m

Documents  Boualam, Bachaga | enregistrements trouvés : 14

O

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 1000 ARC 73

"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A titre militaire, ancien capitaine de l'armée française, ancien vice- président de l'Assemblée nationale, s'était réfugié après l'indépendance an Mas Thibert en plein coeur de la Camargue.
C'est là qu'il rompit le silence pour témoigner du sacrifice des harkis. C'est là qu'il s'éteignit le 8 février 1982."

Exemplaire appartenu à un détenu de la prison de Fresnes, 20/05/1963.
"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A titre militaire, ancien capitaine de l'armée française, ancien vice- président de ...

France ; Harki ; 1954-1962 ; Archives ; Prisonnier ; Fresnes

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : 51 ARC 02

"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A titre militaire, ancien capitaine de l'armée française, ancien vice- président de l'Assemblée nationale, s'était réfugié après l'indépendance an Mas Thibert en plein cœur de la Camargue.
C'est là qu'il rompit le silence pour témoigner du sacrifice des harkis. C'est là qu'il s'éteignit le 8 février 1982."

Ouvrage dédicacé par l'auteur.
"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A titre militaire, ancien capitaine de l'armée française, ancien vice- président de ...

France ; Harki ; 1954-1962 ; Archives Hebert

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le Bachaga Boualam vous parle... Boualam, Bachaga | 05/06/1962

Docs sonores

y


Cote : D - 314 BOU

Dernière allocution du bachaga Saïd Boualam à l'Assemblée Nationale le 5 juin 1962.

"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A titre militaire, ancien capitaine de l'armée française, ancien vice- président de l'Assemblée nationale, s'était réfugié après l'indépendance an Mas Thibert en plein coeur de la Camargue.
C'est là qu'il rompit le silence pour témoigner du sacrifice des harkis. C'est là qu'il s'éteignit le 8 février 1982."
Dernière allocution du bachaga Saïd Boualam à l'Assemblée Nationale le 5 juin 1962.

"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A tit...

France ; Harki ; 1954-1962 ; Guerre d'Algérie ; Pieds-noirs ; Algérie française

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Mon pays, La France Boualam, Bachaga | 1962

Docs sonores

y


Cote : VID - 314 BOU

"Discours du bachaga Saïd Boualam, Vice-Président de l'Assemblée Nationale, député d'Orléansville (Algérie) de 1958 à 1962 et capitaine de réserve de l'armée française (1er RTA)."

Discours ; Boualem, Said ben Aissa ; Harki ; Algérie française ; Mas Thibert ; Témoignage ; Politique et gouvernement

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Le Bachaga Boualam vous parle... Boualam, Bachaga | 05/06/1962

Docs sonores

UV


Cote : CD - 314 BOU

Dernière allocution du bachaga Saïd Boualam à l'Assemblée Nationale le 5 juin 1962.

"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A titre militaire, ancien capitaine de l'armée française, ancien vice- président de l'Assemblée nationale, s'était réfugié après l'indépendance an Mas Thibert en plein coeur de la Camargue.
C'est là qu'il rompit le silence pour témoigner du sacrifice des harkis. C'est là qu'il s'éteignit le 8 février 1982."
Dernière allocution du bachaga Saïd Boualam à l'Assemblée Nationale le 5 juin 1962.

"Les écrits du Bachaga Boualam demeurent d'une saisissante actualité.
Ils continuent d'éclairer d'un regard presque visionnaire, tant les événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Algérie que les manifestations de révolte des enfants de harkis qui refusent de se résigner comme leurs pères.
Le Bachaga Boualam, commandeur de la Légion d'Honneur A tit...

France ; Harki ; 1954-1962 ; Guerre d'Algérie ; Pieds-noirs ; Algérie française

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 845 DEL

"« Des hommes ont lutté et souffert pour la France. Ils ont droit à la vérité, à la justice, à la charité. » Tel est le sens d'un témoignage qui est capital.
L'auteur est arrivé à Oran en juillet 1961, comme professeur dans une institution ; il a tenu son journal à partir de cette date jusqu'au 18 août 1962, et aucune retouche n'a été apportée au texte initial. Peu de documents, dans leur sincérité, sont aussi émouvants et dramatiques que le récit des événements survenus au cours de ces treize mois.
« Choses vues » et observées dans leur mouvement journalier, tantôt atroces et révoltantes, tantôt héroïques, d'une vie intense ; période vécue d'abord avec un sentiment d'espoir fortement enraciné et souvent renaissant, auquel succède une angoisse croissante.
Écoutons la voix d'un prêtre qui répand sur cette tragédie la lumière de la miséricorde et de la charité chrétienne.
Écoutons l'appel qui termine la très belle préface du Bachaga Boualam : « En lisant ce livre, les Français verront de quelle faon furent déformés et décriés les événements les plus simples de la vie quotidienne, et ils sentiront enfin que le moment de la réconciliation est venu. Le livre du Père de Laper est une de ces oeuvres qui rapprochent de Dieu, parce qu'elles crient la vérité.
« Et seule la vérité expulse le mensonge et ses crimes »."
Extrait de la préface du Bachaga Boualam.
"« Des hommes ont lutté et souffert pour la France. Ils ont droit à la vérité, à la justice, à la charité. » Tel est le sens d'un témoignage qui est capital.
L'auteur est arrivé à Oran en juillet 1961, comme professeur dans une institution ; il a tenu son journal à partir de cette date jusqu'au 18 août 1962, et aucune retouche n'a été apportée au texte initial. Peu de documents, dans leur sincérité, sont aussi émouvants et dramatiques que le ...

Récit ; Oran, commune ; 1962 ; Catholicisme ; Journal

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 845 DEL

"« Des hommes ont lutté et souffert pour la France. Ils ont droit à la vérité, à la justice, à la charité. » Tel est le sens d'un témoignage qui est capital.
L'auteur est arrivé à Oran en juillet 1961, comme professeur dans une institution ; il a tenu son journal à partir de cette date jusqu'au 18 août 1962, et aucune retouche n'a été apportée au texte initial. Peu de documents, dans leur sincérité, sont aussi émouvants et dramatiques que le récit des événements survenus au cours de ces treize mois.
« Choses vues » et observées dans leur mouvement journalier, tantôt atroces et révoltantes, tantôt héroïques, d'une vie intense ; période vécue d'abord avec un sentiment d'espoir fortement enraciné et souvent renaissant, auquel succède une angoisse croissante.
Écoutons la voix d'un prêtre qui répand sur cette tragédie la lumière de la miséricorde et de la charité chrétienne.
Écoutons l'appel qui termine la très belle préface du Bachaga Boualam : « En lisant ce livre, les Français verront de quelle faon furent déformés et décriés les événements les plus simples de la vie quotidienne, et ils sentiront enfin que le moment de la réconciliation est venu. Le livre du Père de Laper est une de ces oeuvres qui rapprochent de Dieu, parce qu'elles crient la vérité.
« Et seule la vérité expulse le mensonge et ses crimes »."
Extrait de la préface du Bachaga Boualam.
"« Des hommes ont lutté et souffert pour la France. Ils ont droit à la vérité, à la justice, à la charité. » Tel est le sens d'un témoignage qui est capital.
L'auteur est arrivé à Oran en juillet 1961, comme professeur dans une institution ; il a tenu son journal à partir de cette date jusqu'au 18 août 1962, et aucune retouche n'a été apportée au texte initial. Peu de documents, dans leur sincérité, sont aussi émouvants et dramatiques que le ...

Récit ; Oran, commune ; 1962 ; Catholicisme ; Journal

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 968 BOU

"Après avoir retracé dans deux livres bouleversants le drame algérien, le Bachaga Boualam livre au public le premier document historique sur l'Algérie sans la France. Des négociations d'Evian au Congrès du F.L.N. de 1964, c'est le récit émouvant de la longue agonie de ce qui fut l'Algérie Française. Homme de guerre et paysan, le Bachaga Boualam complète son témoignage par l'analyse impitoyable de l'historien qui a cherché, retrouvé les dessous et les secrets de l'affaire Algérienne. L'Algérie sans la France, ce n'est pas seulement un cri du coeur, mais l'ouverture d'un véritable dossier.
C'est d'abord le récit de l'exode d'un million de pieds-noirs dans l'atroce réalité de faits demeurés cachés, puis la révélation sur documents de l'épuration sanglante des Musulmans fidèles à la France, décidée le 27 Juillet 1962 à Tlemcen. De Ben Bella à Ait Ahmed, nous assistons à l'affrontement des "chefs historiques", à leurs luttes révolutionnaires sanglantes, dont les dessous russo-chinois révèlent la volonté d'assurer le triomphe du communisme en Afrique par la contamination du Maghreb.
Les révélations contenues dans ce livre impitoyable expliquent comment l'Occident a livré au Castrisme algérien une place-forte. C'est un témoignage qui parle, révèle, montre, accuse pour mieux démontrer comment et pourquoi ont été bafoués les accords d'Evian, dont l'ancien Vice-Président de l'Assemblée Nationnale révèle qu'ils furent l'objet d'un pacte secret dont l'application stricte a abouti à la venue de Chou En Lai à Alger.
La moitié de la population active de l'Algérie émigrée en France pour manger. l'autre en chômage, l'opposition brisée, traquée, l'oeuvre française anéantie. l'ennemi de l'Occident aux portes de la Méditerranée, voila qui justifie l'avertissement lucide que lance le Bachaga Bôualam, qui ne désespère ni de son pays, ni de ses frères abusés, ni de son peuple."
"Après avoir retracé dans deux livres bouleversants le drame algérien, le Bachaga Boualam livre au public le premier document historique sur l'Algérie sans la France. Des négociations d'Evian au Congrès du F.L.N. de 1964, c'est le récit émouvant de la longue agonie de ce qui fut l'Algérie Française. Homme de guerre et paysan, le Bachaga Boualam complète son témoignage par l'analyse impitoyable de l'historien qui a cherché, retrouvé les dessous ...

Algérie ; France ; Histoire ; 1962 ; Indépendance ; Décolonisation

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 846 DEL

"« Des hommes ont lutté et souffert pour la France. Ils ont droit à la vérité, à la justice, à la charité. » Tel est le sens d'un témoignage qui est capital.
L'auteur est arrivé à Oran en juillet 1961, comme professeur dans une institution ; il a tenu son journal à partir de cette date jusqu'au 18 août 1962, et aucune retouche n'a été apportée au texte initial. Peu de documents, dans leur sincérité, sont aussi émouvants et dramatiques que le récit des événements survenus au cours de ces treize mois.
« Choses vues » et observées dans leur mouvement journalier, tantôt atroces et révoltantes, tantôt héroïques, d'une vie intense ; période vécue d'abord avec un sentiment d'espoir fortement enraciné et souvent renaissant, auquel succède une angoisse croissante.
Écoutons la voix d'un prêtre qui répand sur cette tragédie la lumière de la miséricorde et de la charité chrétienne.
Écoutons l'appel qui termine la très belle préface du Bachaga Boualam : « En lisant ce livre, les Français verront de quelle faon furent déformés et décriés les événements les plus simples de la vie quotidienne, et ils sentiront enfin que le moment de la réconciliation est venu. Le livre du Père de Laper est une de ces oeuvres qui rapprochent de Dieu, parce qu'elles crient la vérité.
« Et seule la vérité expulse le mensonge et ses crimes »."
Extrait de la préface du Bachaga Boualam.
"« Des hommes ont lutté et souffert pour la France. Ils ont droit à la vérité, à la justice, à la charité. » Tel est le sens d'un témoignage qui est capital.
L'auteur est arrivé à Oran en juillet 1961, comme professeur dans une institution ; il a tenu son journal à partir de cette date jusqu'au 18 août 1962, et aucune retouche n'a été apportée au texte initial. Peu de documents, dans leur sincérité, sont aussi émouvants et dramatiques que le ...

Récit ; Oran, commune ; 1962 ; Catholicisme ; Journal

... Lire [+]

Z