m

Documents  Eberhardt, Isabelle | enregistrements trouvés : 25

O

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 372 EBE

https://ebooks-bnr.com/eberhardt-isabelle-rakhil/ (dernière consultation le 16/09/21)

Eberhardt, Isabelle ; Enseignement ; Population indigène ; Enseignement professionnel

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Sud Oranais Eberhardt, Isabelle | J. Losfeld 2003

Monographie

y


Cote : 845 EBE

"Sud Oranais est le journal de route du dernier séjour d'Isabelle Eberhardt dans cette région troublée du Sahara algérien, où des tribus rebelles résistent encore à l'avancée coloniale, au début du vingtième siècle. L'auteur emmène son lecteur des deux côtés d'une frontière indécise avec le Maroc, dans les camps bédouins, dans les cafés maures fréquentés par 14s légionnaires... et lui dévoile, de l'intérieur, la vie d'une petite cité théocratique.
Le manuscrit de ce dernier texte d'Isabelle Eberhardt a été retrouvé après plusieurs jours de fouilles dans la boue de l'inondation d'Ain Sefra, où l'auteur a péri le 21 octobre 1904. En proposant une nouvelle lecture de ces textes majeurs, les «Éditions du Centenaire» commémorent la mort de l'auteur. Lire Isabelle Eberhardt un siècle après sa mort, c'est se retrouver en phase avec l'actualité de la confrontation «orient-occident». Quand elle a disparu à vingt-sept ans, noyée dans la crue de l'oued Sefra, elle possédait cette double identité, inscrite sur sa tombe : Isabelle Eberhardt, comme écrivain, et Mahmoud Saadi, comme baroudeur mystique du Sahara."
"Sud Oranais est le journal de route du dernier séjour d'Isabelle Eberhardt dans cette région troublée du Sahara algérien, où des tribus rebelles résistent encore à l'avancée coloniale, au début du vingtième siècle. L'auteur emmène son lecteur des deux côtés d'une frontière indécise avec le Maroc, dans les camps bédouins, dans les cafés maures fréquentés par 14s légionnaires... et lui dévoile, de l'intérieur, la vie d'une petite cité th...

Eberhardt, Isabelle

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 845 EBE

Islam ; Témoignage ; Femme ; Désert ; Eau

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 845 EBE

Islam ; Témoignage ; Femme ; Désert ; Eau

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 845 EBE

"« Un mur nu se profilait sur l'opale rose du couchant Accroupis a terre, des Arabes nomades rêvaient Dans l'air chaud, des senteurs connues traînaient les senteurs du pays bédouin aux soirs d'été: fumée de thuya ou de genévrier odeurs de peaux de bouc, de goudron, de chairs bronzées en moiteur. Et moi, je goûtais la volupté profonde de la vie errante, la joie d'être seule, inconnue sous le burnous et le turban musulmans, et de regarder en paix le jour finir en des lueurs rouges sur la simplicité des choses, dans ce village où rien ne me retenait, et que j'allais quitter a la tombée de la nuit. »
Ces notes de route noircies au soleil du Sahara révèlent une styliste hors pair, une âme ardente et l’un de ces rares écrivains ayant apprivoisé l'altérité radicale du monde arabe en le faisant sien par la marche, la langue, la religion et le partage patient du quotidien. Écrites au cœur du campement, de l'intérieur de la vie bédouin et musulmane, elles sont un appel à la liberté a la désertion, au don de soi, à l'esprit mystique et à la quête religieuse. Isabelle Eberhardt (1877-1904) s'y impose comme rune des nomades les plus attachantes de la prose française."
"« Un mur nu se profilait sur l'opale rose du couchant Accroupis a terre, des Arabes nomades rêvaient Dans l'air chaud, des senteurs connues traînaient les senteurs du pays bédouin aux soirs d'été: fumée de thuya ou de genévrier odeurs de peaux de bouc, de goudron, de chairs bronzées en moiteur. Et moi, je goûtais la volupté profonde de la vie errante, la joie d'être seule, inconnue sous le burnous et le turban musulmans, et de regarder en paix ...

Algérie ; Maroc ; Tunisie ; Route ; Témoignage ; Moeurs

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Z