulance des deux premières brigades établissent un hôpital, 240. - Lenteurs apportées à la formation d'un second hôpital, 242. -Causes de cette différence, 243. -Troisième bôpital, beaucoup mieux situé que le second; les cbirurgiens ont à souffrir de la faim ; soins donnés à une femme turque ; appareil inamovible arabe, pour les
fractures, 244.

ÉTAT DE CONSTANTINE , 248. - Sauf-conduits ; excès d'humanité envers l'ennemi, 249.- Pillage défendu ; moyens employés par les soldats pour enlever leur butin, 250. — Spectacle donné par les juifs de la ville , 251.

HÔPITAL DU BEILICK.— Notre ambulance y est placée; situation fâcbeuse des blessés et des malades, 253. —Brûlures. Avantage de ne jamais quitter ses vêtements pendant les nuits de bivouac, 254. —Salle des amputés, 256. — Procédé nouveau d'amputation à lambeaux, 257.-- Amputation de la jambe, par le procédé décrit par l'auteur en 1832, 260. —Pourriture d'hôpital ; traitement interne, 261. —Mortalité des amputés, 265.— Collections séro-purulentes, produites par le froid humide et l'affaiblissement de la réaction vitale; nombreux exemples, 267. —Traitement ; conduite digne d'éloges de MM. les chirurgiens sous-aides
Ode et Frotté, 271.

TÉTANOS, 272.

GANGRÉNE DES PIEDS, 273. —Nouveau procédé d'ampu-
tation médio-tarsienne, 275.

CHOLERA; il se déclare le 23 octobre, ses progrès, 278.—Il est importé en Afrique par le 12' de ligne , 279. —Marche de la contagion transmise par les masses, 280. —Mort du général Caraman, 281. — Contagion, anomalies qu'elle présente ; comment on peut les expliquer, 282.— Traitement du choléra ; moyens prophylactiques, 283.— Moyens tbérapeutiques, 284. — Service de l'bôpital, 286.— Jardins du bey, 290.

DÉPART DE CONSTANTINE ; le désir de quitter cette ville est
général ; la misère que l'on y éprouvait en est la
cause, 291. —Retour triste et pénible, 292. —Cbiffre de la mortalité ; pansements ; vers développés dans les plaies des brûlés ; arrivée à MZEZ-Ammar, 293. — Tout le personnel de l'ambulance est atteint de fièvre A Bone, 294. —Retour à Alger ; nombreux cholériques, 295. —Retour en France, 296.

Langue : Français

Description matérielle : 307 p.: 22 cm [Très fragile]

Origine : Don

Localisation : Livres précieux

0
Z