m

Documents  Sebbar, Leïla | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

P Q

UV

Leïla SEBBAR, romancière, est née en Algérie d'un père algérien et d'une mère française; elle vit à Paris depuis une vingtaine d'années.
Elle a publié des romans, des essais, des nouvelles, notamment ...


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 SEB

"Né dans les années 1940 et 1950, quarante-quatre auteurs issus des différentes populations de l'Algérie d'avant l'indépendance racontent leur enfance dans la guerre d'Algérie. C'est inédit. C'est le bon moment puisqu'ils sont les derniers témoins directs du douloureux épilogue de la longue histoire commune à la France et à l'Algérie. Et c'est nécessaire : en puisant dans l'intime et l'opacité de l'enfance, leurs récits se chargent d'une incandescence qui agit comme un révélateur de cette guerre singulière. Une guerre longtemps innommée à Paris, alors qu'elle fut meurtrière, fondatrice de l'Algérie nouvelle et constitutive de la France actuelle, annonciatrice enfin des conflits qui s'écrivent avec les mêmes mots : guérilla urbaine, tortures, exécutions, bombes dans les cafés..." (4ème couv.)
"Né dans les années 1940 et 1950, quarante-quatre auteurs issus des différentes populations de l'Algérie d'avant l'indépendance racontent leur enfance dans la guerre d'Algérie. C'est inédit. C'est le bon moment puisqu'ils sont les derniers témoins directs du douloureux épilogue de la longue histoire commune à la France et à l'Algérie. Et c'est nécessaire : en puisant dans l'intime et l'opacité de l'enfance, leurs récits se chargent d'une ...

Témoignage ; Enfance ; Bassin méditerranéen ; Guerre d'Algérie ; Pieds-noirs

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 JOB

"J'ai quitté l'Algérie à 17 ans.
La guerre d'indépendance
n'était pas finie. Mes parents
sont restés « chez nous »
jusqu'en 1963, mais ils m'ont
épargné les dernières années, tragiques, gardant pour eux la douleur. J'étais partie sans regret, confiante en ma jeunesse. Une nouvelle vie m'attendait, la liberté, l'amour, les livres, tous les possibles... Quand je suis retournée en Algérie, dix ans, puis vingt ans plus tard, j'ai fait du tourisme, j'ai visité Alger, Constantine, les oasis du sud... C'était beau!
Mais retrouver Sidi Bel Abbes, la ville, le quartier, la maison où je suis née ? Non, je n'avais aucune envie de faire un pèlerinage. Il a fallu que des amis m'entraînent, je les ai suivis. Et nous sommes retournés sur nos traces, après la décennie noire.
Retour « chez nous », plein de surprises et d'émotions, où se mêlent découvertes et résurgence du passé... Retour au pays natal.
ANDRÉE JOB-QUERZOLA est née à Sidi Bel Abbes d'un père français, instituteur, et d'une mère d'origine espagnole. Elle a quitté l'Algérie en 1960 et vit à Paris." (4ème couv.)
"J'ai quitté l'Algérie à 17 ans.
La guerre d'indépendance
n'était pas finie. Mes parents
sont restés « chez nous »
jusqu'en 1963, mais ils m'ont
épargné les dernières années, tragiques, gardant pour eux la douleur. J'étais partie sans regret, confiante en ma jeunesse. Une nouvelle vie m'attendait, la liberté, l'amour, les livres, tous les possibles... Quand je suis retournée en Algérie, dix ans, puis vingt ans plus tard, j'ai fait du tourisme, ...

Récits personnels ; Récits de retour ; Sidi Bel Abbès ( région) ; Pieds-noirs ; Condition de la femme

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 840 ACE

"Dans l'espace méditerranéen et le monde arabo-musulman, il est un personnage hautement facétieux, multiple, sans cesse raconté aux couleurs locales. On le nomme Djha en Algérie ! Pour autant, derrière les innombrables anecdotes que l'humour populaire a retenues de ce rusé parfois ingénu, il y a une femme, sa femme, MartDjha. Son double féminin. C'est elle l'objet de ce recueil qui se propose de la restituer telle son ombre tutélaire dans une société où il était de bon ton de demeurer dans le registre strict de règles non écrites, où la bienséance s'alimente aux sources de la bigoterie la plus étouffante.
Nora Aceval
Djha reconnaît l'intelligence singulière de sa femme, sa perspicacité, son inventivité. Ils sont solidaires, complices dans la transgression des règles sociales, des conventions et même des rites religieux. L'un et l'autre jouent de l'inversion des rôles masculin, féminin.
« Elle commande à Dieu et au Diable. »
Leïla Sebbar
Sébastien Pignon est peintre. Il a accompagné de dessins et d'aquarelles nombre des ouvrages édités par Al Manar."(4ème de couverture)
"Dans l'espace méditerranéen et le monde arabo-musulman, il est un personnage hautement facétieux, multiple, sans cesse raconté aux couleurs locales. On le nomme Djha en Algérie ! Pour autant, derrière les innombrables anecdotes que l'humour populaire a retenues de ce rusé parfois ingénu, il y a une femme, sa femme, MartDjha. Son double féminin. C'est elle l'objet de ce recueil qui se propose de la restituer telle son ombre tutélaire dans une ...

Roman ; Littérature algérienne de langue française ; Condition de la femme

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 296 SEB

"Sur un ton ironique,
tendre, lucide, nostalgique,
tragique, trente-quatre auteurs
racontent leur enfance juive
dans le Maroc, l'Algérie,
la Tunisie, l'Égypte,
le Liban et la Turquie
des années 1930-1960.
Ils révèlent la fin d'un monde
cosmopolite et séculaire,
avant l'exil auquel
l'Histoire contemporaine
les a presque tous contraints.
Textes inédits,
recueillis par Leïla Sebbar, et photos d'enfance de :
CONSTANTINE Jean-Luc Mouche
ESSAOUIRA André Azoulay
ALGER Joëlle Bahloul
ISTANBUL Lizi Behmoaras
MEKNÊS Marcel Benabou
DJELFA Albert Bensoussan ESSAOUIRA Ami Bouganim
SFAX Chochana Boukhobza
BÔNE Patrick Chemla
ALGER Alice Cherki
LE CAIRE Mireille Cohen-Massouda ALEXANDRIE Rita Rachel Cohen
ORAN Roger Dadoun CASABLANCA Anny Dayan-Rosenman
BEYROUTH Lucien Elia
ANKARA Moris Farhi
MATEUR Annie Goldmann
TUNIS Hubert Haddad
MARRAKECH Lucette Heller-Goldenberg TUNIS !da Kummer
ISTANBUL Roni Margulies BLIDA Line Meller-Saïd ALGER Daniel Mesguich TUNIS Nine Moati
ORLÉANSVILLE Aldo Naouri LE CAIRE Tobie Nathan ISTANBUL Rosie Pinhas-Delpuech
IMIN TANOUT Nicole S. Serfaty
MARRAKECH Daniel. Sibony
MONASTIR Guy Sitbon
CONSTANTINE Benjamin Stora CASABLANCA Ralph Toledano
GUELMA Dany Toubiana
BEYROUTH Yves Turquier" (4ème couverture)
"Sur un ton ironique,
tendre, lucide, nostalgique,
tragique, trente-quatre auteurs
racontent leur enfance juive
dans le Maroc, l'Algérie,
la Tunisie, l'Égypte,
le Liban et la Turquie
des années 1930-1960.
Ils révèlent la fin d'un monde
cosmopolite et séculaire,
avant l'exil auquel
l'Histoire contemporaine
les a presque tous contraints.
Textes inédits,
recueillis par Leïla Sebbar, et photos d'enfance de :
CONSTANTINE Jean-Luc Mouche
ESSAOUIRA ...

Témoignage ; Juifs d'Algérie ; Juifs de Tunisie ; Juifs du Maroc ; Enfance ; Bassin méditerranéen

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : A00256

"Je ne connais pas Aflou, où j'ai si peu habité après que « Mademoiselle » m'y a mise au monde. Mais Aflou, djebel Amour, sur les Hauts Plateaux algériens, m'habite. C'est la mémoire et les images des autres, rencontrés dans les livres et lors de mes pérégrinations, qui tissent mes histoires d'Aflou. Depuis Isabelle Eberhardt jusqu'à la libération algérienne. Je reviendrai à Aflou.
LEÏLA SEBBAR" (4ème couv.)

Aflou, commune ; Djebel Amour ; Nouvelle ; Témoignage ; Appelés ; Récits personnels

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 COL

"Vingt auteurs de langue française et de langue arabe livrent un épisode, un fragment, une atmosphère d'enfance et nous convient, des années 40 aux années 90, à un voyage dans le temps... Tunisie plurielle où se côtoyaient des communautés en même temps différentes et semblables. Tunisie coloniale dans laquelle les autochtones découvraient une langue et des mondes étrangers, et tentaient d'étonnantes synthèses entre l'univers familial et celui de l'école.Tunisie des garçons et des filles, de la capitale et des villes de province. Tunisie plus jeune d'après l'indépendance, porteuse d'expériences nouvelles.
Écrire, pour retrouver le paysage de l'enfance. Ce sont toutes ces histoires qui font le portrait d'un pays, de ses cultures, de ses révolutions.
Textes inédits recueillis par Sophie Bessis et Leïla Sebbar
Rabâa Abdelkéfl, Ali Bécheur, Hélé Béji, Emna Belhaj Yahia, Tahar Bekri, Sophie Bessis, Abdeljabbar El Euch, Azza Filai!, Aymen Hocco, Hubert Haddad, Abdelaziz Kacem, Mounira Khemir, Nacer Khemir, ida Kummer, Amel Moussa, Amina Sand, Jean-Pierre Santini, Guy Sitbon, Walid Soliman, Lucette Valensi."
"Vingt auteurs de langue française et de langue arabe livrent un épisode, un fragment, une atmosphère d'enfance et nous convient, des années 40 aux années 90, à un voyage dans le temps... Tunisie plurielle où se côtoyaient des communautés en même temps différentes et semblables. Tunisie coloniale dans laquelle les autochtones découvraient une langue et des mondes étrangers, et tentaient d'étonnantes synthèses entre l'univers familial et celui de ...

Récits personnels ; Tunisie ; Enfance

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 965.1 SEB

"Madame la France, França, l'Enfrance, l'Affrance,.,
Vingt-cinq écrivains, autant de témoins, racontent leur France en Algérie, avant 1962, Le pays natal, le pays de l'enfance.
Musulman, juif, chrétien, laïque, tous sont passés par l'école où s'est incarnée la France, familière ou lointaine, éblouissante ou rejetée. Une Algérie plurielle mais divisée.
Un regard d'enfance, curieux, intense, parfois intransigeant. Il dessine une géographie subjective et subtile de la France en Algérie et de l'Algérie elle-même. Une histoire commune, souvent conflictuelle, d'où émerge une république bienveillante et lumineuse, injuste et meurtrière.
Est-ce cette tension qui a favorisé une création littéraire singulière, d'une rive à l'autre?
Textes de :
Nora Aceval, Christiane Chaulet Achour, Gil Ben Aych, Albert Bensoussan, Maïssa Bey, Alice Cherki, Aziz Chouaki, Hélène Cixous, Jean Daniel, Habile Farès, Louis Gardel, Jean-Jacques Gonzales, Jean-Jacques Jordi, Mohamed Kacimi, Anne-Marie Langlois, Arezki Metref, Nourredine Saadi, Boualem Sansal, Le la Sebbar, Morgan Sportès, Benjamin Store, Habib Tengour, Behja Traversac, Alain Vircondelet, Bernard Zimmermann" (4ème couverture)
"Madame la France, França, l'Enfrance, l'Affrance,.,
Vingt-cinq écrivains, autant de témoins, racontent leur France en Algérie, avant 1962, Le pays natal, le pays de l'enfance.
Musulman, juif, chrétien, laïque, tous sont passés par l'école où s'est incarnée la France, familière ou lointaine, éblouissante ou rejetée. Une Algérie plurielle mais divisée.
Un regard d'enfance, curieux, intense, parfois intransigeant. Il dessine une géographie ...

Algérie française ; Témoignage ; Pieds-noirs

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 840 SEB

"Algériens de la premiere generation,
Ceux qui ont donne au pays d'accueir jeunesse, énergie, savoir-faire,
Ceux qui ont choisi de rester dans le pays de leur travail, de leurs amours heureuses ou malheureuses, de leur famille, reconnaissante ou ingrate,
Ceux qui ont observe modestie, reserve, discretion, durant des décennies, dans l'exil,
Ceux-là, souvent seuls aujourd'hui, on ne les a pas vus, parce qu'ils se sont rendus invisibles, contrairement à leurs enfants.
Des écrivains leur donnent une place dans la littérature, on les entend, on les écoute, on s'émeut...
Des dessins donnent à voir, sur le vif, dans leurs lieux de vie, les cafes, leur maison désormais, des hommes qui vivent et qui mourront en France, leur pays, avec l'Algerie comme terre imaginaire.

Les Algériens au café rassemble huit nouvelles inédites d'écrivains algériens :
Azouz BEGAG,
Jamel-Eddine BENCHEIKH, Albert BENSOUSSAN.
Maïssa BEY,
Vincent COLONNA,
Mohammed KACIMI,
Nourredine SAADI,
Leila SEBBAR."
(4e de couv.)
"Algériens de la premiere generation,
Ceux qui ont donne au pays d'accueir jeunesse, énergie, savoir-faire,
Ceux qui ont choisi de rester dans le pays de leur travail, de leurs amours heureuses ou malheureuses, de leur famille, reconnaissante ou ingrate,
Ceux qui ont observe modestie, reserve, discretion, durant des décennies, dans l'exil,
Ceux-là, souvent seuls aujourd'hui, on ne les a pas vus, parce qu'ils se sont rendus invisibles, c...

Nouvelle ; Ecriture ; Littérature

... Lire [+]

Z