m

Documents  Les Presses du Midi | enregistrements trouvés : 38

O

-A +A

P Q

UV

Les Presses du Midi

121, avenue d'Orient
83100 Toulon


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845.1 TRI

"André TRIVES, enfant de Bab el Oued et fils du « Berger de Mostaganem », écrit pour retrouver la parole perdue. Une manière de rendre hommage aux modestes aïeux que l'histoire a humiliés par le mépris, la caricature et l'oubli.
La force évocatrice de son style ne peut laisser indif férent, Ce livre raconte le retour de l'auteur à Bab el Oued, 54 ans après. Il était important pour lui de rappeler la vie en Algérie avant l'arrivée de la France en 1830 et telle qu'il l'a vécue jusqu'à l'Indépendance.
L'auteur apporte des réponses aux interrogations des enfants de Pieds-Noirs ; ils n'ont plus à rougir du passé de leurs parents. « Bab el Oued pour la vie » n'est pas un livre comme les autres ; c'est un réel cri du coeur, bouleversant de vérité." (4ème couv.)
"André TRIVES, enfant de Bab el Oued et fils du « Berger de Mostaganem », écrit pour retrouver la parole perdue. Une manière de rendre hommage aux modestes aïeux que l'histoire a humiliés par le mépris, la caricature et l'oubli.
La force évocatrice de son style ne peut laisser indif férent, Ce livre raconte le retour de l'auteur à Bab el Oued, 54 ans après. Il était important pour lui de rappeler la vie en Algérie avant l'arrivée de la France en ...

Roman historique ; Témoignage ; Bab-el-Oued, quartier ; Pieds-noirs

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 ZAK

"Comme tous les samedis matins, dès neuf heures, la Grande Brasserie, elle fait peau neuve. Y sont tous là, les buveurs de kaouah dans le traditionnel verre à la turque, les commerçants du coin qui tapent un bain de jouvence auprès de l'amitié d'enfance, les joueurs de flippers qui secouent le billard comme un prunier et font Tilt à chaque partie, tout un monde bon enfant, habitué du lieu avant d'entreprendre leur journée.
Je parade au milieu des profiteurs en répétant comme un sa-mate que je vais devenir le roi des coiffeurs de Bab El Oued.
— Le roi des cornichons, ouais ! Reprennent en choeur mes amis qui me souhaitent bonne chance à leur manière.
Car, ici, la dérision et le persiflage y sont monnaie courante et celui qui s'en offusque, mieux, y va se jeter au Kassour. Au contraire, y peut se vexer s'il est pas l'objet de cette marque d'intérêt de la part des copains.
Moi, je me prépare à une ruée vers l'or en ouvrant mon salon. Une sacrée journée à rendre fartasses tous les profiteurs. Pour la circonstance, j'aurai le renfort de l'ancien propriétaire du salon qui a gagné, dans sa jeunesse, plusieurs concours de coiffure en plus des courses cyclistes.
Malgré les traditionnels rouspéteurs, le calme, y revient surtout quand l'ancien propriétaire y s'en mêle : le premier qui resquille, je lui tape une coupe à la bol de loubia !
— Les cheveux blancs et la réputation de sportif méritent le respect Commente Maurice le boucher cachir attenant le salon." (4ème couv.)
"Comme tous les samedis matins, dès neuf heures, la Grande Brasserie, elle fait peau neuve. Y sont tous là, les buveurs de kaouah dans le traditionnel verre à la turque, les commerçants du coin qui tapent un bain de jouvence auprès de l'amitié d'enfance, les joueurs de flippers qui secouent le billard comme un prunier et font Tilt à chaque partie, tout un monde bon enfant, habitué du lieu avant d'entreprendre leur journée.
Je parade au milieu ...

Bab-el-Oued, quartier ; Roman historique ; Nostalgérie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 FER

"Le regard poétiquement redoutable d'une petite fille trahie par la mère patrie à l'âge de 10 ans, témoin d'une guerre qui la poussera elle et sa famille à l'exil, en laissant dans le sillage de la mer son Pays d'Amour, les odeurs exotiques, les lumières éblouissantes, les sépultures de ses aïeux... Mais rien n'empêchera Rosalind de revenir en pensée dans un claquement d'ailes blanches étreindre de toutes ses forces son beau Pays à Elle que nul ne lui ravira jamais... Voici le plus bel hommage rendu à ses parents morts de chagrin à qui elle dédie de tout son coeur ce Devoir de Mémoire pour que brille à jamais le Souvenir de leurs vies brisées." (4ème couv.)
"Le regard poétiquement redoutable d'une petite fille trahie par la mère patrie à l'âge de 10 ans, témoin d'une guerre qui la poussera elle et sa famille à l'exil, en laissant dans le sillage de la mer son Pays d'Amour, les odeurs exotiques, les lumières éblouissantes, les sépultures de ses aïeux... Mais rien n'empêchera Rosalind de revenir en pensée dans un claquement d'ailes blanches étreindre de toutes ses forces son beau Pays à Elle que nul ...

Récits personnels ; Pieds-noirs ; Exode ; Alger, commune ; Guerre d'Algérie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 GAR

"A la fin de la seconde guerre mondiale, le 8 mai 1945, à Sétif en Algérie, des manifestations contre le colonialisme se transforment en un bain de sang. Le général Duval dirige une terrible répression et prévient les autorités françaises d'Alger et de Paris :
« Je vous ai donné la paix pour 10 ans. Mais il ne faut pas se leurrer. Tout doit changer en Algérie. »
Pratiquement rien ne change pendant 9 ans. En 1954, la guerre d'indépendance éclate et, en 1962, elle sépare définitivement la communauté musulmane et la communauté européenne.
Manuel Garrido a participé pendant 3 ans, de 1958 à 1961, comme lieutenant, à cette guerre qui a changé le destin de deux nations, indépendance pour l'Algérie et perte de l'Empire colonial pour la France.
Professeur d'histoire, avec la mémoire de sa famille et les travaux des meilleurs historiens dans deux livres, il retrace l'histoire réelle de l'évolution de l'Algérie, de 1830 à 1962, et la fin d'une aventure humaine qui a fait souffrir des millions d'habitants, d'un pays magnifique." (4ème couverture)
"A la fin de la seconde guerre mondiale, le 8 mai 1945, à Sétif en Algérie, des manifestations contre le colonialisme se transforment en un bain de sang. Le général Duval dirige une terrible répression et prévient les autorités françaises d'Alger et de Paris :
« Je vous ai donné la paix pour 10 ans. Mais il ne faut pas se leurrer. Tout doit changer en Algérie. »
Pratiquement rien ne change pendant 9 ans. En 1954, la guerre d'indépendance éclate ...

Espagnols ; Emigration ; Pieds-noirs ; Histoire familiale ; Oranie ; Trois-Marabouts, commune ; Colonies agricoles ; Algérie française

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 417 ZAK

""La langue de chez nous autres, elle utilise tous les dialectes, toutes les
expressions, toutes les langues latines pour dire les phrases et les mots
nous passent par la tête. Alors, plutôt que de vous saouler sans anisette, mieux je vous tape le dictionnaire de chez moi pour vous parler du parler de chez nous autres. C'est un mélange « trabadia la mouquère » avec des Zestes venus de tous les citronniers du monde entier mais c'est pila que e Parlais dans ma famille qu'elle est issue de Bab El Oued mais aussi de la casbah judéo-arabe. Mon maître d'orthographe de la nie Rochambeau Y s'en est allé rejoindre le pays de bon dieu, reusement le pauvre, ou sinon
meurt de mauvais sang.
Que tous ceux qui t'aiment chercher des poux dans la tête de ceusses qui
babouches creusent les méninges y t'aillent là où le bon dieu il a perdu ses
abouches Parce que le parler de chez nous, il est plusse phonétique que
Linguistique, alors, lâchez-moi la grappe, hein Ou allez-vous jeter au
Assour »" 4ème couv.)
""La langue de chez nous autres, elle utilise tous les dialectes, toutes les
expressions, toutes les langues latines pour dire les phrases et les mots
nous passent par la tête. Alors, plutôt que de vous saouler sans anisette, mieux je vous tape le dictionnaire de chez moi pour vous parler du parler de chez nous autres. C'est un mélange « trabadia la mouquère » avec des Zestes venus de tous les citronniers du monde entier mais c'est pila que e ...

Langage pied-noir ; Pataouète ; Sabir ; Dictionnaire

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 840 BON

"En 683, Dihya, fille de l'Amghar Tabet, femme ardente d'une très grande beauté, chevauche son destin à la tête de ses troupes et de diverses tribus Berbères nomades et semi-nomades de Numidie.
Ella rassemble autour d'elle les cavaliers des Banou Ifren, les Nefzaoua, les Aoureba, les Sanhadja au liham noir qui galopent avec leurs chevaux et les Djeraoua dont elle était la Reine.
Cette héroïne indomptable, cette femme d'avant garde, tout le monde la revendique..." (4ème couverture)
"En 683, Dihya, fille de l'Amghar Tabet, femme ardente d'une très grande beauté, chevauche son destin à la tête de ses troupes et de diverses tribus Berbères nomades et semi-nomades de Numidie.
Ella rassemble autour d'elle les cavaliers des Banou Ifren, les Nefzaoua, les Aoureba, les Sanhadja au liham noir qui galopent avec leurs chevaux et les Djeraoua dont elle était la Reine.
Cette héroïne indomptable, cette femme d'avant garde, tout le monde ...

La Kahena ; Berbère

... Lire [+]

Nuage de mots clefs ici

0
Z