m

Documents  M. Lafon | enregistrements trouvés : 11

O

-A +A

P Q

UV

M. Lafon ; Michel Lafon

7-13, boulevard P.-E. Victor
Île de la Jatte
92521 Neuilly-sur-Seine
Cedex


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 313 DEL

"Ils n'ont pourtant pas conquis l'Algérie par les armes. Ils s'étaient installés dans une province rançaise, ce e-ci réclamait son indépendance, on allait la lui donner, mais non sans canaliser la haine sur ceux qui avaient osé venir l'habiter. Les meilleures intentions ont parfois besoin de victimes expiatoires... Pas étonnant, dans ces circonstances, que dès le lendemain des accords d'Évian, ce soit la curée. Après le massacre de 140 000 Harkis, pour les pieds-noirs, c'est « la valise ou le cercueil ». En quelques mois, plus d'un million d'entre eux fuient vers la « métropole ». Mais en France, personne ne veut en entendre parler. L'opinion publique les abandonne, les pouvoirs politiques s'en désintéressent, pas un intellectuel ne vient à leur secours. L'Histoire elle-même voudra les oublier..."
"Ils n'ont pourtant pas conquis l'Algérie par les armes. Ils s'étaient installés dans une province rançaise, ce e-ci réclamait son indépendance, on allait la lui donner, mais non sans canaliser la haine sur ceux qui avaient osé venir l'habiter. Les meilleures intentions ont parfois besoin de victimes expiatoires... Pas étonnant, dans ces circonstances, que dès le lendemain des accords d'Évian, ce soit la curée. Après le massacre de 140 000 ...

Guerre d'Algérie ; Rapatriement ; Accords d'Evian

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Algérie Reza ; Khadra, Yasmina | M. Lafon 2012

Monographie

y


Cote : 916.2 REZ

"Yasmina Khadra a toujours montré un intérêt passionné pour tout ce qui touche à son pays d'origine et s'est d'ailleurs exprimé de nombreuses fois, faisant fi des menaces ou du danger, à travers des articles de presse ou ses romans. Dans cet ouvrage, Yasmina Khadra, l'Algérien qui écrit en français, livre un véritable cri d'amour à son pays.
De Constantine au Grand Sud, en passant par Oran, Alger, Tizi Ouzou, Rio Salado, Zahara, Yasmina Khadra nous tend la main et nous emmène à la découverte de son Algérie. À la manière d'un impressionniste, entre récit autobiographique et fable poétique, il nous offre un texte d'une intensité rare.
C'est à Reza, photographe humaniste, qu'il a confié le soin de mettre en images ses souvenirs et de nous révéler un pays qu'il souhaite toujours plus libre et tolérant. Destination après destination, rencontre après rencontre, Yasmina Khadra et Reza subliment une Algérie qui célèbre en juillet 2012 ses cinquante ans d'indépendance.

« L'Algérie a toujours été plurielle avec ses pieds-noirs, Algériens, Français, Espagnols, Grecs, Juifs, Berbères, Touareg... C'est quand on essaie de la réduire à une seule identité
qu'elle s'effrite. » Yasmina Khadra

YASMINA KHADRA, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né en Algérie et a officié dans l'armée algérienne pendant trente-six ans. Aujourd'hui écrivain internationalement reconnu (il est traduit en 33 langues), il dirige le Centre culturel algérien à Paris. Nous pouvons citer parmi ses principales oeuvres L'Attentat, Ce que le jour doit à la nuit, Les Hirondelles de Kaboul et son dernier roman, L'Équation africaine.

REZA est un photographe de renommée internationale. Humanistes et inspirées, ses photographies racontent les cultures, les traditions, l'Histoire et, plus que tout, son espoir infaillible en un monde meilleur. Sa longue collaboration avec National Geographic a fait voyager ses images sur toute la planète et dans les imaginaires collectifs." (4ème couverture)
"Yasmina Khadra a toujours montré un intérêt passionné pour tout ce qui touche à son pays d'origine et s'est d'ailleurs exprimé de nombreuses fois, faisant fi des menaces ou du danger, à travers des articles de presse ou ses romans. Dans cet ouvrage, Yasmina Khadra, l'Algérien qui écrit en français, livre un véritable cri d'amour à son pays.
De Constantine au Grand Sud, en passant par Oran, Alger, Tizi Ouzou, Rio Salado, Zahara, Yasmina Khadra ...

Algérie ; Ouvrages illustrés ; Photographie ; Kabylie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 928 CAM

"ALBERT CAMUS, prix Nobel de littérature, disparaît brutalement en 1960. Il a quarante-six ans. Il laisse une oeuvre considérable et inachevée d'une beauté et d'une force exceptionnelles. Écrivain, journaliste, penseur, dramaturge et metteur en scène, ce fervent défenseur de la liberté, animé d'une grande vitalité, est un artiste au service de la dignité humaine. Sa lutte constante contre l'oppression ne cesse de dénoncer la démesure et fait écho à notre temps.
À travers un choix d'extraits d'oeuvres, de photographies et de documents inédits, Catherine Camus nous guide, avec délicatesse et simplicité, dans la vie et dans l'oeuvre passionnante de son père, solitaire et solidaire.
Mes enfants et mes petits-enfants, mes neveux et ma petite-nièce ne l'ont pas connu. Pour eux, j'ai voulu traverser toutes les images. Pour retrouver son rire, sa légèreté et sa générosité, pour retrouver cet homme attentif et chaleureux qui me laissait vivre. Pour montrer, comme l'écrit Gaspari, qu'Albert Camus était "un homme parmi les hommes et qui tenta, parmi ces hommes, d'être aussi homme qu'il le pouvait". C. Camus"
"ALBERT CAMUS, prix Nobel de littérature, disparaît brutalement en 1960. Il a quarante-six ans. Il laisse une oeuvre considérable et inachevée d'une beauté et d'une force exceptionnelles. Écrivain, journaliste, penseur, dramaturge et metteur en scène, ce fervent défenseur de la liberté, animé d'une grande vitalité, est un artiste au service de la dignité humaine. Sa lutte constante contre l'oppression ne cesse de dénoncer la démesure et fait ...

Ouvrages illustrés ; Camus Albert (1913-1960) ; Biographie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 DEL

"Il nous semblait que tout avait été dit sur la guerre d'Algérie. Or les recherches menées par Raphaël Delpard mettent en lumière des dossiers lourds, restés secrets depuis quarante ans.
* Les témoignages des appelés du contingent prisonniers du FLN qui, pour la première fois, racontent les horreurs de leur détention.
* La fusillade du 26 mars 1962 à Alger, où l'armée française a tiré sur une manifestation pacifiste, tuant 80 personnes et faisant 200 blessés. Les familles ne sont toujours pas parvenues à faire ouvrir une enquête.
* L'abandon des harkis par la France.
* Les enlèvements de militaires et de civils français et musulmans pro-français : 25 000 personnes dont les corps n'ont jamais été retrouvés.
* Le massacre de 2 000 Français en une seule journée à Oran, le 5 juillet 1962.
* L'accord secret entre le gouvernement de la métropole et le FLN, dans le but de pousser les pieds-noirs à quitter l'Algérie au plus vite...
Des pages brûlantes, révélant des complots et des crimes d'État et montrant comment et pourquoi le silence a été organisé et prolongé par tous les gouvernements qui se sont succédé depuis."
"Il nous semblait que tout avait été dit sur la guerre d'Algérie. Or les recherches menées par Raphaël Delpard mettent en lumière des dossiers lourds, restés secrets depuis quarante ans.
* Les témoignages des appelés du contingent prisonniers du FLN qui, pour la première fois, racontent les horreurs de leur détention.
* La fusillade du 26 mars 1962 à Alger, où l'armée française a tiré sur une manifestation pacifiste, tuant 80 personnes et ...

Guerre d'Algérie ; Mémoire

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 840 RIZ

"Les années 50 à Bab el-Khadra... Arabes, Juifs, Italiens et Maltais vivent en harmonie et partagent la même indigence. Dans ce quartier populaire de Tunis, poussiéreux et bruyant, grandit le petit Gaétan Voila, un orphelin de huit ans, qui se destine au métier de cocher, comme la plupart de ses compatriotes venus de Ille de Malte.
C'est compter sans tante Ménouna, une vieille fille d'apparence acariâtre mais qui fond de tendresse pour le gamin. Elle lui fait travailler ses devoirs et découvrir l'histoire de ses ancêtres tiraillés entre leur pays d'origine, la terre d'Afrique qui les a accueillis, et la France qu'ils aiment et idéalisent, Gaétan comprend désormais l'importance de l'instruction. Son avenir en dépend, et le présent est gai ! Entre l'école, les cours de Ménouna et la gestion de « sa petite entreprise » qu'il a montée avec ses copains et qui se charge de livrer à domicile les familles du coin, Gaétan savoure sa jeune existence...
Bientôt cependant, à la sortie des mosquées, des clameurs annoncent la fin d'un monde, les grèves et les manifestations se multiplient, la violence monte et un jour Tunis se réveille sous les bombes...
Le Maltais de Bab el-Khadra un roman foisonnant, pittoresque, qui restitue avec maestria l'atmosphère de l'époque et où le lecteur, entre rires et larmes, verra finalement fa tolérance triompher." (4ème couverture)
"Les années 50 à Bab el-Khadra... Arabes, Juifs, Italiens et Maltais vivent en harmonie et partagent la même indigence. Dans ce quartier populaire de Tunis, poussiéreux et bruyant, grandit le petit Gaétan Voila, un orphelin de huit ans, qui se destine au métier de cocher, comme la plupart de ses compatriotes venus de Ille de Malte.
C'est compter sans tante Ménouna, une vieille fille d'apparence acariâtre mais qui fond de tendresse pour le gamin. ...

Roman historique ; Tunis

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 313 DEL

"Après la conquête de l'Algérie, en 1830, on leur a présenté le peuplement de cette terre d'Afrique comme une fabuleuse aventure humaine. Cent trente-deux ans plus tard, ils revenaient en France par bateaux entiers, déracinés, accablés, pas toujours bien reçus. On jugeait leur accent vulgaire, on disait qu'ils avaient, mal traité
les Arabes, les exploitant sans vergogne, amassant des fortunes... Rétorquer qu'ils avaient contribué à faire passer la société arabo-berbère du Moyen Âge à la modernité ne leur servait à rien : on les rendait responsables d'une guerre, qu'ils avaient de surcroît perdue. La vérité, bien sûr, n'est pas si abrupte. En toute impartialité, Raphaël Delpard a tenté de l'approcher. Des années d'enquête l'ont amené à reconstituer les faits, non pas au niveau de l'examen politique, mais à celui de l'homme de la rue, qu'il soit Arabe ou Européen. ainsi voit-on, de part et d'autre, fleurir les espoirs, s'installer les craintes, les malentendus, et les déchirures des communautés, parfois manipulées, voire victimes de mensonges d'État.
L'histoire des pieds noirs d'Algérie : une histoire d'amour et de larmes, entre deux grands peuples qui ne se sont pas encore remis de leur rendez-vous manqué."
"Après la conquête de l'Algérie, en 1830, on leur a présenté le peuplement de cette terre d'Afrique comme une fabuleuse aventure humaine. Cent trente-deux ans plus tard, ils revenaient en France par bateaux entiers, déracinés, accablés, pas toujours bien reçus. On jugeait leur accent vulgaire, on disait qu'ils avaient, mal traité
les Arabes, les exploitant sans vergogne, amassant des fortunes... Rétorquer qu'ils avaient contribué à faire passer ...

Algérie ; Histoire ; Pieds-noirs

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 DEL

"De 1954 à 1962, trois millions de jeunes Français ont été projetés dans une guerre pour laquelle ils n'étaient préparés ni militairement, ni psychologiquement. Quand ils sont revenus —parfois de l'enfer —, aucune structure d'accueil n'a été prévue pour les aider à libérer leur mémoire. Or quel homme devient-on quand on traîne dans son esprit l' image de camarades émasculés, la bouche garnie de leurs attributs sexuels ? Quand on vous a obligé à tuer de sang-froid, à assister à des scènes de torture, et qu'au bout du compte, tels les soldats du Viêtnam, on se sent à la fois trahi et coupable ?
Des années d'enquête ont permis à Raphaël Delpard, écrivain et cinéaste, de montrer ce que fut la vie au quotidien de ces « générations sacrifiées » et de leur rendre la parole qui leur avait été confisquée dans l'indifférence générale et le mépris des gouvernements.
Un document bouleversant, et
un retour sur l'Histoire." (4ème couv.)
"De 1954 à 1962, trois millions de jeunes Français ont été projetés dans une guerre pour laquelle ils n'étaient préparés ni militairement, ni psychologiquement. Quand ils sont revenus —parfois de l'enfer —, aucune structure d'accueil n'a été prévue pour les aider à libérer leur mémoire. Or quel homme devient-on quand on traîne dans son esprit l' image de camarades émasculés, la bouche garnie de leurs attributs sexuels ? Quand on vous a obligé à ...

Enquête ; Guerre d'Algérie ; Appelés ; Témoignage ; Torture ; Harki

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 923 PES

"En novembre 1994 dans sa retraite helvétique, Robert Pesquet, le principal « acteur » de l'attentat de l'Observatoire, lit le livre de Philippe Alexandre, Plaidoyer impossible pour un président abandonné par les siens. A la page 19, il sursaute. « Il a fallu la mort de Pesquet », dit l'auteur...
ƒ Quoi ! s'écrie l'ex-député du Loir-et-Cher. Non contents de m'avoir exilé, maintenant ils m'enterrent !
Et la rage le prend : « Moi aussi, je suis un vieil homme. Moi aussi, je suis abandonné par les miens. Et ce, depuis près de quarante ans ! Alors ça suffit ! Je suis malade, la vie me quitte, je me suis tu trop longtemps, je vais tout dire... »

Le livre accroche le lecteur dès son début par la rocambolesque mise en scène, vue des coulisses, de ce qu'on a appelé « le premier grand mensonge de Mitterrand ». Sauf que François Mitterrand n'a pas joué dans l'histoire le rôle que l'on croit, et que les ficelles des marionnettes étaient tirées de beaucoup plus haut...

Mon vrai-faux attentat contre Mitterrand : une révélation-bombe sur une machination machiavélique qui remet en cause les dessous de l'Indépendance algérienne comme les intentions des Gaullistes, et qui a valu à Robert Pesquet, entré en politique par la force des événements plutôt que par ambition personnelle, une « double vie » dont il veut mettre au jour la dérisoire insanité. Oui, on a acheté son silence. Oui, on l'a menacé, emprisonné, exilé. Oui, il s'est laissé circonvenir et il n'en est pas fier.
Mais au moins aura-t-il, avant de mourir, fait éclater la vérité."
"En novembre 1994 dans sa retraite helvétique, Robert Pesquet, le principal « acteur » de l'attentat de l'Observatoire, lit le livre de Philippe Alexandre, Plaidoyer impossible pour un président abandonné par les siens. A la page 19, il sursaute. « Il a fallu la mort de Pesquet », dit l'auteur...
ƒ Quoi ! s'écrie l'ex-député du Loir-et-Cher. Non contents de m'avoir exilé, maintenant ils m'enterrent !
Et la rage le prend : « Moi aussi, je ...

Homme politique ; Mitterand, François ; Attentat ; Guerre d'Algérie ; Gaullisme

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

La saison des narcisses Djura | M. Lafon 1993

Monographie

y


Cote : 840 DJU

Dans la campagne kabyle, au pied des monts du Djurdjura fleurissent au` printemps les narcisses, les "éternuements du-' Prophète", que les femmes algériennes appellent de leurs voeux.
Voeux d'harmonie pour celles, venues ou nées en France, qui en proie au choc de deux cultures, "trop maghrébines pour les Français et trop françaises pour les Maghrébins". On les voit dans ces pages subir encore le joug des traditions, mariées contre leur gré, interdites de carrière, empêchées mais jamais résignées.
Voeux de liberté pour les Algériennes d'Algérie, contournant les pètes des intégristes, combattant sous le voile pour la démocratie, reprenant le flambeau des anciennes résistantes ou guerrières, telles Shéhérazade où la Kahina, qui du fond de leur
légende les entraînent dans la lutte pour une nouvelle indépendance.
Après le succès de son premier livre, le Voile du Silence, Djura, cinéaste, créatrice et voix du, groupe Djurdjura, nous apporte ici les témoignages de ses compatriotes venues. lui confier leurs secrets, leurs difficultés, leur détermination. Témoignages étonnants, dramatiques ou parfois cocasses, toujours courageux, loin de l'image soumise que l'on confère trop souvent aux, femmes du Maghreb. L'auteur affirme/sa position pour un métissage des cultures et conserve l'espoir de, Voir vivre un jour, côte a côte, un Islam épris de tolérance et Occident libéré de la peur." (4ème couverture)
Dans la campagne kabyle, au pied des monts du Djurdjura fleurissent au` printemps les narcisses, les "éternuements du-' Prophète", que les femmes algériennes appellent de leurs voeux.
Voeux d'harmonie pour celles, venues ou nées en France, qui en proie au choc de deux cultures, "trop maghrébines pour les Français et trop françaises pour les Maghrébins". On les voit dans ces pages subir encore le joug des traditions, mariées contre leur gré, ...

Kabyle ; Condition de la femme

... Lire [+]

Z