m

Documents  France télévision | enregistrements trouvés : 7

O
     

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : VID - 965.5 LAD

"Le 22 octobre 1956, une délégation composée d'Ahmed Ben Bella, Hocine Aît-Ahmed, Mohamed Kidher, Mohamed Boudiaf, quatre des chefs historiques du Front de Libération National Algérien, accompagnée du professeur Mostefa Lacharef, quitte le Maroc pour Tunis, où doit se dérouler une réunion chargée de proposer une alternative à la guerre en Algérie. Le vol est détourné par les autorités françaises. Destination finale des prisonniers : une petite île sur la côte Atlantique, l'île d'Aix et sa forteresse imprenable construite sous Napoléon 1er, le Fort Liédot où leur statut de prisonniers va peu à peu se transformer en celui de négociateurs."
"Le 22 octobre 1956, une délégation composée d'Ahmed Ben Bella, Hocine Aît-Ahmed, Mohamed Kidher, Mohamed Boudiaf, quatre des chefs historiques du Front de Libération National Algérien, accompagnée du professeur Mostefa Lacharef, quitte le Maroc pour Tunis, où doit se dérouler une réunion chargée de proposer une alternative à la guerre en Algérie. Le vol est détourné par les autorités françaises. Destination finale des prisonniers : une petite ...

Documentaire ; Guerre d'Algérie ; FLN ; Gouvernement Provisoire de la République Algérienne ; Ben Bella, Ahmed ; Boudiaf, Mohamed ; Aït Ahmed, Hocine

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : VID - 965.5 BRA

"Synopsis

Quelques centaines de Français, civils et militaires, prisonnier du FLN pendant la guerre d'Algérie, se sont trouvés entre les mains de l'ennemi pendant de longues périodes. Pour les gouvernements français, qui refusaient de voir dans ces «événements» l'expression d'une guerre, ont considéré ces soldats en captivité comme des disparus. Côté algérien, il s'agissait au contraire de s'appuyer sur les conventions de Genève concernant les prisonniers pour faire reconnaître son statut d'Etat en gestation. Oubliés de l'Histoire, ceux qui ont survécu à l'épreuve dans les maquis en ont très peu parlé mais gardent en mémoire les terribles conditions de leur détention. Leur témoignage permet de porter un nouveau regard sur cette guerre d'indépendance."
"Synopsis

Quelques centaines de Français, civils et militaires, prisonnier du FLN pendant la guerre d'Algérie, se sont trouvés entre les mains de l'ennemi pendant de longues périodes. Pour les gouvernements français, qui refusaient de voir dans ces «événements» l'expression d'une guerre, ont considéré ces soldats en captivité comme des disparus. Côté algérien, il s'agissait au contraire de s'appuyer sur les conventions de Genève concernant les ...

Guerre d'Algérie ; Armée ; 1954-1962 ; Prisonnier ; Disparus (les)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : VID - 313 JAN

Emission diffusée le 14 mars 2012, tournée en partie au CDHA avec l'intervention d'une bénévole et l'interview d'un adhérent du CDHA.

Pieds-noirs ; Cinquantenaire ; Témoignage ; Centre de Documentation Historique sur l'Algérie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le choix de mon père Zanoun, Rabah | France télévision 27/08/2008

Docs audiovisuels

y


Cote : VID - 845 ZAN

" Le 13 juillet 1959, dans le 19e arrondissement de Paris, en pleine guerre d'Algérie, un sympathisant du FLN (Front de Libération Nationale, visant à libérer le territoire algérien de l'occupation française) refuse d'assassiner un membre du MNA (Mouvement National Algérien, mouvement rival de libération lui aussi). Par peur de représailles et se sachant condamné à mort par le FLN, cet homme trouve protection auprès des autorités françaises et s'engage officiellement comme harki...
C'est l'histoire du père du réalisateur. Il est fils de harki et n'a jamais considéré son père comme un traître. Au contraire, il lui est reconnaissant d'avoir «choisi» la France. "
" Le 13 juillet 1959, dans le 19e arrondissement de Paris, en pleine guerre d'Algérie, un sympathisant du FLN (Front de Libération Nationale, visant à libérer le territoire algérien de l'occupation française) refuse d'assassiner un membre du MNA (Mouvement National Algérien, mouvement rival de libération lui aussi). Par peur de représailles et se sachant condamné à mort par le FLN, cet homme trouve protection auprès des autorités françaises et ...

Guerre d'Algérie ; Témoignage ; Harki ; Front de Libération Nationale ; Mouvement national algérien

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : VID - 965.5 FEK

"En 1957 à Alger, une cinquantaine de femmes, âgées de seize à vingt ans, sont engagées dans la guérilla urbaine menée par le FLN contre le colonialisme français. À la fois fragiles et cruelles, ces femmes que nous appellerons « les porteuses de feu » sont devenues les figures emblématiques de l’épisode le plus meurtrier de la Guerre d’Indépendance : « La Bataille d’Alger ». Certaines, surnommées « femmes Beretta » participent à des attentats à l’arme de poing d’autres posent des bombes. Parmi elles, une « Bombiste », et pionnière des services secrets algériens.
Ces jeunes révolutionnaires sont fichées comme terroristes par les autorités françaises et traquées.
Les entretiens inédits de Louiza, Fadila, Fattouma et Zohra, témoigne de l'engagement des femmes dans la guérilla urbaine qui a ensanglanté Alger."
"En 1957 à Alger, une cinquantaine de femmes, âgées de seize à vingt ans, sont engagées dans la guérilla urbaine menée par le FLN contre le colonialisme français. À la fois fragiles et cruelles, ces femmes que nous appellerons « les porteuses de feu » sont devenues les figures emblématiques de l’épisode le plus meurtrier de la Guerre d’Indépendance : « La Bataille d’Alger ». Certaines, surnommées « femmes Beretta » participent à des attentats à l...

Terrorisme ; Guerre d'Algérie ; Mémoire ; Témoignage ; Attentat ; FLN

... Lire [+]

Z