m

Documents  Mathias, Grégor | enregistrements trouvés : 10

O
     

-A +A

P Q

UV

Né en 1971, titulaire du CAPES d'Histoire-Géographie, Grégor MATHIAS mène une enquête orale auprès des Harkis dans le cadre d'un DEA d'Histoire à l'Université de Provence consacré aux engagés et ...


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 58 ARC

Dossier composé de deux articles portant sur les prélèvement de sang effectués, ou prétendument effectués, sur les Européens enlevés à Oran le 5 juillet 1962 ains que dans l'Algérois.
Ce dossier contient en particulier :
-Une lettre de G. Mathias adressée à Jean Monneret, Haguenau, 03/02/2008, sur les conditions de publications de ses études, 1p. dactylo. ; 21*29,7 cm.

Archives Monneret ; Archives ; Massacre du 5 juillet 1962 ; Enlèvement ; Etude

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 MAT-b

"SOUVENT prisonnier de « mémoires affrontées », le traitement historique de la guerre d'Algérie a eu peine à sortir de tels horizons. Qu'il s'agisse des mémoires combattantes (surtout françaises), de celles des victimes de toutes
natures, de leurs collatéraux, voire des États, la liste est longue des travaux portés par le besoin — plus ou moins conscient — de faire le deuil, sans qu'on sache toujours ce qui relève de la mise à jour objectivée ou de l'enfouissement.
En la matière, la période postérieure au 19 mars 1962 est souvent absorbée, dans les images mentales des métropolitains, par un besoin de passer à autre chose, qu'exprime bien l'idée de liquidation du passé colonial. Il y a là, au coeur de l'événementialité, une asymétrie voisine et violente, rappelant celle vécue après septembre et surtout décembre 1944, L'oblitération métropolitaine des violences, qui de militaires deviennent au printemps et à l'été 1962 désormais civiles (dans leur immense majorité), doit donc être évaluée.
La compréhension de ce hiatus est en effet centrale pour saisir les mécanismes de sorties de guerre. Il y a d'abord celles des hommes (supplétifs, soldats perdus de l'OAS, militants anticolonialistes, prêtres) dont les destins basculent entre la fuite éperdue et l'espoir bientôt démenti de pouvoir « faire société » en Algérie. Il y a ensuite celles de l'État qui génère des temporalités différentes allant de l'urgence du rapatriement et de l'insertion (pour les Français) en métropole aux illusions de maintien d'une présence militaire ou industrielle en Algérie. Enfin, il y a les échos régionaux de .1a guerre. À cet égard, l'intégration économique voire sociale des rapatriés n'exclue ni des conflits d'identités individuelles, ni de profonds clivages politiques dont les effets se font encore sentir : le combat anticolonial étant la matrice d'une génération.
Patrick HARISMENDY - est professeur d'histoire contemporaine à l'université Rennes 2 et membre du Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO-UMR CNRS 62S8). Vincent JOLY est professeur d'histoire contemporaine à l'université Rennes 2 et membre du Centre de recherches historiques de l'Ouest (CERHIO-UMR CNRS 6258)." (4ème couv.)
"SOUVENT prisonnier de « mémoires affrontées », le traitement historique de la guerre d'Algérie a eu peine à sortir de tels horizons. Qu'il s'agisse des mémoires combattantes (surtout françaises), de celles des victimes de toutes
natures, de leurs collatéraux, voire des États, la liste est longue des travaux portés par le besoin — plus ou moins conscient — de faire le deuil, sans qu'on sache toujours ce qui relève de la mise à jour objectivée ou ...

Guerre d'Algérie ; Accords d'Evian ; Après 1962 ; OAS ; Harki ; Pieds-noirs ; Juifs d'Algérie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 322 MAT

" Face à la situation politique et sociale de l'Algérie en 1955, J. Soustelle décide de mettre en place dans les campagnes des Sections administratives spécialisées (SAS). Une SAS est composée d'un officier, de trente moghaznis et de trois ou quatre attachés civils. Les SAS vont assurer les besoins administratifs, sociaux, médicaux, matériels et scolaires de la population, mais aussi de protection, de contrôle et de renseignement.
C'est ainsi que 700 SAS vont être créées pour quadriller l'ensemble de l'Algérie. L'étude de l'action des SAS permet de mettre à jour des aspects méconnus de la guerre d'Algérie : la vie des fellahs dans les campagnes, l'état d'esprit des populations face aux réalisations de la France, l'importance de l' Organisation politico-administrative dans la structure du FLN pour contrôler la population.
L'objectif des SAS est de réaliser concrètement une politique de « troisième voie » qui vise à donner les mêmes droits aux Musulmans dans le cadre de l'Algérie française. Les contemporains des SAS ont vu en eux, pour les plus critiques, une structure de surveillance, et, pour les plus enthousiastes, une structure de pacification efficace. Quels ont donc été les motivations de ces hommes qui vivaient le plus souvent dans l'isolement et l'insécurité, et dont la grande liberté d'action était au prix d'une égale absence d'une véritable doctrine ?
Appuyés sur des témoignages écrits et oraux, sur des documents d'archives inédites récemment ouvertes, cet ouvrage se veut une première synthèse de ce que fut l' action civile et militaire des SAS entre 1955 et 1962."
" Face à la situation politique et sociale de l'Algérie en 1955, J. Soustelle décide de mettre en place dans les campagnes des Sections administratives spécialisées (SAS). Une SAS est composée d'un officier, de trente moghaznis et de trois ou quatre attachés civils. Les SAS vont assurer les besoins administratifs, sociaux, médicaux, matériels et scolaires de la population, mais aussi de protection, de contrôle et de renseignement.
C'est ainsi ...

Section administrative spécialisée ; 1955-1962

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 MAT

"Les derniers mois de la guerre d'Algérie sont marqués par un chaos provoqué par les attentats des irréductibles de l'Algérie française de l'OAS et les représailles du FLN. À partir d'avril 1962, on assiste à des enlèvements d'Européens aux périphéries d'Alger et d'Oran par des groupes informels du FLN. Plus de 630 civils et militaires sont enlevés dans los quatre mois qui séparent le cessez-le-feu de l'indépendance. Le sort de ces disparus n'a jamais été élucidé par les autorités algériennes et françaises, tandis que les corps n'ont jamais été restitués aux familles.
Alors que les hypothèses penchaient jusqu'à maintenant pour des crimes crapuleux, des arrestations de militants supposés de l'OAS ou des vengeances du FLN, Gregor Mathias, après huit années de recherche, lève le voile sur une réalité méconnue : derrière ces enlèvements se cachait la pratique dos prélèvements sanguins forcés.
Une étude historique inédite, qui fait la synthèse des informations sur ces enlèvements et présente l'ensemble des documents militaires français, d'études algériennes et des archives du CICR de Genève qu'il confronte à des témoignages écrits et oraux de rescapés de ces pratiques, et qui explique les raisons qui ont poussé le FLN à recourir à cette pratique barbare." (4ème couverture)
"Les derniers mois de la guerre d'Algérie sont marqués par un chaos provoqué par les attentats des irréductibles de l'Algérie française de l'OAS et les représailles du FLN. À partir d'avril 1962, on assiste à des enlèvements d'Européens aux périphéries d'Alger et d'Oran par des groupes informels du FLN. Plus de 630 civils et militaires sont enlevés dans los quatre mois qui séparent le cessez-le-feu de l'indépendance. Le sort de ces disparus n'a ...

Guerre d'Algérie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.5 MAT

"Novembre 1954: l'insurrection éclate en Algérie. Rapidement, le conflit gagne la métropole, où le FLN met en place une administration clandestine au fonctionnement efficace. Une véritable guerre l'oppose alors à son concurrent direct, le MNA. Très vite, des frontières invisibles apparaissent, au sein des agglomérations françaises, entre les quartiers et les rues que les ouvriers algériens appartenant à l'un ou l'autre camp ne peuvent franchir sans risquer leur vie. Depuis ses bastions, le FLN mène en outre des attaques contre des cafés et des hôtels, organise des attentats à la bombe, mitraille des policiers et des commissariats. À Paris, Lyon ou Marseille, des agents d'élite mettent en place des unités chargées d'infiltrer et de démanteler l'organisation clandestine, en s'appuyant notamment sur des harkis et des réseaux d'informateurs.
Tous les moyens, légaux et illégaux, ont été utilisés des deux côtés, faisant de l'immigration algérienne en France métropolitaine un véritable champ de bataille où tombèrent plus de 4000 victimes. Les dessous d'une guerre secrète qui s'est déroulée, pendant huit ans, sur le territoire français.
Docteur en histoire, chercheur associé au Centre Roland Mousnier (Paris IV Sorbonne), spécialiste des relations internationales et de la guerre d'Algérie, Gregor Mathias a écrit plusieurs ouvrages sur les conflits récents en Centrafrique, au Mali et en Syrie, en s'intéressant plus particulièrement au phénomène du terrorisme djihadiste." (4ème couv.)
"Novembre 1954: l'insurrection éclate en Algérie. Rapidement, le conflit gagne la métropole, où le FLN met en place une administration clandestine au fonctionnement efficace. Une véritable guerre l'oppose alors à son concurrent direct, le MNA. Très vite, des frontières invisibles apparaissent, au sein des agglomérations françaises, entre les quartiers et les rues que les ouvriers algériens appartenant à l'un ou l'autre camp ne peuvent franchir ...

Guerre d'Algérie ; Terrorisme ; Métropole ; Attentat ; Harki ; FLN

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 323 MAT-b

Article paru dans le livre "Vincent JOLY, et Patrick HARISMENDY, Algérie : sortie(s) de guerre, 1962-1965."

Moghazni ; Décolonisation ; Harki ; Section administrative spécialisée

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 926 MAT

"Cet ouvrage est la première étude historique sur Galula, l'inspirateur français de la stratégie de contre-insurrection menée par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak.

Il évoque l'itinéraire de Galula qui a connu les soubresauts de la deuxième moitié du XXe siècle. Jeune officier, renvoyé de l'Armée en 1941, Galula devient espion et combat les forces de l'Axe en Afrique du Nord. Il participe à la libération de l'Europe du joug nazi. Officier de renseignements en Chine, il assiste à la prise de pouvoir de Mao, puis étudie comme observateur de l'ONU la Guerre civile en Grèce.

Pendant la guerre d'Algérie, il expérimente une méthode novatrice de guerre contre-révolutionnaire dans son secteur. Repéré pour son dynamisme et son originalité, il devient un « homme de l'ombre » et travaille pour les services du Premier ministre spécialisés dans le domaine de l'information. Il est un des acteurs du contrôle de l'information radiophonique en Algérie, mais aussi à l'échelle de l'Afrique francophone. Au début des années 60, il part aux États-Unis, où il expose ses réflexions sur la contre-insurrection. Ses enseignements sont repris par les autorités militaires américaines pour lutter contre la guérilla au Vietnam."
"Cet ouvrage est la première étude historique sur Galula, l'inspirateur français de la stratégie de contre-insurrection menée par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak.

Il évoque l'itinéraire de Galula qui a connu les soubresauts de la deuxième moitié du XXe siècle. Jeune officier, renvoyé de l'Armée en 1941, Galula devient espion et combat les forces de l'Axe en Afrique du Nord. Il participe à la libération de l'Europe du joug nazi. ...

Homme militaire ; Biographie ; Guerre d'Algérie ; Contrerévolution

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 350 MAT

" Face à la situation politique et sociale de l'Algérie en 1955, J. Soustelle décide de mettre en place dans les campagnes des Sections administratives spécialisées (SAS). Une SAS est composée d'un officier, de trente moghaznis et de trois ou quatre attachés civils. Les SAS vont assurer les besoins administratifs, sociaux, médicaux, matériels et scolaires de la population, mais aussi de protection, de contrôle et de renseignement.
C'est ainsi que 700 SAS vont être créées pour quadriller l'ensemble de l'Algérie. L'étude de l'action des SAS permet de mettre à jour des aspects méconnus de la guerre d'Algérie : la vie des fellahs dans les campagnes, l'état d'esprit des populations face aux réalisations de la France, l'importance de l' Organisation politico-administrative dans la structure du FLN pour contrôler la population.
L'objectif des SAS est de réaliser concrètement une politique de « troisième voie » qui vise à donner les mêmes droits aux Musulmans dans le cadre de l'Algérie française. Les contemporains des SAS ont vu en eux, pour les plus critiques, une structure de surveillance, et, pour les plus enthousiastes, une structure de pacification efficace. Quels ont donc été les motivations de ces hommes qui vivaient le plus souvent dans l'isolement et l'insécurité, et dont la grande liberté d'action était au prix d'une égale absence d'une véritable doctrine ?
Appuyés sur des témoignages écrits et oraux, sur des documents d'archives inédites récemment ouvertes, cet ouvrage se veut une première synthèse de ce que fut l' action civile et militaire des SAS entre 1955 et 1962."
" Face à la situation politique et sociale de l'Algérie en 1955, J. Soustelle décide de mettre en place dans les campagnes des Sections administratives spécialisées (SAS). Une SAS est composée d'un officier, de trente moghaznis et de trois ou quatre attachés civils. Les SAS vont assurer les besoins administratifs, sociaux, médicaux, matériels et scolaires de la population, mais aussi de protection, de contrôle et de renseignement.
C'est ainsi ...

Section administrative spécialisée ; 1955-1962

... Lire [+]

Z