m

Documents  Jouhaud, Edmond | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

P Q

UV

Général d'armée aérienne, ancien chef d'état-major général de l'armée de l'air, Edmond Jouhaud, né en Algérie, a participé aux événements du 13 mai et fait partie du "quarteron de généraux" qui ...


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 313 COM-b

Lettre de réponse du Ministre à propos du problème de l'indemnisation des rapatriés d'Algérie.

Rapatriés ; Association ; Pieds-noirs ; Installation ; Politique et gouvernement ; Organisation sociale ; Indemnisation ; Jouhaud, Edmond (général) ; Législation

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 313 COM-b

Lettre accompagné de la réponse du Ministre à propos du problème de l'indemnisation des rapatriés d'Algérie.

Rapatriés ; Association ; Pieds-noirs ; Installation ; Politique et gouvernement ; Organisation sociale ; Indemnisation ; Jouhaud, Edmond (général) ; Législation

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 51 ARC 01

"Natif de Bou-Sfer, en Oranie, le général Jouhaud était le "pied-noir" parmi les généraux du putsch, dont il est maintenant le seul survivant. Son livre commence en novembre 1954, quand les premiers troubles éclatent en
Algérie. Commandant de l'Air en Algérie à partir d'avril 1957, il apporte toute son énergie à la répression de la rébellion. Après Sakiet, action qu'il explique et justifie, survient le 13 mai où il joue un rôle éminent aux côtés du général Salan. Nommé en octobre 1958 au poste de chef d'Etat-Major de l'armée de l'Air, le général Jouhaud demandera sa mise en disponibilité et rejoindra Alger.
Après l'échec du putsch, qu'il dépeint avec beaucoup d'intensité et de passion, il décide de continuer la lutte, entrant dans la clandestinité avec le général Salan.
En août 1961 il prend le commandement de l'OAS en Oranie et mène le combat jusqu'à son arrestation, le 26 mars 1962. Condamné à mort le 13 avril, il allait passer 229 jours dans la cellule des condamnés à mort avant d'être gracié. Il ne sortira de Tulle que le 22 décembre 1967.
Son livre constitue un témoignage passionnant sur les événements qui déchirèrent l'Algérie et l'ensemble du pays. "

Ouvrage dédicacé par l'auteur.
"Natif de Bou-Sfer, en Oranie, le général Jouhaud était le "pied-noir" parmi les généraux du putsch, dont il est maintenant le seul survivant. Son livre commence en novembre 1954, quand les premiers troubles éclatent en
Algérie. Commandant de l'Air en Algérie à partir d'avril 1957, il apporte toute son énergie à la répression de la rébellion. Après Sakiet, action qu'il explique et justifie, survient le 13 mai où il joue un rôle éminent aux ...

Autobiographie ; Guerre d'Algérie ; OAS ; Armée ; Jouhaud, Edmond (général) ; Putsch d'Alger ; Archives Hebert

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 926 JOU-b

Témoignage biographique en particulier durant la période 1939-1945 sur Henri Alias, miliatire de l'Armée de l'Air et membre de la résistance.

France ; Algérie ; Armée de l'Air ; Biographie ; 1940-1953 ; Armée ; Témoignage ; Résistance ; Armée

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 965.5 JOU

"Natif de Bou-Sfer, en Oranie, le général Jouhaud était le "pied-noir" parmi les généraux du putsch, dont il est maintenant le seul survivant. Son livre commence en novembre 1954, quand les premiers troubles éclatent en
Algérie. Commandant de l'Air en Algérie à partir d'avril 1957, il apporte toute son énergie à la répression de la rébellion. Après Sakiet, action qu'il explique et justifie, survient le 13 mai où il joue un rôle éminent aux côtés du général Salan. Nommé en octobre 1958 au poste de chef d'Etat-Major de l'armée de l'Air, le général Jouhaud demandera sa mise en disponibilité et rejoindra Alger.
Après l'échec du putsch, qu'il dépeint avec beaucoup d'intensité et de passion, il décide de continuer la lutte, entrant dans la clandestinité avec le général Salan.
En août 1961 il prend le commandement de l'OAS en Oranie et mène le combat jusqu'à son arrestation, le 26 mars 1962. Condamné à mort le 13 avril, il allait passer 229 jours dans la cellule des condamnés à mort avant d'être gracié. Il ne sortira de Tulle que le 22 décembre 1967.
Son livre constitue un témoignage passionnant sur les événements qui déchirèrent l'Algérie et l'ensemble du pays. "
"Natif de Bou-Sfer, en Oranie, le général Jouhaud était le "pied-noir" parmi les généraux du putsch, dont il est maintenant le seul survivant. Son livre commence en novembre 1954, quand les premiers troubles éclatent en
Algérie. Commandant de l'Air en Algérie à partir d'avril 1957, il apporte toute son énergie à la répression de la rébellion. Après Sakiet, action qu'il explique et justifie, survient le 13 mai où il joue un rôle éminent aux ...

Autobiographie ; Guerre d'Algérie ; OAS ; Armée ; Jouhaud, Edmond (général) ; Putsch d'Alger

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 845 JOU

"Plus de vingt ans après la fin de la guerre d'Algérie, les témoins, les acteurs et les historiens n'ont pas fini d'apporter leur contribution à la connaissance d'un drame qui déchira profondément la conscience française et apporta des bouleversements politiques considérables.
Plus de vingt ans après, le général Jouhaud qui poussa jusqu'aux extrêmes son attachement au maintien de l'Algérie française, livre, en un ouvrage définitif, ses réflexions, rassemble avec minutie les pièces d'un dossier, exprime ses souhaits pour aujourd'hui.
Cette démarche est d'abord celle d'un homme de bonne foi. On aurait tort de la suspecter d'excessive nostalgie ou de rancunes mal assouvies. Réquisitoire serein et très argumenté, le livre du général Jouhaud est un appel contre l'oubli et une protestation contre une interprétation qui vise à rejeter sur les "Pieds-Noirs" les responsabilités exclusives de l'évolution des événements.
L'histoire qui ne retient qu'une version des faits n'est que vulgaire et dangereuse imposture. Mais, s'agissant de l'Algérie, le risque n'est-il pas, actuellement, de négliger cette évidence?"
"Plus de vingt ans après la fin de la guerre d'Algérie, les témoins, les acteurs et les historiens n'ont pas fini d'apporter leur contribution à la connaissance d'un drame qui déchira profondément la conscience française et apporta des bouleversements politiques considérables.
Plus de vingt ans après, le général Jouhaud qui poussa jusqu'aux extrêmes son attachement au maintien de l'Algérie française, livre, en un ouvrage définitif, ses ...

Jouhaud, Edmond (général) ; Autobiographie ; OAS ; Guerre d'Algérie ; Putsch d'Alger ; Putsch des généraux

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 JOU

« Son témoignage a une vivacité, une chaleur et une franchise que l'on cherche vainement dans d'autres mémoires... » Le Monde
« Ni reniement, ni règlement de comptes. Edmond Jouhaud veut réhabiliter un combat et l'honneur de ses combattants. » Paris-Match
« Un livre écrit avec du sang cachant les larmes... » La Montagne
« Une importante contribution à l'histoire de la guerre d'Algérie... » Nice-Matin

"Edmond Jouhaud a vécu le drame algérien. Il y a participé dès le début, en 1954. Mais, bien davantage qu'un témoin privilégié, c'est un homme qui a souffert et qui dit ici ce qu'il n'avait pas voulu ou pas pu dire auparavant. Il sort de sa réserve pour se rappeler certains témoignages qui confèrent un éclairage différent, souvent plus cru, à la trame historique. On retrouve certaines évocations déjà présentes dans O mon pays perdu (Fayard, 1969) : Sakiet, le 13 Mai, les barricades... Mais le général Jouhaud y cherche des causes, s'interroge. Avec des mots simples et directs, il sait évoquer le drame de l'exode et les conséquences de l'arrivée des Pieds-Noirs en métropole.
II dresse un tableau complet des différentes prises de position politiques à propos de ces questions jusqu'à l'élection présidentielle de 1974.
Pour appuyer ses thèses, Edmond Jouhaud a rédigé des annexes substantielles sur les implications du Coran dans la vie des musulmans, sur les étapes de la colonisation et l'évolution de la politique française en Algérie."
« Son témoignage a une vivacité, une chaleur et une franchise que l'on cherche vainement dans d'autres mémoires... » Le Monde
« Ni reniement, ni règlement de comptes. Edmond Jouhaud veut réhabiliter un combat et l'honneur de ses combattants. » Paris-Match
« Un livre écrit avec du sang cachant les larmes... » La Montagne
« Une importante contribution à l'histoire de la guerre d'Algérie... » Nice-Matin

"Edmond Jouhaud a vécu le drame algérien. Il ...

Mémoire ; Accords d'Evian ; OAS ; Jouhaud, Edmond (général)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 117 ARC 15

« Son témoignage a une vivacité, une chaleur et une franchise que l'on cherche vainement dans d'autres mémoires... » Le Monde
« Ni reniement, ni règlement de comptes. Edmond Jouhaud veut réhabiliter un combat et l'honneur de ses combattants. » Paris-Match
« Un livre écrit avec du sang cachant les larmes... » La Montagne
« Une importante contribution à l'histoire de la guerre d'Algérie... » Nice-Matin

"Edmond Jouhaud a vécu le drame algérien. Il y a participé dès le début, en 1954. Mais, bien davantage qu'un témoin privilégié, c'est un homme qui a souffert et qui dit ici ce qu'il n'avait pas voulu ou pas pu dire auparavant. Il sort de sa réserve pour se rappeler certains témoignages qui confèrent un éclairage différent, souvent plus cru, à la trame historique. On retrouve certaines évocations déjà présentes dans O mon pays perdu (Fayard, 1969) : Sakiet, le 13 Mai, les barricades... Mais le général Jouhaud y cherche des causes, s'interroge. Avec des mots simples et directs, il sait évoquer le drame de l'exode et les conséquences de l'arrivée des Pieds-Noirs en métropole.
II dresse un tableau complet des différentes prises de position politiques à propos de ces questions jusqu'à l'élection présidentielle de 1974.
Pour appuyer ses thèses, Edmond Jouhaud a rédigé des annexes substantielles sur les implications du Coran dans la vie des musulmans, sur les étapes de la colonisation et l'évolution de la politique française en Algérie."

Exemplaire dédicacé, accompagné de coupures de presse sur la famille Jouhaud (médaille du Général Jouhaud et Odette Jouhaud.
« Son témoignage a une vivacité, une chaleur et une franchise que l'on cherche vainement dans d'autres mémoires... » Le Monde
« Ni reniement, ni règlement de comptes. Edmond Jouhaud veut réhabiliter un combat et l'honneur de ses combattants. » Paris-Match
« Un livre écrit avec du sang cachant les larmes... » La Montagne
« Une importante contribution à l'histoire de la guerre d'Algérie... » Nice-Matin

"Edmond Jouhaud a vécu le drame algérien. Il ...

Mémoire ; Accords d'Evian ; OAS ; Jouhaud, Edmond (général)

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 845 JOU

"Le général Edmond Jouhaud a déjà publié des mémoires (Ô mon pays perdu) qui concernaient la période tragique de la guerre d'Algérie où il fut, en Oranie, à la tête de l'O.A.S. Aujourd'hui, dans La Vie est un combat, il évoque la vie du jeune officier qu'il a été.
C'est par un rapide tableau de SaintCyr que commencent ces souvenirs. A la sortie de l'Ecole, Edmond Jouhaud choisit l'aviation. Sa vocation date des temps héroïques où les foules vibraient aux exploits des aviateurs. Après une année de formation technique à Versailles, c'est l'école d'Avord, où les élèves découvrent les mystères du pilotage. L'auteur évoque cette période exaltante, tout comme son arrivée en escadrille à Lyon-Bron. La vie de garnison métropolitaine ne le séduisant qu'à moitié, le lieutenant Jouhaud demande à servir en Afrique occidentale, où il est affecté à l'escadrille de Bamako. Il effectue, en 1930, la première reconnaissance aérienne du Tibesti, non sans connaître les émotions de l'aviateur perdu en zone désertique. Il commande ensuite, en 1932, le détachement de Mauritanie où, au-dessus des sables brûlants, il recherche et combat les rezzous venus du Rio de Oro. Le récit reprend en 1940, où le commandant Jouhaud est à la tête d'un groupe de reconnaissance de l'armée. Nous suivons, avec lui, la vie de ces pilotes, enfants perdus dans le ciel, qui s'enfoncent profondément en territoire ennemi pour recueillir des renseignements. C'est ensuite le douloureux armistice où chacun s'interroge et où les Français se divisent. Après l'occupation totale de la métropole, Edmond Jouhaud se fait démobiliser.
Il tente de rejoindre l'Afrique du Nord par une filière, bateau et avion, qui doit au préalable le conduire en Angleterre. Six tentatives échouent. La dernière se termine par un naufrage dramatique au large des côtes de Bretagne, qui est relaté fidèlement. C'est au cours de cette expédition maritime, en février 1944, que Pierre Brossolette sera arrêté. Abandonnant l'idée d'évasion, Jouhaud rejoint les rangs de l'Organisation de résistance de l'armée), à Bordeaux. L' auteur décrit les difficultés que rencontrait la Résistance en Gironde, campe quelques figures, fait revivre le départ des Allemands de Bordeaux et rappelle, non sans une pointe d'humour, les excès qui suivront la libération de la région. Les souvenirs s'arrêtent à cette époque, mais l'auteur, marqué par ses séjours au Sahara, a désiré rendre hommage aux pionniers qui ont pacifié cette terre.
En annexe, sont retracés les hauts faits d'hommes qui ont marqué la pénétration française au Sahara. Pour eux, comme pour les aviateurs, comme pour les résistants, la vie fut toujours un combat."
"Le général Edmond Jouhaud a déjà publié des mémoires (Ô mon pays perdu) qui concernaient la période tragique de la guerre d'Algérie où il fut, en Oranie, à la tête de l'O.A.S. Aujourd'hui, dans La Vie est un combat, il évoque la vie du jeune officier qu'il a été.
C'est par un rapide tableau de SaintCyr que commencent ces souvenirs. A la sortie de l'Ecole, Edmond Jouhaud choisit l'aviation. Sa vocation date des temps héroïques où les foules ...

Autobiographie ; Seconde Guerre mondiale 1939-1945 ; Guerre d'Algérie ; Sahara

... Lire [+]

Z